Aux sources de la peinture aborigène

« En règle générale, quand les ethnologues parlent de l'art aborigène, ce n'est qu'à la page 60 qu'ils vous disent que c'est beau ! Avant, ils discourent sur les mythes, le sens, ce qu'il faut connaître, comprendre... » James Mollison, conservateur de l'Australian National Gallery, cité par Fred R. Myers in Terrain n°30*.
Pour faire entendre leur voix, les aborigènes s'expriment par leur peinture qui représente des scènes quotidiennes, des scènes mythologiques, des bestiaires... Leur art est à la fois perpétuation des traditions et manifeste politique. Ces peintures  sont, depuis le début des années 1980, exposées un peu partout dans le monde et certaines connaissent un vrai succès sur le marché de l'art. Comment ces peintures sont-elles reçues dans le cadre d'une exposition ? Quel regard portons-nous sur elles ? Ethnographique ou esthétique ? Les considérons-nous comme des témoignages anthropologiques ou comme des œuvres d'art contemporain ? Quelle est la relation entre art, identité, politique et marché ?

Pour en savoir plus :

Un article :
*"Question de regard. Les expositions d'art aborigène australien en France", Fred R. Myers, Terrain n°30, Le regard (texte intégral).

Sites et Blogs :
Des peintures aborigènes contemporaines, une interview d'une anthropologue dans la revue Vacarmerecherche et documentation sur les aborigènes, un site pour la préservation des langues en danger, Survival : le mouvement pour les peuples indigènes et l'article de wikipedia.

A voir :
Aux sources de la peinture aborigène au musée du Quai Branly, du 9 octobre 2012 au 20 janvier 2013.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet
This entry was posted in Aborigènes and tagged , , . Bookmark the permalink.