L’ethnopoétique

« Quoique l’anthropologie puisse se vanter d’illustres précurseurs tel le Grec Hérodote, sa constitution académique en tant que science sociale exercée par des professionnels ne remonte qu’au début du XXe siècle. À la fin du XIXe siècle et pendant les vingt premières années du XXe siècle, l’anthropologie et ses protagonistes durent engager une bataille pour fournir à leur discipline une crédibilité scientifique et académique.
Parmi les stratégies adoptées durant la période de sa fondation académique, la création et la définition de ses propres frontières remplit une fonction importante. […] Cependant, de nombreux anthropologues fondateurs de la discipline manifestèrent un fort intérêt pour l’art, la musique et la littérature, et surtout pour la poésie.
[…] À New York, au café Le Métro, où jouaient les beat, Allen Ginsberg et les autres, la New York School, les poètes confessionnels, le groupe du Black Mountain College animé par Charles Olson et les Deep Image, où avaient lieu happenings, lectures d’open poetry et performative poetry, se donnaient rendez-vous les représentants de l’ethnopoétique. […]
Sur les traces du bouddhisme, sur les routes de leur patrie d’élection, l’Inde, les jeunes de la counter generation redécouvraient le sacré, mis à l’écart selon eux par la société technocratique. Ils suivaient l’exemple de la spiritualité amérindienne (« native ») et de la separate reality des chamanes. La drogue, la folie, les expériences extrêmes étaient recherchées pour élever la conscience ordinaire vers une dimension visionnaire : l’expérimentation liée à l’ouverture des consciences par l’utilisation de drogues psychédéliques et l’expérience corporelle. Le jazz était revendiqué comme modèle d’improvisation poétique, et l’élément mystique ne faisait qu’un avec l’engagement politique et littéraire. Durant ces années, les littératures des minorités revendiquaient également leur visibilité : les Amérindiens natifs affirmaient la Native American Renaissance, les Afro-Américains se réappropriaient le folklore du Sud à travers la black aesthetic, tandis que les Chicani, citoyens américains d’origine mexicaine, qui avaient jusqu’alors produit une littérature discrète, profitaient de la soudaine notoriété du théâtre Campesi.
Un groupe de poètes et d’anthropologues envisagea d’étudier, de comprendre et de comparer entre elles les diverses traditions poétiques existantes de par le monde. Qualifiant leur entreprise d’« ethnopoétique », ils fondèrent la revue Alcheringa Ethnopoetics. » *Amalia Dragani in Terrain, n° 64.

Pour en savoir plus :.

The Flyer (photo North Wind Pictures / Leemage)

The Flyer (photo North Wind Pictures / Leemage)

Un article :
* « La muse de l’anthropologie américaine. Poètes-anthropologues,  « techniciens du sacré »  et field poetry », Amalia Dragani, Terrain, n° 64, Virus.

• Sites et Blogs :
Institut des humanités de Paris, L’ethnopoétique et l’anthropologie structurale, Groupe de recherche en ethnopoétique.

Une société du risque

« À partir des années 1980, l’expression « société du risque », promue par Ulrich Beck, Anthony Giddens et Patrick Lagadec, est devenue une sorte d’étendard pour les sciences sociales. (…) L’historiographie des catastrophes à l’époque moderne s’est structurée autour de deux problèmes historiques différents : d’une part le procès de laïcisation de la nature, permettant de passer des fléaux divins aux phénomènes physiques ; d’autre part, la montée en puissance de l’État moderne, se traduisant par le projet de maîtriser la nature et de se délivrer de ses atteintes. (…) Dans ce contexte, le terme « risque » est intervenu sous une forme faible, pour désigner la prise de conscience d’une menace et la volonté de s’en protéger. Dans le détail cependant, il est encore souvent utilisé par les historiens comme un synonyme de menace, de danger, et de façon interchangeable à l’intérieur d’un même texte. Leur préférence va incontestablement aux catastrophes. (…) Ces imprécisions doivent-elles être mises au compte d’un manque de rigueur conceptuelle ou d’un problème historique plus profond, la difficulté à articuler ces différents termes en les inscrivant dans un processus historique de longue durée ? Trois raisons militent en faveur de la seconde raison. Tout d’abord, l’usage des termes discrimine si nettement des chercheurs supposés travailler sur des objets propres que l’on doit s’interroger sur la légitimité de ce cloisonnement entre spécialistes des risques et spécialistes des catastrophes. Ensuite, les débats sur la société du risque se sont noués autour de la société postindustrielle et de son futur, et, de ce fait, ils portent en creux une lecture du processus historique sur la longue durée, même si celle-ci n’est pas toujours explicitée. Les sociétés du risque cachent généralement des sociétés de la catastrophe, des sociétés du passé, antérieures au xixe siècle, qui auraient été condamnées à subir les malheurs, sans protection ni prévention possibles. Reléguées en amont, les catastrophes servent d’ailleurs aussi à dessiner un possible futur, nourri par les débats sur la crise écologique, devenant les « nouveaux signes avant-coureurs d’un Moyen Âge moderne du danger ». Enfin, l’usage de la notion n’est-il pas abusif aujourd’hui, recouvrant ce qui semble plutôt un univers de menaces, d’incertitude extrême ? » Grégory Quenet in Terrain n°54 *.

