Bijoux indiscrets

« Mangogoul, un riche sultan régnant sur un lointain Orient de fantaisie, reçoit une bague en argent du génie Cucufa après l’avoir convoqué pour lui réclamer « quelques plaisirs aux dépens des femmes de sa cour ». En tournant le chaton de l’anneau magique vers l’une d’elle, il pourra, tout en restant invisible, faire parler son « bijou », c’est-à-dire « la partie la plus franche qui soit en elle ». Ce roman de Diderot, Bijoux indiscrets, reprend un thème classique de la littérature populaire, la manipulation de l’anneau confère à l’homme le pouvoir de connaître le secret des femmes. S’agit-il d’une « extravagance inouïe », comme le rétorque le sultan au génie, ou bien d’un pouvoir plus ordinaire, celui que l’on prête communément aux bijoux ? » Patrizia Ciambelli in Bijoux à secrets*.
Que révèlent les bijoux des femmes qui les portent ? Fantaisie, ethniques ou précieux, outranciers ou discrets, ils font partie intégrante de la construction de la féminité. Ils sont également les témoins de l’histoire de chacune et leurs apparitions/disparitions scandent les différentes étapes de la vie des femmes : baptême, mariage, ruptures, héritages…

Pour en savoir plus :

« La perle et le corail », Jacopo Zucchi, vers 1585, détail. Rome, Galerie Borghese.

Un livre :
* Bijoux à secrets, Patrizia Ciambelli.

Des articles :
« L’instant et l’éternité », Marlène Albert-Llorca, Terrain, n° 29, Vivre le temps.
« La boucle et la marque », Patrizia Ciambelli, Terrain, n° 27, l’Amour.

• Sites et blogs :
Un article dans Libération, histoire de bijoux.

A voir :
« Bijoux d’artistes, une collection » au Crédit Municipal à Paris, jusqu’au 8 janvier 2013.
« Van Cleef and Arpels, l’art de la haute joaillerie »
au musée des Arts Décoratifs, jusqu’au 10 février 2013.