Portraits d’insurgés, Madagascar 1947

« Les Français étaient là au premier chant du coq. Il y en avait deux bateaux entiers. A l’époque, l’embouchure était là-bas, à l’est, et c’était marée basse. Il y en a qui ont dit : « C’est un bateau. » D’autres : « Non, ce sont des nénuphars, c’est tout », et nous avons attendu là, près du mouillage du bac. Les bateaux sont allés vers le sud puis se sont rapprochés tout doucement jusqu’ici – il y en avait deux. On a crié « Qui va là ? » mais personne n’a répondu. Quand on a vu ça, on s’est enfui. C’étaient les Français, et avec eux quelqu’un d’ici qui avait travaillé pour le gouvernement et qui s’était enfui à Mahanoro pour les prévenir – un traître. Ils sont venus avec les troupes sénégalaises. Nous étions arrivés au pont quand ils ont ouvert le feu – tout le monde s’est dispersé pour se sauver. Il y en a qui ont nagé vers l’ouest, d’autres vers le sud. Nous nous sommes réfugiés à Benavony, puis à Ambodisoavka. Les Français se sont repliés, et les avions sont venus nous bombarder. Il y a eu tellement de morts – même les poulets et les oies ! Les blessés, on pouvait même plus les compter. Les femmes et les enfants se sont tous enfuis et nous [ceux qui avaient rallié le Marosalohy], on nous a dit de retourner en ville – les autres s’étaient dispersés dans la campagne. Les Français sont revenus ensuite et ont lâché des bombes. Il n’y avait plus âme qui vive. Pour terminer, ils ont brûlé la ville ! brûlé ! Il ne restait plus une seule maison, et l’armée rebelle n’avait plus nulle part où camper, alors nous sommes allés à la campagne, à Niarovana, Ambodisoavka et Andranotsara. Les femmes étaient toujours dans la forêt. » Récit de Telo in Terrain n°28.

Ancienne colonie française, Madagascar a connu une répression brutale de l’insurrection de 1947 contre le colonialisme.  Cette répression, orchestrée par les autorités françaises, fit approximativement 100 000 victimes malgaches, pour la plupart des habitants de la région. Quelles traces a laissé la répression sanglante de la rébellion de 1947 ? Quelles conséquences a-t-elle eu sur l’évolution de la société malgache ?

Pour en savoir plus :

• Des articles :
 « Quand la mémoire resurgit. La rébellion de 1947 et la représentation de l’Etat contemporain à Madagascar », Jennifer Cole. Terrain n° 28, Miroirs du colonialisme (Texte intégral).
« La psychanalyse au secours du colonialisme. A propos d’un ouvrage d’Octave Mannoni »
, Maurice Bloch. Terrain n° 28, Miroirs du colonialisme (texte intégral).

• Sites et Blogs :
Entretien avec J. L. RaharimananaMadagascarmusiquel’actualité de MadagascarMadagascarTribunetoutMadagascarle site des Malgaches dans le mondeen malgache pour les Malgaches.

• A voir :
« Portraits d’insurgés » (Madagascar 1947), jusqu’au 27 mai 2012 au Cloître des Billettes, 24, rue des Archives, Paris.


Vous aimerez aussi...