Comment produit-on un saint ?

« En Inde, non seulement les hagiographies mais aussi les saints que l’on rencontre, à la ville comme aux champs, nous invitent à nous demander pourquoi cette société produit ce type de figures charismatiques. Les saints y ont toujours côtoyé d’autres personnages religieux, tels les renonçants dont ils ont essayé de se démarquer, en proposant un enseignement ou même en s’opposant directement au pouvoir des rois ou des prêtres, les brahmanes. En milieu hindou, la sainteté s’oppose à la religion établie, celle du brahmane, puisqu’elle transgresse la hiérarchie.
En Inde, comme en Occident, le saint produit des preuves tout au long de sa vie. Dès son enfance, il témoigne d’une maturité exceptionnelle. Le saint, bien sûr, est souvent persécuté par les brahmanes, ou par son entourage, qui le soumettent à des épreuves, lesquelles, loin de le désorienter, lui permettent de triompher de ses adversaires. Mort ou vif, il produit des miracles. En milieu hindou, le saint et le dieu se situent dans une continuité et il n’est pas nécessaire que l’homme devienne un martyr pour être reconnu comme saint.
A première vue, l’idéal des saints varie selon le contexte sectaire, la région et l’époque où ils vivent. Toutefois, même si les cas de figure sont nombreux et puisent leur inspiration dans différents courants religieux, on peut dire que l’idéal des saints tend au monisme. De nombreux saints pratiquent une religion d’amour et de dévotion, la bhakti, qui ne s’adresse pas toujours à un dieu particulier mais à l’Absolu lui-même. L’accès à la sainteté suppose, bien entendu, un détachement des intérêts de ce monde, présent dans l’idéologie du renoncement. Toutefois, à l’inverse de l’homme ordinaire, le saint n’attend pas un âge avancé pour renoncer au monde et s’adonner à l’ascèse. En d’autres termes, de nombreuses voies mènent à la sainteté. Mais, le plus souvent, la fusion avec le divin est définie comme une étreinte de l’épouse (le dévot) avec son dieu. Ce thème de l’épouse, métaphore du dévot, va nous servir de fil directeur : pourquoi la sainteté est-elle définie comme une aptitude à la féminité ? Et qu’en est-il des femmes, des saintes ? Possèdent-elles par nature ce que l’homme doit acquérir pour poursuivre une vocation spirituelle ? » * Marine Carrin in Terrain n°24.

Pour en savoir plus :

Apparition de Marie à saint Hyacinthe selon Lodovico Carracci.

Apparition de Marie à saint Hyacinthe selon Lodovico Carracci

• Des articles :
« Saintes des villes et saintes des champs. La spécificité de la sainte en Inde », Marine Carrin, Terrain n° 24, La fabrication des Saints (texte intégral).
« L’invention d’un saint. Symbolisme et pouvoir en Castille », Maria Cátedra, Terrain n° 24, La fabrication des Saints (texte intégral).
« Héléna : la sainte du cimetière », Elisabeth Blanc, Terrain n° 24, La fabrication des Saints (texte intégral).
« Faire, défaire et refaire les saints. Les pir chez les Meo d’Inde du Nord », Raymond Jamous, Terrain n° 24, La fabrication des Saints (texte intégral).
« Paraschiva-Vendredi : la sainte des femmes, des travaux, des jours », Claudine Fabre-Vassas, Terrain n° 24, La fabrication des Saints (texte intégral).
« Hagio-graphies. L’écriture qui sanctifie », Jean-Pierre Albert, Terrain n° 24, La fabrication des Saints (texte intégral).
« Sainte comme une image. Thérèse de Lisieux à travers ses représentations », Marion Lavabre, Terrain n° 24, La fabrication des Saints (texte intégral).
« Contestation d’un culte. Le cas de Padre Pio de Pietrelcina », Christopher McKevitt, Terrain n° 24, La fabrication des Saints (texte intégral).

• Sites et Blogs :
Tous les Saints, dictionnaire des Saints, la vie des Saints.


Vous aimerez aussi...