Bijoux indiscrets

“Mangogoul, un riche sultan régnant sur un lointain Orient de fantaisie, reçoit une bague en argent du génie Cucufa après l’avoir convoqué pour lui réclamer “quelques plaisirs aux dépens des femmes de sa cour”. En tournant le chaton de l’anneau magique vers l’une d’elle, il pourra, tout en restant invisible, faire parler son “bijou”, c’est-à-dire “la partie la plus franche qui soit en elle”. Ce roman de Diderot, Bijoux indiscrets, reprend un thème classique de la littérature populaire, la manipulation de l’anneau confère à l’homme le pouvoir de connaître le secret des femmes. S’agit-il d’une “extravagance inouïe”, comme le rétorque le sultan au génie, ou bien d’un pouvoir plus ordinaire, celui que l’on prête communément aux bijoux ?” Patrizia Ciambelli in Bijoux à secrets*.
Que révèlent les bijoux des femmes qui les portent ? Fantaisie, ethniques ou précieux, outranciers ou discrets, ils font partie intégrante de la construction de la féminité. Ils sont également les témoins de l’histoire de chacune et leurs apparitions/disparitions scandent les différentes étapes de la vie des femmes : baptême, mariage, ruptures, héritages…

Pour en savoir plus :

“La perle et le corail”, Jacopo Zucchi, vers 1585, détail. Rome, Galerie Borghese.

Un livre :
* Bijoux à secrets, Patrizia Ciambelli.

Des articles :
« L’instant et l’éternité », Marlène Albert-Llorca, Terrain, n° 29, Vivre le temps.
« La boucle et la marque », Patrizia Ciambelli, Terrain, n° 27, l’Amour.

• Sites et blogs :
Un article dans Libération, histoire de bijoux.

A voir :
“Bijoux d’artistes, une collection” au Crédit Municipal à Paris, jusqu’au 8 janvier 2013.
“Van Cleef and Arpels, l’art de la haute joaillerie”
au musée des Arts Décoratifs, jusqu’au 10 février 2013.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet
This entry was posted in Bijoux and tagged , , . Bookmark the permalink.