Le rhum : une boisson identitaire

“Celui qui fait le rhum, c’est un homme intelligent,
Celui qui fait le vin, c’est un homme insignifiant”
chantent à l’occasion les femmes guadeloupéennes.
En Guadeloupe, boire un ti pété pié, un “petit qui casse les jambes”, un lodifé, de “l’eau de feu”, ou un punch, enfin boire du rhum sous quelques formes que ce soit est un acte identitaire. L’identité guadeloupéenne est construite, entre autres, sur l’opposition rhum/vin. Le culte des ancêtres et la religion chrétienne s’entremêlent pour orienter le comportement à boire des acteurs de la société guadeloupéenne : libations de rhum et libations d’eau alternent dans les moments de rituels et dans les gestes quotidiens. De plus, les façons de boire des hommes et des femmes stigmatisent leurs places respectives dans l’univers religieux.

Pour en savoir plus :

La canne à sucre

Des articles :
« Les temps du rhum en Guadeloupe », Diana Rey-Hulman, Terrain n° 13, Boire (texte intégral).
“La boisson des ethnologues”. Claudine Fabre-Vassas, Terrain n° 13, Boire (texte intégral).

Sites et Blogs :
Le rhum de Guadeloupe, la fabrication du rhum, la route du rhum.

A voir :
Le musée du rhum de Guadeloupe.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet
This entry was posted in Boire and tagged , , . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire