Préhistoire(s)

” En mai 1908, un archéologue amateur, Charles Dawson, ramasse des fragments de crâne humain dans une couche de graviers à Piltdown dans le Sussex. [...] Les restes crâniens semblent indiquer un front élevé, dépourvu de superstructures, comme chez l’homme actuel. La mâchoire ressemble beaucoup à celle d’un grand singe, mais les dents sont usées selon un schéma typique de l’homme. [...] Une reconstitution du crâne réalisée par Smith Woodward lui attribue une capacité cérébrale de 1 070 centimètres cubes, soit une mesure intermédiaire entre le singe et l’homme actuel. Ce « chaînon manquant » supposé, baptisé Eoanthropus Dawsoni, [...] est donné pour le véritable ancêtre de l’humanité moderne. [...] C’est beaucoup plus tard,que se précipitent les événements qui mettent fin à ce que les journaux appelleront « la plus grande supercherie scientifique du siècle ». En 1947, Kenneth P. Oakley, géologue et paléontologue au British Museum, met au point une technique d’estimation de l’âge des fossiles par la quantité de fluor qu’ils contiennent. Cette nouvelle technique révèle que les restes de Piltdown sont beaucoup plus récents que ceux des animaux fossiles découverts en association avec eux. De nouveaux examens du fossile montrent qu’il s’agit bien d’une supercherie : le crâne est vieux à l’échelle historique, mais non à l’échelle géologique, et la mâchoire est récente, c’est celle d’un jeune orang-outan. Les dents ont été artificiellement limées pour obtenir un type d’usure humain. Les os ont été colorés artificiellement pour prendre la couleur des fossiles animaux des couches caillouteuses de Piltdown. L’assemblage a été délibérément inséré dans le site.”*
Les conditions de la collecte des données au cours de la fouille, la nature même des matériaux, traces morcelées et éparses, laissent un certain jeu dans la reconstitution et rendent nécessaire l’intervention de l’imagination, de la fiction. La complexité de l’archéologie réside dans le processus d’interprétation, c’est à dire la négociation permanente entre ce qu’on trouve, ce qu’on imagine et ce qu’on affirme.

Pour en savoir plus :

Un livre :
Imaginaires archéologiques. Sous la direction de Claudine Voisenat.

Des articles :
« Bonne fouille ne saurait mentir ? », Claire Besson, Dorothée Chaoui-Derieux et Bruno Desachy, Terrain n°57, Mentir.
*« Faux et authenticité en préhistoire »
, Claudine Cohen, Terrain n°33, Authentique ? (texte intégral).
« Les savoir-faire : une très longue histoire », Jacques Pelegrin, Terrain n°16, Savoir-faire (texte intégral).
« Les rythmes du feu », Pierre Pétrequin et Anne-Marie Pétrequin, Terrain n°19, Le Feu (texte intégral).

Site et Blog :
Hominidés : les évolutions de l’homme, le site de Lascaux, portail archéologique, tout archéologie, sites de fouille.

• A voir :
Préhistoire(s), l’enquête au Palais de la découverte, la grotte de Lascaux.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet
This entry was posted in Archéologie and tagged , . Bookmark the permalink.