Tueurs de bêtes

« Abattre, c’est « coucher ce qui est debout ». On voit combien les mots ont un sens précis ; l’euphémisme linguistique est solidaire d’une sorte d’euphémisme pratique. […] Les tueries ont disparu du vocabulaire, si ce n’est pour référer au passé, et sont remplacées par des abattoirs ; les hommes sont remplacés par des abatteurs. « Ça humanise », commente-t-on ; ça végétalise surtout, en connotant un travail de bûcheron. Un homme qui avait été bûcheron avant de travailler dans un abattoir dit son étonnement d’être tout de même resté « abatteur ». »* Noëlie Vialles in Le sang et la chair. Les abattoirs des pays de l’Adour.
Comment vit-on ce métier si particulier de « tueurs de bêtes » ? Pourquoi la nécessité de verser le sang des bêtes offense-t-elle autant nos sensibilités sans pourtant nous rendre végétariens ?

Pour en savoir plus :

indexUn livre :
* Le sang et la chair. Les abattoirs des pays de l’Adour, Noëlie Vialles.

Un article :
« La viande ou la bête »,Noëlie Vialles, Terrain, n° 10, « Des hommes et des bêtes » (texte intégral).

Sites et Blogs :
Qu’est ce que les abats ?, autorisation des premiers abattoirs pour chevaux depuis 2007 aux USA.

A voir :
 » Entrée du personnel « de Manuela Frésil.


Vous aimerez aussi...