Sécurité routière

« Au moment des faits pour lesquels Fernand (il avait alors vingt-cinq ans) fut reconnu coupable d’homicide involontaire avec circonstances aggravantes, il conduisait une voiture – louée, donc assurée. Au petit matin, il sortait d’une boîte de nuit du Gosier en compagnie d’un ami et de deux jeunes filles, des touristes, qu’ils venaient de rencontrer, et avec lesquelles il décida de faire « une virée jusqu’en Basse-Terre ». Il y avait peu de circulation, Fernand conduisait très vite et se laissa surprendre par les travaux d’un rond-point en construction. Le véhicule fit plusieurs tonneaux. Une passagère mourut, tandis que les autres occupants de la voiture furent blessés. Les gendarmes constatèrent que le taux d’alcoolémie de Fernand était élevé. De cet accident, Fernand dit : « C’est moi, j’ai pris des risques » ; et dans la foulée, comme s’il s’agissait d’un fait qui va de soi, il ajoute : « Et j’ai fait un autre accident avant de rentrer en prison. » Les « risques » pris lors de cet accident qui coûta la vie à une jeune fille désignent la vitesse et l’imprégnation alcoolique. Quand j’évoque le fait qu’il avait perdu le contrôle du véhicule, Fernand s’insurge. Il affirme avoir été maître de la voiture : le problème, ce sont les travaux, dont il ignorait la présence. Il commente : « Je sais que je prends des risques puisque la loi me condamne à ne pas conduire des véhicules. J’ai tort, je l’admets. » Mais pour un homme jeune, être en tort par rapport à la loi parce qu’on prend des risques, ce n’est pas déroger. Quand je lui demande si cet accident l’a secoué et a modifié sa façon de conduire, il répond : « Je dirai pas que ça m’a secoué, mais je suis conscient. Mais l’esprit ne reste pas bloqué sur l’accident. J’ai toujours conduit après, sans être obnubilé. » Quant au changement apporté à sa conduite, il consista, pendant un temps, à prendre de petites routes, où les policiers sont plus rares – suppression de permis oblige : « C’était le chat et la souris. » Du jugement et de sa condamnation, il pense : « Ça m’a pas changé de personne. » Christiane Bougerol in Terrain n° 52.
En matière de sécurité routière, les questions les plus récurrentes et les plus discutées sont celles qui touchent aux formes de responsabilité. Les auteurs d’accidents – parfois graves – s’efforcent de nier les interprétations judiciaires de leurs actes en imputant à des agents qui leur sont extérieurs la responsabilité de l’incident. Ce n’est pas une surprise de repérer ce rejet de responsabilité dans le récit d’individus se disant ensorcelés. Il est plus étonnant de le voir à l’œuvre dans l’argumentation rationnelle d’hommes jugeant leurs propres habilités de conducteur.

Pour en savoir plus :

document85385803Un article :
« Les incidents routiers à la Guadeloupe. Ensorcellement, disculpation, responsabilité », Christiane Bougerol, Terrain n° 52 (texte intégral).

Sites et Blogs :
Sécurité routière

• A faire :
Journée nationale de la sécurité routière


Vous aimerez aussi...