La nostalgie comme monnaie d’échange

“Comment s’échange la pomme de terre ?” “De la farine, tu ne veux pas ?” “La viande c’est pour la vente ou pour l’échange ?” “Comment échanges-tu ?”… Lors des foires de troc dans les Andes argentines, bergers et cultivateurs se réunissent pour négocier leurs produits. Au fil de leurs transactions, les partenaires regrettent l’effritement de la complémentarité idéale qui unissait autrefois les paysans des hautes et des basses terres de la cordillère. D’ailleurs, ils ne manquent pas d’évoquer la morale économique des ancêtres lors des négociations.”Nous voulons respecter les anciennes mesures, mais ceux qui ont la viande ne veulent pas les respecter. Ils veulent toujours que nous les augmentions. Par exemple pour un mouton, avant on donnait un de ces sacs blancs. Presque rempli, même pas tout à fait rempli. Mais maintenant il veulent qu’on le leur donne rempli et en ajoutant un peu de fruits en plus.” Olivia Angé in Terrain n°59. Ainsi la nostalgie est instrumentalisée jusqu’à servir de monnaie d’échange.

Pour en savoir plus :

La Mank’a Fiesta, principale foire des Andes argentines.

• Des articles :
« Instrumentaliser la nostalgie. Les foires de troc andines (Argentine) », Olivia Angé, Terrain n°59, L’objet livre .

• Sites et blog :
La maison de l’Amérique latine.

 


Imprimer ce billet Imprimer ce billet
This entry was posted in Nostalgie and tagged , , , . Bookmark the permalink.