8 avril : Journée internationale des Roms

« La détermination obstinée à rester « grec » ou « allemand » nous semble compréhensible parce que ces peuples sont originaires d’un territoire et désirent y retourner. Rien ne nous semble plus naturel. Tel n’est pas le cas des Tsiganes, peuple nomade, qui n’a ni patrie dont rêver, ni terre d’origine à revendiquer. Les divers noms par lesquels on les désigne nous le confirme : en France, on les a d’abord appelé « Bohémiens », bien qu’ils fussent fort peu représentatifs des populations slaves de la Bohême historique ; en Angleterre le nom « Gypsy » désignait à l’origine une personne venue d’Égypte, quoiqu’on ait peu à peu décidé qu’ils avaient probablement émigré d’Inde – des Egyptiens venus des Indes, peut-être ? Ailleurs en Europe, ils sont connus sous le nom de « Tsiganes » ou sous quelque terme analogue (« Zigeuner », « Cigany »…) qui désignent les descendants nominaux d’une obscure secte mystique médiévale. Les noms donnés aux autres peuples peuvent également varier, mais chaque peuple entretient son mythe d’une origine propre. Pas les Tsiganes, qui semblent pourtant imperturbables face à cette incertitude.
Les Tsiganes d’Europe ne se considèrent pas comme une diaspora subissant une vie d’exilés jusqu’au moment béni où ils pourraient regagner leur terre natale. Ils sont sans patrie et tout à fait heureux ainsi. Mais en paraissant si insouciants d’être sans terre, ils se placent hors du champ de notre compréhension. Il nous semble que, sans une patrie, fut-elle imaginaire, préserver son identité est une tâche digne de Sisyphe. » Michael Stewart in Des Tsiganes en Europe.
Comment assurer une (relative) autonomie, une (relative) cohésion et une capacité de perpétuation dans cette situation ? Comment conjuguer fidélité à soi-même et adaptation ? Comment survivre face à des situations économiques, sociales et politiques souvent hostiles ? En un mot, comment rester ce qu’ils sont ? À cette unique question, chaque groupe apporte une réponse qui lui est propre.

Pour en savoir plus :

roms• Des livres :
Des Tsiganes en Europe. Sous la direction de Michael Stewart & Patrick Williams.
« Nous, on n’en parle pas. » Les vivants et les morts chez les Manouches , de Patrick Williams.

• Des articles :
« Une catastrophe invisible. La Shoah des Tziganes », Michael Stewart, Terrain, n° 54, Catastrophes.
« Satan, agent musical. Le pouvoir ambivalent de la musique chez les Tsiganes évangéliques de la péninsule Ibérique », Terrain, n°50, Le diable.
« Quand les yeux servent de langue. Regards gitans, actions payas en semaine sainte (Andalousie) », Caterina Pasqualino. Terrain, n°30, Le regard (texte intégral).
« La passion de l’argent », Michael Stewart, Terrain, n° 23,  Les usages de l’argent (texte intégral).
« Mauvaises morts, prêtres impurs et pouvoir récupérateur du chant », Michael Stewart, Terrain, n°20, La mort (texte intégral).
« Un peuple sans patrie », Michael Stewart, Terrain, n° 17, En Europe, les nations (texte intégral).
« Les ‘compagnons du buisson’ . Le hérisson au pays des Tsiganes » , Alain Reyniers, Terrain, n° 10, Des hommes et des bêtes (texte intégral).

• Sites et Blogs :
La FNASAT, Urba-Rom, la revue Études Tsiganes, Roms et gens du voyage : le site du conseil de l’Europe.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire