C’est quoi la différence entre sociologie et anthropologie ?

Masque Mbangu, Pende, République démocratique du Congo (Musée royal de l’Afrique centrale, Tervuren, Belgique)

 

Il est une question que mes étudiants ne cessent de me poser sur la distinction disciplinaire entre « sociologie » et « anthropologie » (angoisse qui vient s’ajouter au flou définitionnel qui existe entre « anthropologie », « ethnographie » et « ethnologie »). Face à ces questionnements incessants, dans le milieu universitaire mais également dans la société en général, je me suis toujours senti bien en peine de justifier l’existence d’une telle séparation, surtout en Belgique et en France. Et vous, cher-e-s collègues, sociologues ou anthropologues, que répondez-vous à vos étudiants? Je propose ici quelques pistes non-exhaustives pour réfléchir sur cette thématique. L’économie de ce texte ne me permet pas de discuter la diversité des traditions régionales anthropologiques et sociologiques.

D’abord, sociologues et anthropologues ont, pour la plupart, fait le deuil du grand partage entre « Nous » (supposés sujets des sociologues) et « Eux » (supposés sujets des anthropologues). Je me souviens de notre mentor Luc de Heusch s’exclamant avec nostalgie que l’ethnologie consistait en l’étude des sociétés « sans écriture ». D’autres affirment qu’il y aurait quand même une différenciation à opérer entre des sociétés non-industrielles, dites « traditionnelles », et des sociétés « modernes ». Mais avons-nous jamais été modernes (pour reprendre la formule bien connue de Bruno Latour) ? Aujourd’hui, ces terminologies clivantes, héritées du temps colonial, sont caduques. Nombreux sont les anthropologues qui travaillent « at home », chez eux, à la maison, aussi bien avec des traders de Wall Street, des entrepreneurs chinois, des universitaires aborigènes ou des experts de l’Unesco, tandis que les terrains de recherche sociologiques s’exportent bien au-delà des frontières nationales. Que reste-t-il alors du partage entre les deux disciplines ? Peut-on dire que l’anthropologue mobiliserait le trope de « l’intimité avec l’exotique » (comme l’écrit Bruce Kapferer en 2013) comme dispositif fondateur de sa recherche, même quand elle est effectuée à proximité, tandis que le sociologue userait plutôt de la distanciation objectivante?

D’aucuns affirment que, d’un point de vue épistémologique, la sociologie aurait préservé ses ambitions positivistes (la quête de lois générales de fonctionnement, notamment), tandis que l’anthropologie se serait davantage éloignée de l’inspiration des sciences de la nature pour embrasser le particularisme et l’interprétation. A nouveau, cette distinction ne tient pas car l’on trouve des positions scientistes (l’anthropologie cognitive, par exemple) et interprétatives (la sociologie compréhensive) des deux côtés de la ligne de démarcation. Ces postures épistémologiques varient également en fonction des traditions régionales de recherche : aux Etats-Unis, la sociologie est plutôt quantitativiste. De même, l’idée que le sociologue chercherait à décrire des réalités « macro », plus larges, tandis que les anthropologues s’intéresseraient à des groupes de petite taille ne résiste pas à l’analyse. Historiquement, les ethnologues ont certes porté leur regard sur des sociétés plus petites que leurs collègues sociologues. Pourtant, les questions théoriques qu’ils posent sont tout aussi « macro », qu’elles portent sur le fonctionnement de l’esprit humain ou la mondialisation. D’ailleurs, à l’ère de la globalisation et des flux transnationaux, nombreux sont les ethnologues qui s’intéressent désormais aux mouvements des individus, des objets et des idées, à la construction d’ensembles hybrides, au mélange de populations et à ces échanges incessants que l’étroite notion de culture, avec ses connotations territoriales, est peu à même de décrire.

Enfin, il reste la méthodologie. Elle constitue, pour beaucoup, un critère discriminant entre les deux approches. Les anthropologues privilégient le dispositif méthodologique de l’observation participante (ou de la participation observante) qui consiste à participer dans la durée à la vie de leurs interlocuteurs, à développer un savoir intimiste né de cette relation particulière instaurée dans la longue durée. Un dispositif de production du savoir qui fait intervenir des compétences humaines complexes, celles de l’empathie, de l’imitation et du jeu (Berliner 2013). Toutefois, nombreux sont les sociologues à s’être emparés de cette méthode ethnographique, elle-même nourrie des approches développées par les sociologues de l’école de Chicago au début du XXe siècle. A la fin du XIXe siècle, Beatrix Potter Webb, sociologue et économiste anglaise qui participera à la fondation de la London School of Economics, se fait passer pour une ouvrière dans la compagnie de textile de son richissime père afin d’avoir accès à la vie des pauvres de son époque. Aujourd’hui, force est de constater que les méthodologies des uns et des autres s’entremêlent et que l’on ne voit plus toujours bien qui d’entre eux recourt davantage à l’ethnographie ou aux statistiques. De multiples disciplines revendiquent désormais l’usage de l’ethnographie, pour le meilleur et pour le pire, quand elles s’en approprient le nom sans pour autant respecter la rigueur et l’exigence temporelle que requiert la pratique (voir Ingold 2014). Un mois de recherche « participative », ce n’est pas de l’ethnographie.

