Est-il possible de faire le portrait d’un migrant ?

 

« − Je suis né en Europe.
− Ah bon ? Comment le sais-tu ?
− Et toi, comment le sais-tu ?
− Parce que mes parents me l’ont dit !
− Moi, je ne crois pas ma grand-mère. Si tu croises des X et des Y, tu sais où tu es né. C’est de la science. Les Européens ne savent pas où ils sont nés. Tu crois en ta famille jusqu’à 14 ans, après c’est fini, tu crois ce que tu vois. Les Européens croient encore en leur famille.
− Tu veux dire que la science sait d’où l’on vient, mais qu’on ne peut pas croire en notre famille, en ce qu’elle nous dit ?
− Je dis que tu dois avoir une conférence entre ce que tu sais et la vie que tu vis là où tu es, et il faut alors négocier pour savoir qui l’on est.
− Tu viens d’où ?
− J’ai deux nationalités. Je suis américain parce que tout le monde est américain et que je suis comme tout le monde.
− Et la deuxième ?
− Je ne me souviens plus. Je n’ai plus de famille pour me le dire, et j’aimerais faire des études pour savoir. »

 

Est-il possible de faire le portrait d’un migrant ? C’est avec cette question que Jean-Baptiste Eczet et Geremia Cometti inaugurent « Portraits », la nouvelle rubrique de la revue Terrain. Un article qui s’efforce de déjouer les dilemmes anthropologiques et les pièges épistémologiques de ce difficile exercice.

 

Pour aller plus loin : portraits de migrants en attente

« Le temps dilaté, l’espace rétréci. Le quotidien des demandeurs d’asile« , Carolina Kobelinsky, Terrain n°63 : Attendre.

« Être le dernier jeune. Les temporalités contrariées des migrants irréguliers« , Stefan Le Courant, Terrain n°63 : Attendre.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire