Fêter les musiques urbaines

« La plupart des analyses situent clairement les racines du rap du côté des communautés noires, urbaines et pauvres du New-york de la décennie 1970. Les formules courantes font de cette musique « l’expression honnête et intime d’un sous-prolétariat marginalisé », « la réponse directe et indirecte aux épreuves et aux souffrances de la vie des bas-fonds », ou encore le reflet « d’un contexte d’oppression » et de « la culture, de l’attitude et des sensibilités du ghetto ». Mais force est de constater que cette « épaisseur » sociale n’empêche pas le rap du début des années 1980 d’être essentiellement festif : les quelques « vedettes » des block parties qui commencent à enregistrer leurs chansons s’en tiennent à un rap ludique et humoristique, et ne signent pas encore de textes critiques. […] Il faudra attendre les « années Reagan » et leurs effets aggravants sur la situation des Américains les plus pauvres pour que les mouvements des contestataires noirs (comme les discours des Black Panthers) ou les chansons d’un groupe de jeunes militants noirs (les Last Poets) influent sur la manière d’écrire des textes de rap. C’est un disque de Grandmaster Flash, the Message (1982), qui marque ce tournant. Le rappeur y déclare « être poussé à bout » par la vie misérable qu’il partage avec ses proches et ses voisins. Il la décrit à travers la drogue, les bagarres de rue, les rats, les cafards, « la pisse dans l’escalier » et critique l’omniprésence de la télévision, l’acharnement des créanciers et l’effondrement du système scolaire. […] Ce disque connaît un succès commercial mondial, aussi retentissant qu’inattendu. »Morgan Jouvenet in Rap, techno, électro… Le musicien entre travail artistique et critique sociale.

Cette année, la Fête de la Musique met à l’honneur les musiques urbaines qui offrent une dynamique d’interaction entre les publics, les styles musicaux et les autres pratiques artistiques – que sont le théâtre de rue, le street art, les danses urbaines – et qui font une partie de la modernité et des cultures populaires d’aujourd’hui.

Pour en savoir plus :

Affiche réalisée par Trafik

Affiche réalisée par Trafik

Un livre :
Rap, techno, électro… Le musicien entre travail artistique et critique sociale, Morgan Jouvenet.

• Des articles :
« « Emportés par le mix ». Les DJ et le travail de l’émotion » Morgan Jouvenet, Terrain n° 37, Musique et émotion (texte intégral).
« La voix d’Elvis… », Gabriel Segré, Terrain, n° 37, Musique et émotion (texte intégral).
« Transmettre l’amour du chant ? Cris, éloquence et complaintes dans une famille ordinaire de Mongolie rurale », Laurent Legrain, Terrain n° 55, Transmettre
« Voir la musique »
Madeleine Leclair, Terrain n° 53, Voir la musique.
« Voir écouter. Pour une iconographie de l’auditeur »
Philippe Junod , Terrain n° 53, Voir la musique.
« À l’écoute de Paul Klee. Les choses sont-elles (aussi) corps de violons ? » Annie Paradis, Terrain n° 53, Voir la musique.
« Sons et couleurs. Des noces inachevées » Patrick Crispini, Terrain n° 53, Voir la musique.
« L’improvisation musicale et l’ordinateur. Transcrire la musique à l’ère de l’image animée » Marc Chemillier, Terrain n° 53, Voir la musique.
« Musiques, mouvements, couleurs dans la performance musicale andine. Exemples boliviens » Rosalía Martínez, Terrain n° 53, Voir la musique.
« Musique mécanique et temple hindou. Histoire controversée d’un dispositif visuel et sonore » Christine Guillebaud, Terrain n° 53, Voir la musique.
« Quand la musique donne à voir. La représentation de la montagne dans les chants des initiées itcha (Bénin)  » Madeleine Leclair, Terrain n° 53, Voir la musique.
« Musiques, mouvements, couleurs dans la performance musicale andine. Exemples boliviens », Rosalia Martinez, Terrain n° 53, Voir la musique.
« « Chanter l’amour ». Musique, fierté et pouvoir » Denis-Constant Martin, Terrain n° 37, Musique et émotion (texte intégral).

Sites et Blogs :
Ethnographier les phénomènes sonores, le portail d’ethnomusicologie, la fête de la musique 2014, un blog rap.


Vous aimerez aussi...