Quand Jaurès entrait au Panthéon

« Il est certain que je ne serai jamais porté ici. Mais si j’avais le sentiment qu’au lieu de me donner pour sépulture un de nos petits cimetières ensoleillés et fleuris de campagne, on dût porter ici mes cendres, je vous avoue que le reste de ma vie en serait empoisonné. » Jean Jaurès à Aristide Briand lors d’une visite au Panthéon.
Et pourtant, le corps de Jean Jaurès fut transféré solennellement au Panthéon en 1924, dix ans après son assassinat. Ce fut un événement spectaculaire de portée nationale, planifié des semaines à l’avance, entièrement mis en scène par l’État et relayé par les actualités. Cette cérémonie donna lieu à diverses interprétations politiques. Le cartel des gauches, instigateur de la cérémonie, en donna une représentation quasi-christique, en parlant de la « montée de Jaurès au Panthéon ». Les communistes tentèrent de démythifier la cérémonie en la décrivant sous un jour théâtral. Leur marche contrasta avec la procession officielle, ils en firent « le début d’un processus révolutionnaire qui ramènerait les jours glorieux de la Commune. » La droite catholique, quant à elle, tourna la cérémonie en dérision et la catalogua de comédie ridicule et de funèbre tragédie.
Ainsi la « panthéonisation » de Jaurès ne fut qu’un succès partiel pour le  gouvernement, et eut pour conséquence d’exacerber les tensions politiques.

Pour en savoir plus :

• Un article :
« La « panthéonisation » de Jean Jaurès. Rituel et politique pendant la IIIe République », Avner Ben-Amos, Terrain, n° 15, Paraître en public (texte intégral).

• Sites et Blogs :
Le site du Panthéon, les tombes du Panthéon.

• A faire :
Quatre résistants au Panthéon

 


Vous aimerez aussi...