L’Inde aux deux visages

« D’abord nous assassinerons quelques Anglais et nous sèmerons la terreur… Nous nous engagerons dans une guérilla, et nous vaincrons les Anglais », ce à quoi Gandhi répond : « En d’autres termes, vous voulez profaner la terre sainte de l’Inde. Ne tremblez-vous pas à l’idée de libérer l’Inde en commettant des assassinats ? Ce que nous devons faire, c’est nous sacrifier. Qui voulez-vous libérer au moyen d’assassinats ? Les millions d’Indiens ne le souhaitent pas. Ce sont ceux qui sont intoxiqués par une misérable civilisation moderne qui pensent ainsi […] La véritable autonomie est la maîtrise ou le contrôle de soi-même. » Gandhi in Collected Works of Mahatma Ganghi.

« Ces dernières années, Gandhi a-t-il pris part à la vie sociale des masses populaires ? S’est-il assis la nuit au coin du feu avec un paysan pour tenter de savoir ce qu’il pense ? A-t-il passé juste un soir en compagnie d’un ouvrier d’usine ? Nous, nous l’avons fait, et pour cette raison nous déclarons savoir ce que pense le peuple. Nous assurons Gandhi que l’Indien moyen, tout comme l’être humain moyen, comprend très peu de choses aux finesses subtiles bien que logiques de l’ahimsa et du « il faut aimer ses ennemis ». Ainsi va le monde. Vous avez un ami, vous l’aimez, parfois tellement que vous vous faites tuer pour lui. Vous avez un ennemi, vous l’évitez, vous le combattez, et si possible vous le tuez. Le gospel des révolutionnaires est simple et franc ». Bhagat Singh in Manifeste socialiste républicain de l’Hindoustan.

A l’instar de leurs actions, l’imagerie de ces deux hommes révèle et véhicule une conception très différente de l’Inde : Gandhi le non-violent drapé dans un khadi et Baghat Singh, le révolutionnaire, homme en costume trois pièces.

Pour en savoir plus

•Des articles :
« L’Inde aux deux visages : Dalip Singh et le Mahatma Gandhi », Simeran Gell, Terrain n° 31, Un corps pur (texte intégral).


Vous aimerez aussi...