Food : slow versus fast

Né en Italie au milieu des années 1980, le mouvement Slow Food, réuni autour du slogan «bon, propre et juste», s’opposait explicitement à l’alimentation industrielle. “Slow voulait dire “prendre le temps”, profiter du plaisir de la convivialité et de la table, contre l’homologation de la nourriture, la frénésie de la vie moderne incarnée par la vitesse et les fast-foods.”, Valéria Siniscalchi in Terrain n°60. “Quand nous avons commencé à agir dans ce domaine, la figure du gourmet, tout en étant visionnaire, restait limitée à ce qui arrivait dans l’assiette [...]. Quand nous sommes allés voir ce qui se passe “avant” l’assiette, ce qu’il y a dans les champs, sur les lieux de production, nous avons commencé à réfléchir à la biodiversité. Notre grand défi a été d’affirmer que la biodiversité n’est pas faite seulement de forêts, de pandas, d’aigles ou de tigres, mais aussi de saucissons produits par les hommes, d’espèces et de variétés cultivées, domestiquées depuis plus de 10000 ans d’agriculture [...]. Tout cela c’est de la biodiversité : elle a la même valeur environnementale et paysagère que la biodiversité spontanée. C’est grâce à nous que le monde de l’agroalimentaire a été intégré dans la notion de biodiversité. C’est notre grand mérite.” Entretien avec P.S in Terrain n°60.
Au fil de son évolution, ses champs d’action et d’intervention se sont élargis et nouvelles philosophies ont été élaborées. C’est désormais un mouvement international qui regroupe près de cent mille membres dans divers pays du monde et organise des manifestations comme “Le Salone del Gusto” et Terra Madre, énormes foires de production alimentaire. Comment concilier, d’un côté la dimension commerciale, le marché et les échanges de biens et, de l’autre, l’engagement, le débat et les échanges d’idées ? Quels sont les liens avec le politique et l’économique ? Quelles sont les imbrications et les tensions qui existent entre économie et écologie à l’intérieur même de ce mouvement devenu  mondial ?

Pour en savoir plus :

La préparation du fiore sardo

La préparation du fiore sardo

Des articles :
« Slow versus fast. Économie et écologie dans le mouvement Slow Food »
Valeria Siniscalchi. Terrain n° 60, l’imaginaire écologique.

Sites et Blogs :
Terra madre, Slow food France

A faire :
Se nourrir. Pratiques et stratégies alimentaires, université de Rennes, du 22 au 27 avril 2013.

 


Imprimer ce billet Imprimer ce billet
This entry was posted in Alimentation, Ecologie and tagged , , , , , , . Bookmark the permalink.