La salsa : métissage musical

« L’histoire musicale de Cuba peut nous renseigner sur les possibilités d’identification que la salsa, cette forme de danse et de musique d’origine cubaine apparue à New York vers la fin des années 60, offre tout autant aux Africains qu’aux Européens. […] Théâtre de multiples vagues d’immigration, Cuba élabore un folklore sonore d’une extraordinaire richesse, grâce à l’apport de plusieurs traditions musicales. Après la découverte de l’île, en 1492, les premiers musiciens de la Conquête transfèrent au Nouveau Monde leur patrimoine poétique et musical. Les Noirs, provenant des côtes nigériennes, déplacés en Amérique comme esclaves, ont le don d’assimiler et de transformer ce matériel sonore, tout en lui imprimant, grâce à leur propre culture, un caractère nouveau. Les premiers groupes d’Africains qui débarquent à Cuba (Abakwa, Congos, Arara, mais surtout Yoruba) amènent avec eux les chants et les rythmes de leur terre d’origine. De la même manière que la rencontre entre le panthéon de dieux africains exaltés par la voix des tambours yoruba et le catholicisme imposé aux esclaves par les Espagnols engendre la Santeria, deux cultures musicales se rencontrent à Cuba pour donner lieu à des genres musicaux inédits. Aussi, le processus de créolisation qui débute dès le xvie siècle est accompagné par la naissance d’instruments qui ne sont plus ni européens ni africains mais propres à l’univers caraïbe, mulâtre ou métis. L’influence française, elle, se fait sentir plus tard. A la suite de l’insurrection des esclaves noirs de Saint-Domingue, en 1793, la Convention nationale française abolit l’esclavage dans les colonies. Une partie des colons français, suivis par leurs domestiques les plus fidèles, trouvent alors un refuge sur la côte orientale de Cuba, et particulièrement à Santiago, où ils importent des danses telles que le menuet, le passe-pied, la gavotte et, surtout, la contredanse. Cette dernière a un succès inouï dans l’île. Transformée en contradanza cubana, elle donne lieu à la danza puis au danzón, danse avec couples enlacés, à la différence de la contradanza qui est une danse à figures. Jusqu’aux environs de 1920, le danzón est considéré comme la danse nationale de Cuba. Dans les années 20, La Havane est envahie par le son, grâce auquel les percussions africaines, jusqu’alors confinées dans les quartiers pauvres habités par les Noirs, acquièrent une valeur universelle. Cette musique traditionnelle, populaire, d’origine africaine est à la base de la salsa qui se développe dans les quartiers hispanophones (barrios) de Manhattan, du Bronx ou de Brooklyn, en bénéficiant de l’apport fondamental des musiciens portoricains expatriés à New York. Le mot salsa (littéralement « sauce ») indique parfaitement ce mélange d’influences (andalouses, françaises, africaines, new-yorkaises, portoricaines) qui « … à la chaleur de l’invention rythmique du noir… se fondent pour donner naissance à de nouveaux corps ». » Déborah Puccio in Terrain n°35.

 Pour en savoir plus :

affiche• Des articles :
« Sous le signe de la salsa. Les danses latino-américaines à Toulouse », Deborah Puccio, Terrain n° 35, Danser.

• Sites et Blogs :
Salsa in Cuba, mundo-latino.

• A faire :
Journée internationale pour l’abolition de l’esclavage.


Vous aimerez aussi...