Les bêtes naturalisées : hymne à la vie ?

Les animaux taxidermisés sont revenus à la mode. Les trophées et les restes anatomiques naturalisés (têtes, pattes, peaux, etc) quittent les granges et les greniers pour se retrouver dans les bars et dans les boutiques branchées. Ces derniers sont promus par l’art : des moineaux empaillés d’Annette Messager au requin formolé de Damien Hirst en passant par l’exposition Bêtes off de la Conciergerie où le visiteur déambulait au milieu d’animaux morts… Et même si les réactions peuvent être violentes : « je vais appeler la SPA parce que je déteste l’utilisation que vous avez fait de ces pauvres animaux », cette irruption de l’animal empaillé est un fait social de large portée. A quoi nous renvoie-t-il ? De quoi est-il le symbole ? Quel est le sens du trophée ? Nous interpelle-t-il en tant qu’animal ou en tant que cadavre ?

Pour en savoir plus :

Bouc naturalisé dans un hotel des Alpes orientales

Un article :
« Hymnes à la vie ? Sur l’engouement récent pour les bêtes naturalisées », Sergio Dalla Bernardina. Terrain n° 60, l’imaginaire écologique.

Sites et Blogs :
Bêtes de style, le syndicat des taxidermistes.

A voir :
Le musée de la chasse et de la nature.


Vous aimerez aussi...