Coopération et parenté

Chez les Sulka de Nouvelle-Bretagne, les pratiques de coopération sont si prégnantes qu’il ne semble guère exister un seul comportement social qui ne soit coopératif à un degré ou à un autre. Ces pratiques concernent aussi bien le partage de la nourriture, de  la terre mais également celui des enfants! Ceci est assez difficile à appréhender pour nous. En effet dans les sociétés occidentales, la maturité sociale d’un individu se mesure à son degré d’autonomie. A l’inverse, dans les sociétés mélanésiennes, l’individu se pense en filiation, comme maillon d’une chaîne et donc nécessairement comme dépendant des autres. « A chaque fois, le besoin de l’un (protagoniste des échanges annoncés) doit suffire à faire agir l’autre (pourvoyeur de l’aide), sans qu’une sollicitation expresse ne transforme leur relation en acte de simple docilité par ce dernier. […] Si « je suis l’autre », alors l’autre me concerne. Au nom d’une éthique héréditaire d’assistance, ceux qui « se tiennent » doivent avoir l’assurance qu’ils participent des affaires de chacun. » in Terrain n°58. Ainsi, le sens de la coopération renvoie à une conception particulière de la personne et de la parenté.

Pour en savoir plus :

Petite fille sulka revenant du jardin, Milim, 1981.

Un livre :
« Naître par le sang, renaître par la nourriture : un aspect de l’adoption en Océanie », Monique Jeudy-Ballini in Adoptions, sous la direction d’Agnès Fine.

Des articles :
« Pourquoi coopérer », Joël Candau, Terrain n°58, Pourquoi coopérer.
* « Le parti pris de parenté. Un exemple mélanésien de coopération », Monique Jeudy-Ballini, Terrain n°58, Pourquoi coopérer.

Sites et blog :
Marcel Mauss, cahier de recherche : une anthropologie de la coopération.

• A faire :
Mardi 3 avril – 18 h30 :Rencontre-débat à l’occasion de la parution du n° 58 de la revue Terrain. Avec Monique Jeudy-Ballini, Emmanuel Grimaud et Joël Candau.
Le Comptoir des presses : 86, rue Claude Bernard, Paris 75005


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 24 février 2013

    […] solidarité familiale. C’est également le cas chez les Sulkas de Nouvelle-Bretagne, où les dons d’enfants créent ou renforcent les liens entre les protagonistes de l’échange. “Par contraste, […]