Une société du risque

« À partir des années 1980, l’expression « société du risque », promue par Ulrich Beck, Anthony Giddens et Patrick Lagadec, est devenue une sorte d’étendard pour les sciences sociales. (…) L’historiographie des catastrophes à l’époque moderne s’est structurée autour de deux problèmes historiques différents : d’une part le procès de laïcisation de la nature, permettant de passer des fléaux divins aux phénomènes physiques ; d’autre part, la montée en puissance de l’État moderne, se traduisant par le projet de maîtriser la nature et de se délivrer de ses atteintes. (…) Dans ce contexte, le terme « risque » est intervenu sous une forme faible, pour désigner la prise de conscience d’une menace et la volonté de s’en protéger. Dans le détail cependant, il est encore souvent utilisé par les historiens comme un synonyme de menace, de danger, et de façon interchangeable à l’intérieur d’un même texte. Leur préférence va incontestablement aux catastrophes. (…) Ces imprécisions doivent-elles être mises au compte d’un manque de rigueur conceptuelle ou d’un problème historique plus profond, la difficulté à articuler ces différents termes en les inscrivant dans un processus historique de longue durée ? Trois raisons militent en faveur de la seconde raison. Tout d’abord, l’usage des termes discrimine si nettement des chercheurs supposés travailler sur des objets propres que l’on doit s’interroger sur la légitimité de ce cloisonnement entre spécialistes des risques et spécialistes des catastrophes. Ensuite, les débats sur la société du risque se sont noués autour de la société postindustrielle et de son futur, et, de ce fait, ils portent en creux une lecture du processus historique sur la longue durée, même si celle-ci n’est pas toujours explicitée. Les sociétés du risque cachent généralement des sociétés de la catastrophe, des sociétés du passé, antérieures au xixe siècle, qui auraient été condamnées à subir les malheurs, sans protection ni prévention possibles. Reléguées en amont, les catastrophes servent d’ailleurs aussi à dessiner un possible futur, nourri par les débats sur la crise écologique, devenant les « nouveaux signes avant-coureurs d’un Moyen Âge moderne du danger ». Enfin, l’usage de la notion n’est-il pas abusif aujourd’hui, recouvrant ce qui semble plutôt un univers de menaces, d’incertitude extrême ? » Grégory Quenet in Terrain n°54 *.

Pour en savoir plus :

Des articles :
« Catastrophes et ordre du monde », Nicolas Journet. Terrain n°54, Catastrophes.
* « Fléaux de Dieu ou catastrophes naturelles ? Les tremblements de terre en France à l’époque moderne
« , Grégory Quenet, Terrain n°54, Catastrophes.
« Une sentinelle sanitaire aux frontières du vivant. Les experts de la grippe aviaire à Hong-Kong
« , Frédéric Keck. Terrain n°54, Catastrophes.
« Le sens du désastre. Les multiples interprétations d’une catastrophe « naturelle » au Venezuela
« , Sandrine Revet. Terrain n°54, Catastrophes.
« Le scrutin de Nargis. Le cyclone de 2008 en Birmanie
« , Bénédicte Brac de la Perrière. Terrain n°54, Catastrophes.
« La catastrophe comme prétexte à l’action. Réformer l’alimentation au lendemain
« , Katrina Nicolas Larchet. Terrain n°54, Catastrophes.

Sites et Blogs :
Planète info, le tremblement de terre au Népal.


Vous aimerez aussi...