Du bagne des champs aux riantes usines !

« Selon la thèse d’un des articles les plus connus de E.P. Thompson, la production industrielle moderne exige et promeut un nouveau concept du temps et une nouvelle discipline de travail. Dans le monde préindustriel, le travail est orienté vers une tâche précise et gouverné par les rythmes de la nature. La journée de labeur se dilate ou se contracte selon la tâche à effectuer, et des moments de travail intense alternent avec de longues périodes d’oisiveté. Mais ce « monde plus compréhensible humainement » dans lequel « les rapports sociaux et le travail s’interpénètrent » laisse la place au monde (sous-entendu inhumain) de l’industrie moderne, dirigé par le temps abstrait de l’horloge, qui impose une nouvelle discipline de travail et différencie de manière autre le « travail » et la « vie ». »* Jonathan P. Parry in Terrain n°39.
Le travail agricole est-il réellement si idyllique ? Et la production industrielle véritablement « une perte d’autonomie et d’humanité au travail » ? La discipline y est-elle plus contraignante et la monotonie est-elle nécessairement de mise ? Finalement, les contraintes horaires et les intensités de travail sont-elles si différentes entre les champs et l’usine ?

Pour en savoir plus :

En montage, Baldomero, 1992

En montage, Baldomero, 1992 

Des articles :
« Du bagne des champs aux riantes usines. Le travail dans une entreprise sidérurgique indienne », Jonathan P. Parry. Terrain n°39, Travailler à l’usine.

Sites et Blogs :
Juri-travail, Organisation Internationale du Travail, les conditions de travail dans les usines textiles en Inde.


Vous aimerez aussi...