Fresques de salles de garde

« Que le corps et l’apprentissage de la relation au corps de l’autre soient centraux dans la formation des médecins est un fait acquis. En salle de garde, nous avons vu se mettre en place un processus généralisé de régression et d’inversion des normes culturelles habituelles. Nous devrions donc nous attendre à ce que le domaine du corps en fasse également l’objet. Poussons donc à nouveau les portes du domaine des internes pour le vérifier. De fait, sitôt que l’on franchit le seuil, le corps saute littéralement aux yeux à travers les fresques qui ornent les murs. Indiscutablement la sexualité domine la scène, ou plus exactement l’obscénité puisque ici tout est montré. Une obscénité crue, sans retenue, ni censure, qui,, pour être parfois drôle, est souvent violente, agressive. Pourtant, chaque jour, des dizaines d’internes mangent avec appétit devant ces personnages grimaçants, accouplés dans toutes sortes de positions, hommes aux phallus gigantesques, femmes écartelées, voire enfants empalés. Sans doute  peut-on supposer qu’à la longue nos convives ne voient plus la nature d’un décor que dans le même temps certains revendiquent haut et fort comme emblématique. Il faudra la remarque d’un invité, la mine interloquée d’une autre, ou la simple perspective de devoir y emmener leur progéniture y déjeuner, pour que les usagers ordinaires du lieu réalisent brutalement ce qu’il a d’inhabituel. Faut-il croire qu’il s’est agi ici de représenter la réalité ? Les medias, polémiques, n’hésitent pas à le laisser entendre. » Emmanuelle Godeau in L’esprit de corps.

Pour en savoir plus :

couvgodeaucoupée

Cabinet des estampes, BnF

• Un livre : 
L’esprit de corps ». Sexe et mort dans la formation des internes en médecineEmmanuelle Godeau.

• Sites et Blogs : 
La fresque polémique, pour vivre le quotidien des internes en médecine : l’alphablog, le blog du cursus médical et le blog du corps.


Vous aimerez aussi...