Le musée et le champ urbain

« L’émergence de ce nouveau domaine de l’ethnologie que constitue le « champ urbain » interpelle à plus d’un titre le conservateur du musée d’ethnologie : comme ethnologue certes, appelé à reconsidérer son action en fonction de cet élargissement notable de l’objet et du terrain d’exercice de la discipline ; mais plus encore peut-être comme intervenant culturel dans la société, confronté à un mouvement (que l’on nommera demande sociale ou aspiration collective, c’est selon) au terme duquel semble s’établir un véritable transfert, vers le milieu urbain, des valeurs naguère attachées au milieu rural. Le muséologue est en effet particulièrement bien situé pour constater que la sensibilité et le goût du public pour le vieil objet, la photo jaunie et le souvenir des anciens, sont en voie de s’appliquer à la ville, à l’usine ou au bistrot. […] Quel inventaire doit-on dresser pour tenter une représentation muséale de la diversité urbaine ? La multiplicité des individus, des groupes et des communautés, des situations sociales, des modes de vie, des activités, etc., et sans doute cette propension à la « distinction » sociale qui caractérise la population urbaine, font de ce milieu un véritable complexe de situations dans lequel toute sélection devient vite aléatoire et s’apparente à un choix empreint de subjectivité. Quelle ville doit-on considérer et quelle image de la ville doit-on étudier et éventuellement s’efforcer à conserver ?[…] Peut-être doit-on dresser des relevés graphiques précis d’une cabine téléphonique, sous sa « patine » de graffiti et de déprédations diverses, pour évoquer ce que l’on nomme désormais le mobilier urbain. Mais ce choix, déjà délicat et hasardeux, se révèle plus difficile encore dès lors qu’il s’agit de retenir des objets censés circonscrire un domaine d’étude déterminé. Ainsi, par exemple, quels éléments sélectionner dans un appartement citadin pour conserver le meilleur témoignage d’un mode de vie particulier ? S’arrêtera-t-on au radio-réveil, à la friteuse électrique, au rasoir jetable ? Le jeu pourrait être sans fin — et mériterait d’être nommé le « jeu du conservateur » — et, outre son caractère dérisoire, ne reçoit jamais de réponse satisfaisante. » *Jean-Pierre Laurent et Jean Guibal in Terrain n°3.

Pour en savoir plus :

article• Un livre :
Le goût des belles choses. Ethnologie de la relation esthétique. Sous la direction de Véronique Nahoum-Grappe, Odile Vincent.

Un article :
*« Le musée d’ethnologie et le « champ urbain » », Jean-Pierre Laurent et Jean GuibalTerrain n°3, Ethnologie urbaine.

• Sites et Blogs :
Cellograf, Graffitiart, Cité de l’architecture et du patrimoine, Ecomusée de Saint-Quentin en Yvelines.

A voir :
Quinze artistes s’expriment sur les vitrines des Bons-Enfants, du 3 au 26 avril 2015 au ministère de la Culture et de la Communication, Street Art à Fontenay jusqu’au 18 avril 2015.


Vous aimerez aussi...