Marcher pour les sciences

Florilège de pancartes et de slogans lors des Marches de Paris et de Lyon

 

Défendre la recherche face aux opinions préconçues : une initiative américaine

Avant de briguer l’investiture suprême, Donald J. Trump avait déjà infligé de nombreuses attaques à la communauté scientifique, en remettant en cause notamment l’idée du réchauffement climatique, l’utilité des vaccins ou des énergies renouvelables. Dès son entrée en fonction, Trump a fait supprimer la page dédiée au réchauffement climatique du site de la Maison Blanche. De nombreuses informations sont alors devenues inaccessibles, et un plan de sauvetage des données (data rescue) a été mis en place par des chercheurs américains pour parer à d’éventuelles suppressions similaires d’ »open data »[1]. Les premiers jours de son mandat ont aussi été marqués par des réductions drastiques des budgets de la recherche: coupe de 20 % pour le Département d’Études Scientifique sur l’Environnement (environ 900 millions de dollars) et de 18 % pour l’Agence nationale de recherche sur la Santé notamment (environ 5,8 milliards de dollars)[2]. À cela s’est ajoutée l’émergence de l’expression « pseudo-faits » (alternative facts) employée par l’administration Trump. Cette expression qui oblitère les distinctions entre fait et opinion n’a pas tardé à attiser les critiques sur les réseaux sociaux et dans les médias, bien au-delà de la seule communauté scientifique.

Cette série d’attaques rhétoriques et budgétaires systématiques contre la science a conduit les chercheurs américains à se mobiliser et à organiser une Marche pour les Sciences (MPS). Largement inspirée de la Marche pour les Femmes, la marche s’est déroulée à une date hautement symbolique, le 22 avril – le « Jour de la Terre » (célébré depuis 1970 à l’initiative des Nations Unies). La tribune rédigée par le comité d’organisation américain commence ainsi : « La science protège la santé de nos communautés, la sécurité de nos familles, l’éducation de nos enfants, les bases de notre économie et de nos emplois, ainsi que l’avenir dans lequel nous voulons tous vivre et que nous voulons préserver pour les générations futures. Nous prenons la parole aujourd’hui parce que toutes ces valeurs sont en péril. Quand la science est menacée, la société que les scientifiques soutiennent et protègent l’est aussi »[3]. Dans un élan de solidarité avec les chercheurs américains et de défense des méthodes et de la communauté scientifiques, plus de 600 Marches ont défilé dans le monde. L’un des slogans en était d’ailleurs une citation de Louis Pasteur : « La science n’a pas de patrie » – une manière de rappeler l’importance de l’enjeu du réchauffement climatique et la nécessité pour les scientifiques de faire-valoir leur indépendance, l’objectivité de leurs résultats et leur rôle dans la société.

La Marche en France

Fait assez rare pour être noté, la Marche pour les Sciences en France a fait descendre les scientifiques dans la rue et a été soutenue par plus d’une soixantaine d’institutions et d’associations scientifiques ou de défense de la science (entre autres, le CNRS, l’INSERM, un grand nombre d’universités, des émissions de médiation telles que « La Tête au carré » de France Inter, etc.). À la veille des élections présidentielles françaises, le contexte semblait tout à fait opportun puisque la MPS réaffirmait le lien étroit entre la production des connaissances et la démocratie. Plus d’une vingtaine de Marches ont ainsi défilé dans les villes françaises, rassemblant au total plus d’une dizaine de milliers de personnes – la France a d’ailleurs été le pays où il y a eu le plus de défilés en solidarité avec l’événement états-unien[4].

Alain Fuchs, président du CNRS, a indiqué que la Marche visait essentiellement à rappeler le rôle de la science au-delà des références partisanes et corporatistes. Tout en refusant l’affiliation à une tendance politique, les hasards du calendrier ont fait des revendications de la MPS un message fort, directement adressé aux candidats briguant l’Élysée. Dans le même temps, la présence dans certains cortèges des « Democrats abroad » (branche du Parti démocrate américain en France), qui s’opposent aux politiques menées par Trump, ont bien montré la dimension sinon partisane, du moins écologiste et anti-Trump de la Marche.