Bref, y a-t-il quelque chose pour nous distinguer, sociologues et anthropologues, quand ni le choix géographique des terrains empiriques, ni les fondations épistémologiques, ni les méthodes ne le permettent clairement ? Ou alors faudrait-il considérer qu’existent deux champs distincts avec des frontières parfois étanches et souvent poreuses, dont seules quelques sous-disciplines se rejoindraient au point de s’assimiler, comme l’ethnographie du proche et la sociologie compréhensive ? Que répondre à nos étudiants, anxieux face à leur choix d’études à venir ? La plupart du temps, je leur réponds que les sociologies et anthropologies contemporaines sont plurielles, usant de méthodes et de concepts qui se chevauchent régulièrement. Il existe des anthropologies de la migration, du néolibéralisme, des classes sociales et du travail, et des sociologues qui revendiquent une compétence à théoriser l’intimité de leurs interlocuteurs en pratiquant l’ethnographie. Les grands noms de la sociologie et de l’anthropologie, comme Bourdieu ou Latour, réclament d’ailleurs le droit de penser au croisement des disciplines, à la fois sociologues, anthropologues et philosophes.

Pourtant le grand partage entre les deux disciplines repose aussi sur des lignages conceptuels distincts. Les anthropologues francophones s’intéressent à l’humain et au culturel, tandis que les sociologues font du « social » leur concept-clé (bien que l’anthropologie britannique se soit longtemps considérée comme une « sociologie comparative »). L’altérité, qu’elle soit proche ou lointaine, ainsi que le particulier et l’hétérogène, demeurent les prismes favoris qu’utilisent les anthropologues pour saisir le réel. D’un point de vue méthodologique, il est vrai que l’anthropologie valorise davantage la participation observante dans la longue durée comme méthode de recherche, et la production de récits de vie plutôt que des recherches statistiques. Mais, plus qu’une méthodologie particulière ou un domaine institutionnel, la spécificité relative de l’anthropologie réside dans le genre de questions théoriques qu’elle permet de poser. Que veut dire « être humain » ? Comment témoigner de la diversité des cultures ? Quels sont les mécanismes sociaux et culturels complexes qui nous rendent humains ? A cet égard, les anthropologues peuvent faire la différence parce qu’ils travaillent avec de « petits faits » (comme l’écrivait Clifford Geertz), ces minuscules expériences vécues qui en disent long sur notre humanité diverse. Ils se démarquent aussi en prenant très au sérieux ce que leurs interlocuteurs expriment sur ce qu’ils vivent et ils construisent des modèles explicatifs à partir de leurs expériences. Enfin, la réflexivité qui les caractérise (et qu’ils partagent avec les sociologues) amène les ethnologues à produire une critique sociale et culturelle, souvent politisée, des certitudes qui nous animent.

Au siècle dernier, le philosophe anglais Whitehead nous rappelait avec justesse que « le problème est la restriction de pensée sérieuse à l’intérieur d’un sillon » (1953, 197). A mon humble avis, les sillons disciplinaires dans lesquels se meuvent sociologues et anthropologues peuvent se rejoindre pour fonder une seule et même terre fertile. Mais, discuter de ces questions, c’est aussi toucher au mobilier même de notre monde. Dire adieu à une certaine sécurité épistémologique et réfléchir à d’autres formes d’organisation institutionnelle.

David BERLINER, ULB-LAMC

Références :

Berliner, David. 2013. « Le désir de participation ou comment jouer à être un autre« . L’Homme, n°206 : 151-170.

Ingold, Tim. 2014. « That’s enough about ethnography« . Hau, n°4 (1).

Kapferer, Bruce. 2013. « How Anthropologists Think. Configurations of the Exotic ». JRAI n°19 (4) : 813-836.

Whitehead, A. N. 1953 (1925). Science and the Modern World. New York : The Free Press.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Anaïs Martin dit :

    Grande question que je me pose régulièrement, notamment parce que lorsque je dis que je fais de l’anthropologie, mes interlocuteur.trice.s ne voient souvent pas à quoi ça correspond. Je fais alors le rapprochement avec la sociologie qui semble parler beaucoup plus. Et la question de la différence entre les disciplines se posent alors souvent.
    Est-ce-qu’il n’y aurait pas aussi des restes de la tendance inductive de l’anthropologie vs une tendance hypothético-déductive de la sociologie ?

Laisser un commentaire