Les journées du patrimoine 2013 : cent ans de protection

« En 1804 Napoléon 1er décide de vendre aux enchères les pierres de la cité de Carcassonne, fortification militaire obsolète. En 1853, Viollet-le-Duc entame un chantier de restauration qui fera de la citadelle le monument historique que l’on connaît aujourd’hui. Entre ces dates, l’évolution ne s’est pas faite sans à-coups et, durant ce demi-siècle, les partisans de la destruction et de la conservation se sont affrontés en des combats incertains et souvent passionnés qui dessinent pratiquement les contours de la définition dominante du « monument historique » et de sa progression polémique, contradictoire. […] En 1814, le baron Trouvé, alors préfet de l’Aude, paraît partagé entre le désir de satisfaire les demandes des carriers locaux et celui de préserver la citadelle. Il est, en effet, pris de scrupules après avoir autorisé la vente du parapet de trois tours :
Si l’on considère les fortifications de la cité sous le rapport d’un monument d’antiquité précieuse, le soussigné pense que toutes les parties qui dépendent de ce monument sont également précieuses et doivent être ménagées avec le même soin, pour que la masse de ce monument conserve son antiquité et le genre d’architecture qui le caractérise. Or si l’on détruit de ce monument le couronnement qui le termine, dès lors on enlève l’effet de son caractère, il n’offre plus le même intérêt, et le spectateur, pour peu qu’il soit pénétré de respect pour les monuments antiques et de vénération pour ses ancêtres, cesse d’être satisfait d’un ouvrage de cette nature et il ne reste dans son esprit que la triste idée d’une ruine.
Avec cette notion de monument précieux, et donc à préserver, nous sommes loin derrière les premières préoccupations utilitaristes qui songeaient à faire de la citadelle abandonnée une prison ou un dépôt de mendicité avant de la rentabiliser en vendant ses pierres. Il est maintenant question de la sauvegarder en tant de « lieu de mémoire » et par conséquent de dépenses à engager. » Jean-Pierre Piniès in Domestiquer l’histoire.
Cent ans après sa promulgation, la loi du 31 décembre 1913 sur les monuments historiques a donné naissance à un système de dispositifs de protection du patrimoine monumental, architectural, urbain, archéologique et paysager d’une grande richesse. Ce week-end, les Journées européennes du patrimoine fêtent cent ans de protection.

Pour en savoir plus :

 © Dream On / MCC

© Dream On / MCC

Trois livres :
La Fabrique du patrimoine. « De la cathédrale à la petite cuillère », Nathalie Heinich.
Les monuments sont habités. Sous la direction de Daniel Fabre et Anna Iuso.
Domestiquer l’histoire. Ethnologie des monuments historiques. Sous la direction de Daniel Fabre.

Des articles :
« Comment le rustique vint au village. Modernité domestique et domestication de la modernité dans les campagnes roumaines. », Vintilâ Mihâilescu, Terrain n°57, Mentir.
« Persistances et mutation des dernières sociétés rurales. Le cas du pays Maramures (Roumanie) ». Paul Rasse & Laura Ghinéa, Terrain n°57, Mentir.
« Construire l’avenir. Matérialité, imagerie et politique à Astana (Kazakhstan) », Vintilâ Mihâilescu, Terrain n°57, Mentir.
« L’Esprit de patrimoine ». Jean-Louis Tornatore, Terrain, n°55, Transmettre.
« Naissance de la Normandie (1750-1850) ». François Guillet, Terrain n°33,
Authentique ? (texte intégral).
« En Guyane : “ ethnologie ” ou “ patrimoine ” ? ». Gérard Collomb, Terrain n°31, Un corps pur (texte intégral).

Sites et Blogs :
Les journées européennes du patrimoine, le réseau des chercheurs sur les patrimonialisations, la fondation du patrimoine, Architecture et patrimoine, le blog de Pelerin, la cité de Carcasonne, liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

A faire :
Les journées européennes du patrimoine, les 14 et 15 septembre 2013, Cité de l’architecture et du patrimoine.


Vous aimerez aussi...