Le printemps du développement durable

« Je suis allé à Écopolis et j’en suis revenu bouleversé. À peine arrivé, j’ai cherché une boutique où me procurer une carte des lieux, mais ce fut en vain. J’ai fini par me rendre à l’Institut de géographie pour m’entendre dire par un géographe affable : “Écopolis n’est pas un territoire que l’on peut cartographier, car il s’agit d’un archipel d’îles flottantes qui se déplacent à la surface des océans au gré des vents et des courants marins.” Je me suis étonné et il a poursuivi en décrivant ces îles comme des fragments de biosphère, dont le premier modèle aurait été conçu par un architecte visionnaire en vue d’accueillir les réfugiés climatiques. En l’écoutant, je m’étonnais que ces créations ex nihilo soient devenues des écosystèmes. À Écopolis, il semble qu’il n’y ait pas un objet ou un lieu, même le plus artificiel, qui échappe à l’emprise du vivant ou qui ne soit à son service.
« Sans doute le géographe a-t-il éprouvé l’envie de m’en convaincre complètement, car il me proposa de l’accompagner le lendemain sur l’île qui porte le bien joli nom de Cerf-Volant. Nous avons pris un bateau à voile de grande dimension qui fait quotidiennement le transit entre les îles. Au loin, j’ai aperçu un immense chapiteau de ballons captifs. Cette île, entièrement dédiée à la captation de l’énergie du vent, est reliée par des milliers de câbles translucides à des éoliennes volantes qui tournent sur elles-mêmes à différentes altitudes2. Il y a bien des avantages à cette technologie de pointe, m’a dit le géographe : la moitié des besoins énergétiques d’Écopolis est assurée (le reste est pourvu par la captation du soleil), sans nuisance sonore, sans emprise territoriale et sans effet sur la biodiversité qui se développe très librement à la surface de l’île.
« Cette cohabitation pacifique de l’industrie et de l’environnement est l’une des choses les plus troublantes qu’il m’ait été donné de voir, quand on connaît les conflits auxquels la défense de ces catégories donne lieu ici. J’en ai pris la véritable mesure dans les villes. Mais peut-on nommer ainsi des espaces où le végétal et le minéral s’entremêlent au point de ne plus pouvoir distinguer l’un de l’autre ?»* Vanessa Manceron & Marie Roué in L’imaginaire écologique.

Pour en savoir plus :

devdurableDes articles :
* « L’imaginaire écologique», Vanessa Manceron & Marie Roué. Terrain n° 60, l’imaginaire écologique.
« L’Église catholique et la cause de l’environnement», Isacco Turina. Terrain n° 60, l’imaginaire écologique.
« L’alternative écologique. Vivre et travailler autrement », Geneviève Pruvost. Terrain n° 60, l’imaginaire écologique.
« Hymnes à la vie ? Sur l’engouement récent pour les bêtes naturalisées », Sergio Dalla Bernardina. Terrain n° 60, l’imaginaire écologique.
« “Il y a un autre monde, mais il est dans celui-ci.” L’écologisme quaker », Peter Collins. Terrain n° 60, l’imaginaire écologique.
« Utopies universalistes. La nature en concurrence », Sophie Houdart. Terrain n° 60, l’imaginaire écologique.
« Les éoliennes : vertes et vertueuses ? », Christine Hugh-Jones. Terrain n° 60, l’imaginaire écologique.
« Slow versus fast. Économie et écologie dans le mouvement Slow Food »
Valeria Siniscalchi. Terrain n° 60, l’imaginaire écologique.

Sites et Blogs :
Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie, Notre planète, BuzzEcolo, Société Française d’Ecologie, Ecologie pratique, l’agriculture bio-dynamique, Eco(lo) chroniques, l’écologie positive, blog environnement, le guide de l’agent éco-responsable.

A faire :
Conférences, spectacles, ateliers et activités organisés par la mairie du 20ème à Paris, Journée mondiale de la Terre le 22 avril, la journée au Québec.


Vous aimerez aussi...