Sciences et politique : des intérêts divergents ?

À Paris, bon nombre des discours de la manifestation insistaient sur le fait que la situation en France n’est pas comparable au cas états-unien. Ils mettaient quand même en garde contre la décrédibilisation croissante des sciences et déploraient les formes de rupture entre le milieu des sciences et les politiques. Il en allait de même à Lyon. Camille Raul, chargée de médiation scientifique et co-organisatrice du défilé lyonnais, insistait sur ce point : « Trump est bien sûr l’exemple le plus flagrant côté américain, pour ses liens avec les climato-sceptiques. Mais en France aussi, le climato-scepticisme séduit parmi la classe politique mais aussi [parmi] les médias qui ont par le passé donné l’impression d’un débat au sein de la communauté scientifique concernant le réchauffement climatique en invitant par exemple à la même table un climato-sceptique face à un chercheur ‘‘climato-conscient’’, donnant l’impression que le débat est partagé alors que plus de 95% de la communauté scientifique reconnaît l’existence du réchauffement climatique et de l’implication humaine… ».

Bruno Barenton, chercheur à l’INRA et également co-organisateur de la Marche à Lyon, rappelait quant à lui que la science est souvent en décalage, voire en conflit, avec les positionnements politiques : « Les partis politiques, y compris l’écologie sociale et politique, n’admettront jamais savoir que le risque écologique majeur est la surpopulation humaine, préférant ne parler que de ses conséquences comme le réchauffement climatique, les pollutions, la rareté de l’eau, les risques biologiques liés à la radioactivité, etc. ».

On n’a pu s’empêcher de remarquer la sous-représentation des sciences sociales et humaines dans les cortèges, alors même qu’elles ont été ciblées par les discours politiques à de nombreuses reprises ces dernières années. L’argument de « la culture de l’excuse » par exemple a régulièrement refait surface sur la scène politico-médiatique (citons entre autres Manuel Valls, Philippe Val, Nicolas Sarkozy, Nicolas Dupont-Aignan, Elisabeth Guigou ou Lionel Jospin)[5]. L’argument consiste à assimiler la compréhension du monde social à une forme de déresponsabilisation individuelle, à confondre la recherche avec le jugement moral. Or, pour les scientifiques, chercher à comprendre des phénomènes sociaux ne revient ni à juger, ni à excuser. Maintenir cette distance permet de préserver l’indépendance critique de la recherche, même si elle ne fait pas nécessairement honneur aux politiques publiques et privées de ces dernières années.

 

Raviver le dialogue avec la société

Outre la volonté de mettre en garde contre les fractures entre les sciences et le politique, la MPS était également soucieuse de rapprocher les sciences de la société. La MPS insistait sur la promotion de « la culture scientifique et [d]es sciences participatives » (tract de la MPS) et regrettait l’insuffisance des liens entre les sciences et le grand public. C. Raul, précédemment citée, regrettait le manque d’implication des chercheurs dans la médiation scientifique : « Cela fait 25 ans par exemple que la Fête de la Science[6] existe, et pourtant on a encore du mal à faire descendre certains chercheurs de leur fameuse « tour d’ivoire » (même si de nombreux progrès sont faits, notamment grâce à des projets comme la Fête de la Science), et c’est d’ailleurs bien illustré par l’implication timide des chercheurs à cette marche ». De plus, la médiation scientifique étant le plus souvent rattachée au secteur associatif et culturel, elle est l’une des premières touchées par les baisses incessantes de subventions. C’est pour faire connaître les activités de la médiation scientifique que certains défilés de la MPS avaient prévu des activités en amont des cortèges. À Paris par exemple, l’association « Les Petits Débrouillards » avait organisé des ateliers ludiques de démonstrations de phénomènes physiques. De même, à Lyon, l’association « Les Cellules déambulent » cherchait à expliquer le fonctionnement cellulaire et à faire connaître leur travail de vulgarisation scientifique par le spectacle d’art vivant.

