La symbolique républicaine

Marianne, symbole de la république a fait le tour du monde. Comment a-t-elle vu le jour ? Pourquoi est-ce une femme qui représente la République ? Comment expliquer son immense succès ?

 » Depuis l’Antiquité classique, notre culture éprouve le besoin de représenter les abstractions sous une forme anthropomorphique. Plus précisément, ce qui s’énonce grammaticalement au féminin, se représente visuellement sous une forme féminine. Il n’y a pas que la République qui soit femme, il y a aussi la Liberté, l’Industrie, la Loi, la Justice.  […] Ainsi, cette façon de représenter l’État ou la Nation par un être de forme humaine n’a pas été inventée par la Révolution française. Toutefois, elle s’est évidemment renforcée lorsque la République a été instaurée. La représentation de l’État par une image du Roi étant par définition devenue impossible, il fallait qu’il le soit par l’image allégorique de la République abstraite. […] Il fallait non seulement représenter la République par une femme mais aussi l’aimer, avoir des sentiments pour elle et presque croire en sa réalité. Les partisans de la République l’ont perçue comme une sorte de déesse ou d’héroïne, entité à la fois humaine et surhumaine, capable d’exciter des passions positives ou négatives. Cela explique que la personnification ait pu aller jusqu’à lui attribuer un prénom féminin, un prénom pour femme réelle. L’historien peut se demander – à défaut d’un « pourquoi » peut-être inaccessible – « à partir de quand » un prénom est apparu – et pourquoi celui-ci plutôt que tel autre. Actuellement, la plus ancienne occurrence connue et attestée de l’emploi de Marianne pour désigner la France en République est une chanson de Guillaume Lavabre qui figure, imprimée, sur une feuille volante, dans une collection de la Bibliothèque nationale. La chanson s’appelle La guérison de Marianne et elle raconte que, depuis le 10 août, Marianne se porte mieux parce que ça a été une saignée, et, comme chacun sait, en ancienne médecine, une saignée, ça soulage. Notons qu’il y a deux cents ans, on était moins sensible à la violence et cette idée d’un massacre thérapeutique choquait moins qu’aujourd’hui. L’idée de saignée bénéfique avait été utilisée pour la Saint-Barthélemy… » Maurice Agulhon in Terrain n°15.

<p>Buste de Marianne, modèle "Brigitte Bardot"</p>

Pour en savoir plus :

• Des articles :
« Marianne dévoilée », Marc Abélès, entretien avec Maurice Agulhon, Terrain n°15, Paraître en public (texte intégral).

Sites et blog :
Le blog de Marianne républicaine, les symboles de la république française, la république et ses symboles.

 


Vous aimerez aussi...