Qu’est ce que la photographie ?

« Dès son origine, la photographie s’est vu confier, ou s’est fixé elle-même comme fin deux missions, en bonne part distinctes. D’une part, elle entendait se faire un véritable miroir intangible du réel, au-delà de toute invention, de l’autre, assez tôt ou parallèlement selon les points de vue et les acteurs, elle prétendait se ranger parmi les arts en affichant des visées esthétiques. De Prosper Mérimée, effrayé par la médiocrité des daguerréotypies à rendre compte de la majesté des monuments historiques, à Charles Baudelaire, méprisant pour ces pâles copies qui ne sauraient jamais rivaliser avec les toiles des maîtres, nous savons l’accueil qui fut aussitôt réservé à ces prétentions. De la même manière, nous sommes conscients que cette tension n’a pas cessé, qu’elle traverse l’histoire de la photographie ou mieux qu’elle en est l’essence même et que tous, des plus « grands », des mieux reconnus, aux amateurs du dimanche, jouent, peu ou prou, dans la même cour, avec plus ou moins de bonheur.
Parler dès lors de « photo ethnographique » pourrait paraître redondant. De Diane Arbus à Henri Cartier-Bresson en passant par Robert Franck, Robert Doisneau et les autres, tous n’ont-ils pas entrepris, à leur manière, avec plus ou moins d’intensité, dans un projet plus ou moins pensé, de rendre compte du réel, de discerner, plus loin que l’apparence, la vérité sociale de leur objet ? Il est maintenant connu et su de tous que, en ce domaine, les productions les plus illustres ne sont pas forcément le fait du hasard, du coup de génie qui capte miraculeusement le merveilleux éphémère. Certaines sont le fruit d’installations, pour reprendre un terme de la dernière modernité, de compositions longuement réfléchies, de mises en scène, quand la prise de vue « immortelle » n’est pas la conséquence de multiples essais préalables. Pour autant cette réalité imaginaire ne devient-elle pas plus puissante que ce dont elle aurait pu se faire le simple reflet ? De la même façon, comment nier la dimension esthétique des photographies de Walker Evans ou de Sebastião Salgado ? Peut-on seulement imaginer faire fi de l’empathie nécessaire entre acteur et sujet ? Ne mesure-t-on pas ce qu’a de convenu et d’artificiel la sacro-sainte distance que le photographe doit prendre avec l’objet de sa prise de vue ? » *Jean-Pierre Piniès in Terrain n° 64.

Pour en savoir plus :

canvasDes articles :
« D’un mirage, l’autre »,  Jean-Pierre PinièsTerrain n°64, Virus.
« Les apparences de la vérité ou les rêves d’objectivité du portrait photographique»
, Sylvain Maresca, Terrain n°30, Le regard (texte intégral).
« L’œil de l’esprit », William A. Christian Jr, Terrain n°30, Le regard (texte intégral).
« Photographier la catastrophe »,
Abigail Solomon-Godeau, Terrain n°54, Catastrophes.

Sites et Blogs :
Sylvie Goussopoulos, Apprendre la photo, les 20 meilleurs blogs photo selon LIFE.

A faire :
Qu’est ce que la photographie ?, Centre Pompidou jusqu’au 1er juin 2015, entrée libre.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 27 avril 2015

    […] à l’occasion d’une exposition au Centre Pompidou, voici quelques évocations et références pour penser plus avant la pratique photographique : http://blogterrain.hypotheses.org/5500 […]