(Re)définir la mort

Comment définir la mort ? Avant 1968, c’était simple. « L’arrêt des battements du cœur et l’exhalaison du dernier souffle en étaient les signes certains : c’est ce que l’on appelle la mort cardiaque. Mais la pertinence de cette conception apparemment indiscutable s’est vue mise en doute par une nouvelle définition proposée par un comité dépendant d’une institution faisant autorité en la matière, la Harvard Medical School. […] En 1968, le comité de Harvard avait été créé « ad hoc » pour répondre, donc, à un problème spécifique. L’apparition de certains objets, à partir des années 1950, bouleverse radicalement les pratiques médicales. C’est le cas des techniques de réanimation permettant de rétablir le battement cardiaque, la circulation et la respiration. La caractéristique fondamentale de la mort, son irréversibilité, est ainsi mise en question. Ces nouvelles procédures permettent de sauver des vies et d’améliorer la condition des patients. Mais en certains cas de lésions cérébrales graves, un sujet relié à un appareil de ventilation artificielle, plutôt que de mourir en une vingtaine de minutes, peut se trouver plongé dans un état irréversible de totale inconscience, son cœur continuant de battre grâce à un respirateur. »* Garcia Vivien & Milena Maglio in Terrain n° 62.
Paradoxalement, c’est le développement des connaissances scientifiques lui-même qui conduisit à faire de la nouvelle définition un sujet de controverses. Comment tracer une ligne de séparation nette entre la vie et la mort ? Qu’en est-il des questions éthiques liées à l’acharnement thérapeutique et à l’arrêt des traitements ? Quelles sont les limites de la distinction entre éthique de la sacralité de la vie et éthique de la qualité de vie ?

Pour en savoir plus :

Garcia Maglio 4HD

La cessation de toutes les fonctions cérébrales équivaut-elle à la mort ?

Des articles :
* « Redéfinir la mort. Entre nécessités pratiques et discours éthiques », Garcia Vivien & Milena Maglio, Terrain n° 62, Les morts utiles.
« La mort et la conception de la personne », Maurice Bloch, Terrain n°20, La mort (texte intégral).

Sites et Blogs :
L’institut européen de bioéthique, le cas de Marlise Munoz, au Canada le cas d’une femme enceinte en état de mort cérébrale émeut le pays, le cas de Vincent Lambert.


Vous aimerez aussi...