Le silence du cloître

« Pendant toute la journée, on évite de parler, de s’adresser aux autres. Comme le rappelle la règle du Carmel, il convient « que chacun pèse donc ses paroles et mette un frein à sa bouche ». Toutes les activités (y compris les repas et le travail) se déroulent en l’absence d’expression vocale. Aucun échange verbal n’est autorisé, sinon le fait de réciter des prières et d’entonner des chants pendant les moments consacrés à la liturgie des heures. On ne peut parler librement que pendant les deux courtes récréations. Pour avoir une idée de ce que cela représente en temps effectif, voyons quelques chiffres. La journée dans un couvent cloîtré est de 16 heures et 45 minutes (de 5 h 45 à 22 h 30), soit un total de mille cinq minutes. Dans l’ensemble de la journée, on compte soixante-quinze minutes durant lesquelles il est possible de s’exprimer librement à haute voix, ce qui représente environ 7,4 % du temps de veille. Mais il n’est pas possible de mettre l’accent uniquement sur la durée du temps de silence, car le parler lui-même est assujetti à des contraintes temporelles. Non seulement on ne peut parler que pendant soixante-quinze minutes par jour, mais on ne peut le faire qu’à des moments bien précis, sans possibilité de choix personnel. Ces observations nous mènent inévitablement à considérer le concept de l’obligatoire. Précisons tout de suite que le silence n’est pas seulement l’absence de voix et de paroles ; il est aussi, plus généralement, absence de bruits, de sons, de quelque manifestation sonore que ce soit. En effet, le silence de la clôture est un silence total, qui intéresse tous les plans. Le contrôle que s’imposent les religieuses s’adresse aussi à leur corps et à leur gestualité. » Francesca Sbardella in Terrain n°54.
Ce silence claustral est effectif aussi bien sur le plan de l’agi, de l’entendu et du parlé. Comment les carmélites arrivent-elles à tout réduire à l’essentiel, qu’il s’agisse du matériel, de l’émotionnel ou du linguistique ? Comment communiquent-elles afin de gérer l’organisation et le déroulement de la vie quotidienne ? Et comment ce « savoir-être » est-il transmis aux nouvelles venues ?

 

Pour en savoir plus :

carUn article :
« Écouter, regarder, se taire : dialoguer dans la clôture », Francesca Sbardella, Terrain n°54, Catastrophes.

 


Vous aimerez aussi...