Célébrer le 1er mai et la révolution

« Rien ne correspond mieux à l’état d’esprit du moment que l’organisation de fêtes pouvant attirer le peuple, le réunir en un endroit déterminé, puis le faire communier à une seule et même idée, de fixer cette idée au moyen de symboles concrets, de représentations extérieures capables à la fois de charmer son esprit et de toucher son cœur (…). Ces fêtes nationales (…) sont célébrées avant tout par des cortèges et des processions (…), des arcs de triomphe, des chars, des décorations symboliques ; enfin, ce sont des discours, des engagements à défendre la nation ou des serments de fidélité aux lois, le tout sur un fond de musique… » Julien Tiersot in Fêtes et chansons de la Révolution française.
A Petrograd, cette année-là (1918), les organisateurs des réjouissances prévues à l’occasion du 1er mai et de l’anniversaire de la Révolution d’Octobre, s’efforcèrent de copier littéralement tout ce qui avait pu se passer plus d’un siècle auparavant dans les rues de Paris. Ce qui fait dire à Edouard Limonov : « C’est peut-être en Russie, justement, que l’idée de Robespierre sur l’immense rôle éducatif des fêtes populaires a trouvé son incarnation la plus complète. »
Quelle est la signification véritable de ces festivités prolétariennes ? Quel est le rapport entre le pouvoir et la liesse publique ? Entre l’art et la foule aux moments cruciaux de l’histoire d’une société ? Et comment ces rapports ont-ils évolué ?

Pour en savoir plus :

Bolchevik (1920), par Boris Kustodiev.

• Articles :
« Pétrograd 1918 : célébrer la Révolution », Boris Chichlo, Terrain n° 15, Paraître en public (texte intégral).

• Sites et Blogs : 
La révolution d’Octobre.


Vous aimerez aussi...