Adoption(s)

Si l’on choisit ses amis, on ne peut pas choisir sa famille, déplore l’adage. Aujourd’hui, au contraire, il semble que la volonté tienne de plus en plus de place dans la création de la filiation. C’est le cas notamment entre parents et enfants adoptés, qu’il s’agisse d’adoptions légales ou de celles, par leurs pères, d’enfants nés d’insémination avec donneurs, ou encore d’ »adoptions » informelles au sein des familles recomposées. Chacun opère des choix, « adopte » ou rejette des ancêtres, des beaux-parents, des frères et sœurs, des parents voire des enfants. Quelles sont dans nos sociétés les formes, les effets et la signification de ces « affinités électives » dans la construction de la parenté ? Et dans la définition de la filiation et de l’individu ?

Pour en savoir plus :

Montage des dessins de Fanny, Alys et Pauline. Ecole primaire " La prairie ", Toulouse.

Un livre :
* Adoptions. Ethnologie des parentés choisies. Sous la direction d’Agnès Fine.

Sites et Blogs :
L’adoption internationale, site d’information sur l’adoption d’un enfant.


Vous aimerez aussi...