Le hip-hop, une autre révolution

 » Si le hip-hop nord-américain traite de l’héritage de la ségrégation et de la ghettoïsation dans l’espace urbain, le hip-hop français est né d’une histoire fort différente liée à la décolonisation, au recrutement de main-d’œuvre et à l’immigration, et s’est développé dans les banlieues pluriethniques et multiculturelles qui ne reproduisent pas l’homogénéité des ghettos des centres-ville américains. Des deux côtés de l’Atlantique, ces minorités sont victimes du racisme et de la discrimination. La majeure partie des jeunes pratiquants du hip-hop provient de familles dont l’arrière-plan reflète ce type de faits et qui en furent marquées ; pourtant au moins une génération les en sépare. Qu’elle ait été ou non couronnée de succès, cette politique d’assimilation, pratiquée en France sous l’égide de l’universalisme, a offert une voie qui diffère de celle liée à un héritage d’exclusion et de répression. Le geste hip-hop familier se moquant du « I want you ! » (Je te veux !) de l’Oncle Sam, inscrit sur l’affiche de recrutement pour l’armée, se moque de l’autorité, mais cette parodie n’amoindrit pas la gravité de cette interpellation historique des Afro-Américains dont les possibilités d’emploi limitées les obligeaient à choisir une carrière militaire loin d’être toujours désirée. Quand les danseurs français, quelle que soit leur origine ethnique, exécutent ce geste, on doit y voir d’abord une citation puis, dans un deuxième temps, un geste lié à une interpellation différente. Bien qu’il puisse aussi se moquer du pouvoir, ce geste est effectué dans un cadre postcolonial et se réfère à un legs colonial au sein duquel, comme l’a expliqué Homi Bhabha, « l’imitation coloniale est le désir d’un “Autre” réformé, reconnaissable en tant que porteur d’une différence infime mais perceptible ». Ce geste, alors effectué « en français » par des Français se référant à l’héritage historique des générations précédentes, peut être considéré comme une imitation de l’autorité coloniale qui a imposé une langue et une culture en insistant pour assimiler des différences qu’elle prétendait ignorer. Aux États-Unis, ce geste est une critique d’une nation qui monopolise une langue et une culture, institue une différence raciale et refuse l’assimilation. » Felicia McCarren in Terrain n°44 *.
Dans une culture globalisée, on imagine la danse hip-hop comme doublement mimétique, comme un code gestuel ; pourtant, au sein de la culture hip-hop, il demeure des poches importantes de différences locales.

Pour en savoir plus :

Un livre :
« Le hip-hop ou la danse à l’envers », Roberta Shapiro in Le goût des belles choses. Ethnologie de la relation esthétique. Sous la direction de Véronique Nahoum-Grappe et Odile Vincent.

Un article :
* « Le hip-hop. Une autre révolution », Felicia McCarren, Terrain, n°44, Imitation et Anthropologie.

Site et Blog :
All about hip hop, l’actualité du hip hop, le centre chorégraphique de la Rochelle , la maison du Hip Hop.

A faire :
Paris Hip Hop, quinzaine internationale du 22 juin au 4 juillet 2012, made in WIP 100% hip hop au Parc de la Villette du 26 au 30 juin.


Vous aimerez aussi...