Tango, gifle et caresse

“Dans les bals populaires et les clubs argentins de tango, une danseuse très sollicitée, au sourire lumineux et au rire excentrique, me dit un jour : « La milonga est une caresse et une gifle. Qui ne sont pas simultanées. Nous sommes dénigrées dans la milonga. Et nous y retournons. Ne t’ai-je pas déjà dit que les cours des académies de tango et la danse dans les milongas sont exactement pareils ? » Ces mots prirent peu à peu sens pour moi. Oui, elle me l’avait déjà dit. Elle m’avait dit : « Ils créent tous deux leur propre dépendance. » Et, depuis ce moment, j’avais pensé à cette dépendance. A cette compulsion d’y retourner, encore et encore. Mais, brusquement, elle avait souligné la raison même pour laquelle nous y revenions : pour elle, à ce moment précis, nous retournions à la milonga et aux cours pour la gifle. Cette pensée m’était nouvelle et je n’avais jamais entendu un danseur la formuler avant elle.” Julie Taylor in Terrain n°35.
Le tango manifeste les potentialités que possède l’art de mettre en scène la violence, en explicitant les rapports de domination entre les sexes par exemple, de la réinscrire ou de la rejouer.

 Pour en savoir plus :

VISUEL_FESTIVAL_PBTA_2014Un article :
« Tango, gifle et caresse », Julie Taylor, Terrain n°35, Danser (texte intégral).

• Sites et Blogs :
L’histoire du tango, la bible du tango.

• A faire :
Festival Paris-banlieue Tango, jusqu’au 30 novembre.

• A voir :
Un mini-documentaire de Frédéric Hontschoote sur le tango avec le texte de la revue Terrain.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet
This entry was posted in Danse and tagged , , . Bookmark the permalink.