Pourquoi saigner ?

« Depuis une dizaine d’années, l’« utilité » et la « nécessité » des saignements menstruels ont été remises en question. Sous divers titres tels que « Vivre sans règles » ou « Les femmes doivent-elles saigner tous les mois ? », les médias internationaux – de la presse féminine aux rubriques « Santé » ou « Science » des quotidiens et des hebdomadaires d’information – ont relayé l’idée que la menstruation était un phénomène superflu et, dans certains cas, nocif. Le médecin brésilien Elsimar Coutinho, dans un livre publié en 1999 et maintes fois cité par cette même presse, ira jusqu’à qualifier la menstruation de « perte de sang inutile ». La genèse de cette idée est complexe, quoiqu’en grande partie attribuable aux campagnes de marketing de grands groupes pharmaceutiques. En 2003, Barr Laboratories obtient l’autorisation de la Food and Drug Administration de commercialiser une nouvelle pilule, appelée Seasonale, qui réduit à quatre le nombre d’épisodes de règles annuels. Cette pilule n’a cependant rien de très nouveau. Les utilisatrices de la pilule classique consomment vingt et une pilules « actives » (contenant des composants hormonaux) suivies de sept pilules « placebo » qui induisent un saignement semblable à un saignement menstruel. L’unique innovation de Seasonale est donc de réduire les épisodes de « fausses » règles, et – aspect non négligeable d’un point de vue commercial – de vendre plus de pilules dites « actives ». Hormis ce reconditionnement de la pilule, il existe de nombreuses manières d’administrer les hormones contraceptives (injection trimestrielle, implant sous-cutané, stérilet hormonal, etc.) qui interviennent également dans le cycle menstruel. Dans le but de rendre ces méthodes plus attractives pour les utilisatrices, les campagnes de marketing de ces traitements mettent l’accent sur les bénéfices d’une vie sans les supposés inconvénients de la menstruation.
L’apparition et la diffusion de ces méthodes donnent lieu à une série de questions que l’on pourrait résumer ainsi : « Faut-il, ou non, saigner ? » Aujourd’hui, le fait de saigner est donc soumis à une logique de choix.» Emilia Sanabria in Terrain n°56.

Pour en savoir plus :

B0006427 Ruptured blood vesselDes articles :
* « Pourquoi saigner ? Le contrôle de la menstruation à Bahia (Brésil) », Emilia Sanabria, Terrain n°56, Analyses de Sang.
« Analyses de sang »
, Stephen Hugh-Jones. Terrain n°56, Analyses de Sang.
« Verser notre sang, non celui des autres. Rituel et résistance en temps de guerre », Elizabeth Castelli. Terrain n°56, Analyses de Sang.
« La « vie sociale » du sang (Penang, Malaisie) », Janet Carsten. Terrain n°56, Analyses de Sang.
« Du don à l’industrie. La transfusion sanguine en France depuis les années 1940 », Sophie Chauveau. Terrain n°56, Analyses de Sang.
« La nature juridique du sang », Jean-Pierre Baud. Terrain n°56, Analyse de Sang.
« Excessifs dons de sang. Dévotion et ascétisme en Inde », Jacob Copeman. Terrain n°56, Analyses de Sang.

• Sites et Blogs :
Vers une détaxation des protections hygiéniques ?, l‘établissement français du sang, le sang dans l’histoire.

 


Vous aimerez aussi...