Veiller aux principes d’indépendance de la recherche

L’ambition d’ouverture de la science oblige également à repenser ses modes de financement, sa liberté d’orientation et les modalités de diffusion de ses résultats. La recherche française souffre d’un développement de plus en plus marqué de la « recherche par projet », institutionnalisée avec la création de l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) en 2005. S’il peut avoir des effets bénéfiques en termes d’impacts à condition d’y mettre le financement nécessaire[7], ce fonctionnement impose aux chercheurs de consacrer une grande partie de leur temps à l’écriture et à la gestion de projets dont les thématiques sont de plus en plus décidées en amont. Cela nourrit en outre un climat d’insécurité budgétaire défavorable à des recherches dont la qualité s’évalue sur le long terme, et contribue à augmenter la précarité des jeunes chercheurs embauchés en contrats courts. En effet, les organismes de recherche se trouvent le plus souvent dépourvus de fonds propres qui leur permettraient de décider d’une orientation scientifique à leur échelle[8]. Enfin, la baisse de la dotation globale de l’ANR et l’augmentation de ses frais de fonctionnement affectent le budget alloué aux projets, qui peine à retrouver son niveau de 2012[9].

La MPS soulevait également la question de la diffusion des résultats et de l’accès libre (open access) des publications scientifiques face au monopole des grands groupes éditoriaux. Dans la mesure où la recherche française est encore largement financée par l’État, ses résultats ne devraient-ils pas être disponibles au grand public ? Si la question de l’accès aux résultats des recherches traverse régulièrement la communauté scientifique, ses enjeux restent pourtant relativement mal connus du grand public. C’est pour répondre à tous ces enjeux que la science aurait besoin d’un fort soutien politique et financier.

Juliette CLEUZIOU et Clémence JULLIEN

(Anthropologues, Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative)

[1] Par exemple, celles du site web de l’Environmental Protection Agency (EPA). http://www.businessinsider.fr/us/data-rescue-government-data-preservation-efforts-2017-2/

[2] Henry Fountain et John Schwartz, « Scientists Bristle at Trump Budget’s Cuts to Research », The New York Times, 16 mars 2017, https://www.nytimes.com/2017/03/16/climate/trump-budget-science-research.html.

[3] « Les appels dans le monde », Marche pour les sciences, consulté le 1 mai 2017, http://www.marchepourlessciences.fr/a-propos/les-appels-dans-le-monde/.

[4] Robin Vigouroux, doctorant en neurosciences et membre du comité national de la MPS en France, émission “La Tête au carré” sur France Inter, 21 avril 2017.

[5] Bernard Lahire, Pour la sociologie: et pour en finir avec une prétendue « culture de l’excuse », Cahiers libres (Paris: La Découverte, 2016).

[6] Initiée en 1992 par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, la fête de la science a lieu tous les ans à l’automne et vise à promouvoir la science auprès du grand public.

Cf. https://www.fetedelascience.fr/

[7] David Larousserie, « Recherche: les effets dopants du financement sur projet », 6 février 2017, http://www.lemonde.fr/sciences/article/2017/02/06/les-effets-dopants-du-financement-sur-projets_5075343_1650684.html

[8] Sylvestre Huet, « Politique de la recherche. Démission de masse à l’ANR », Blog {Sciences²} hébergé par Lemonde.fr, 9 juin 2016, http://huet.blog.lemonde.fr/2016/06/09/politique-de-la-recherche-demission-de-masse-a-lanr/

[9] Guillaume Miquelard-Garnier, « L’Agence Nationale de la Recherche (ANR) », 16 août 2016, http://blog.educpros.fr/guillaume-miquelard-et-paul-francois/2016/08/16/lagence-nationale-de-la-recherche-anr/


Laisser un commentaire