Quand la mémoire ressurgit : la rebellion de 1947 à Madagascar

« Quand Albert Zafy, leader des Forces vives, le parti d’opposition, vint à Mahanoro, une petite ville de la côte est de Madagascar, sa visite déclencha d’intarissables commentaires parmi les paysans de la région. Ou plutôt des murmures. C’est Bemaresaka, une femme d’une cinquantaine d’années, qui rompit l’inquiétant silence dans lequel le village s’était réfugié et qui se mit à parler de ce qui se passait :  » Les voilà qui reviennent, ces politiciens, pour embêter les gens. A Mahanoro, ils sont pare-chocs contre pare-chocs ! On est comme des vaches qui ne savent pas où aller « , ajouta-t-elle en mettant ses mains en cornet pour mimer des oreilles, les faisant pivoter comme celles d’une vache désespérément tiraillée dans des directions différentes.  » Oh, les voilà qui reviennent embêter les petites gens.  » Son mari, le devin Ratsara, intervint alors.  » Vous autres, dit-il, s’adressant à son fils et sa fille, deux adolescents assis non loin de là, vous n’avez jamais vu de combats. Vous ne vous rappelez pas quand les bombardiers français ont survolé Betsizaraina.  » Mais Bemaresaka ne le laissa pas finir son histoire :  » Les soldats français sont arrivés en 47 et ont emmené tous ceux qui étaient au MDRM [Mouvement de la rénovation malgache]. « Inscrivez-vous au MDRM, inscrivez-vous au MDRM », qu’ils criaient, mais tous ceux qui l’ont fait ont été emmenés et jetés en prison. Le vieux Jean Kaluka a été arrêté et emprisonné à Tamatave, mais Dieu a été bon et il est revenu au pays de ses ancêtres. L’argent que le gouvernement avait promis aux martyrs de 47 n’est jamais arrivé. Et revoilà l’hypocrisie, une fois encore. Je ne vais pas me mêler de politique… On s’était caché des bombardiers dans la forêt et on murmurait aux enfants de ne pas pleurer pendant que les avions tournaient au-dessus de nous. Les Français, ils sont arrivés et ils ont mitraillé la côte. On pouvait les entendre jusqu’à Ifasina !  » Bemaresaka s’arrêta un instant, donnant ainsi à Ratsara l’occasion de renchérir :  » Pendant notre fuite, on creusait des trous dans le sol. On y cachait les coqs pour que personne ne les entende chanter.  » Il ajouta :  » Les gens d’ici sont devenus comme des bêtes, ils sont peureux. On n’a plus la paix maintenant.
 » Cette conversation eut lieu en novembre 1992. Madagascar était alors en pleine transition, passant d’un socialisme d’État contrôlé par le président Didier Ratsiraka à une démocratie pluripartiste. Albert Zafy, son principal adversaire à la présidence, avait récemment honoré la région de sa visite grâce à une libéralisation de la politique électorale. Comme les officiels et les journaux le proclamaient fièrement, Madagascar était sur le chemin de la démocratie, ce qui voulait dire que celui qui serait élu, quel qu’il soit, gouvernerait. Mais les paysans betsimisaraka interprétaient ces changements d’une tout autre manière. La frénésie d’activité politique qui entourait les élections ravivait de vieux souvenirs qui auraient consterné le gouvernement national s’il avait su qu’il y était associé. Au lieu d’interpréter les changements politiques comme un pas vers une démocratie moderne dans une nation indépendante, beaucoup de Betsimisaraka dans la région les associaient à l’un des moments les plus funestes et les plus embarrassants de l’histoire coloniale française : la répression brutale de l’insurrection de 1947 contre le colonialisme, qui fit approximativement 100 000 victimes malgaches, pour la plupart des habitants de la région. Par le prisme sélectif mais cependant intuitif de la mémoire, les Betsimisaraka établissaient un rapport entre un gouvernement qui faisait de gros efforts pour se présenter comme éclairé et le précédent régime colonial, qui s’était révélé hypocrite et, en définitive, violent. » Jennifer Cole in Terrain n°28.

Pour en savoir plus :

VISUEL-GENERIQUE-AFFICHE

• Des articles :
« Quand la mémoire resurgit. La rébellion de 1947 et la représentation de l’Etat contemporain à Madagascar », Jennifer Cole, Terrain n° 28, Miroirs du colonialisme (Texte intégral).
« La psychanalyse au secours du colonialisme. A propos d’un ouvrage d’Octave Mannoni »
, Maurice Bloch. Terrain n° 28, Miroirs du colonialisme (texte intégral).

• Sites et Blogs :
Observatoire des mémoires, l’actualité de Madagascar,  MadagascarTribune,  toutMadagascar.

• A faire :
La semaine de la mémoire du 15 au 20 septembre 2014, le programme de la semaine.


Vous aimerez aussi...