Pour en savoir plus :

Des articles :
« Catastrophes et ordre du monde », Nicolas Journet. Terrain n°54, Catastrophes.
* « Fléaux de Dieu ou catastrophes naturelles ? Les tremblements de terre en France à l’époque moderne
« , Grégory Quenet, Terrain n°54, Catastrophes.
« Une sentinelle sanitaire aux frontières du vivant. Les experts de la grippe aviaire à Hong-Kong
« , Frédéric Keck. Terrain n°54, Catastrophes.
« Le sens du désastre. Les multiples interprétations d’une catastrophe « naturelle » au Venezuela
« , Sandrine Revet. Terrain n°54, Catastrophes.
« Le scrutin de Nargis. Le cyclone de 2008 en Birmanie
« , Bénédicte Brac de la Perrière. Terrain n°54, Catastrophes.
« La catastrophe comme prétexte à l’action. Réformer l’alimentation au lendemain
« , Katrina Nicolas Larchet. Terrain n°54, Catastrophes.

Sites et Blogs :
Planète info, le tremblement de terre au Népal.

La saline royale d’Arc-et-Senans

« La saline royale d’Arc-et-Senans a été construite à la suite d’un arrêt du Conseil du roi Louis XV, entre 1775 et 1779, en Franche-Comté, dans l’actuel département du Doubs, sur les plans de l’architecte Claude-Nicolas Ledoux. Ce lieu est aujourd’hui un centre de rencontres très fréquenté générant une activité culturelle, scientifique et touristique. Devenue économiquement obsolète à la fin du XIXe siècle, du fait de la concurrence et du progrès technique, cette saline cessa définitivement toute production après cent quinze ans d’activité, en 1895. Propriété du département du Doubs en 1926, elle connut, dès 1930, plusieurs périodes de restauration dont la dernière aboutit, dans les  années 1980, à une réhabilitation grandiose consacrée par une inscription sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en 1982 pour « l’exceptionnelle qualité de son architecture ». À peu près oubliée pendant deux siècles, la saline est donc devenue en vingt ans un des principaux monuments français.
Cette métamorphose peut s’entendre comme un processus de redéfinition, véritable conversion de valeur qui prit plus d’un demi-siècle au cours duquel la fonction productive et ses agents furent méticuleusement effacés. On peut même soutenir que la réussite de cette réhabilitation tient essentiellement à ce changement complet de destination : pour remettre le lieu à neuf il fallait le « débarrasser » de ses éléments
techniques – détruits dès les premières phases de la restauration – et le vider des groupes sociaux locaux puisque les habitants ont été progressivement exclus, y compris de l’espace semi-circulaire qui enserre les bâtiments. L’usage initial ne fut donc ni reconduit, ni converti, ni muséographié mais intégralement gommé. Qu’en est-il alors du « patrimoine » restauré et préservé dans ce site ? Si l’on admet que celui-ci est
d’abord un passé délibérément rendu à l’intensité d’une présence, quel passé donne à ressentir et à connaître ce site finalement voué à la prospective sur le futur ? Telles sont les principales questions d’un paradoxal patrimoine sans mémoire. » Alain Chevenez in Les Monuments sont habités*.

Pour en savoir plus :

NuitMusees-40_60-DRAC-HD(1)Un livre :
* Les monuments sont habités
sous la direction de Daniel Fabre et Anna Iuso.

• Des articles : 
« L’ethnologie française au musée ? », Patrick Prado. Terrain n°25, Des sports.
« Que signifie mettre en exposition ? A propos de Destination Culture de Barbara Kirshenblatt-Gimblett »
, Nélia Dias, Terrain n° 34, Les animaux pensent-ils ? 
« Le musée du paysan roumain. Présentation d’une culture ou proposition de société ? »
, Isabelle Longuet, Terrain, n° 21, Liens de pouvoir
« Nation, paysan et musée »
, Marc Maure, Terrain, n°20, La mort
« Le musée de la Civilisation du Québec. Un monde en continuité et en devenir »
, Jean-Yves Veillard, Terrain n° 20, La mort. 
« La gestion et la communication du patrimoine ethnographique »
, Jean Guibal et Isabelle Lazier. Terrain, n°14, L’incroyable et ses preuves.
« Collectionner ou accumuler ? »
, Martin Roth, Terrain n°12, Du congélateur au déménagement. « Les musées techniques et industriels en Grande-Bretagne », Emilia Vaillant, Terrain n° 7, Approches des communautés étrangères en France. « Georges-Henri Rivière un demi-siècle d’ethnologie de la France », Isac Chiva, Terrain n° 5, Identité culturelle et appartenance régionale. « Le musée, cette obsession… », Jacques Hainard, Terrain, n° 4, Famille et parenté. 
« Le partage du savoir sur la parenté. A propos d’une exposition à la chapelle de Notre-Dame de Tronoën »
, Martine Segalen, Terrain n° 4, Famille et parenté.
« Le musée d’ethnologie et le champ urbain »
, Jean-Pierre Laurent et Jean Guibal, Terrain n° 3, Ethnologie urbaine
« L’ethnographie au Musée Savoisien »
, Ivan Cadenne et Louis-Jean Gachet, Terrain n°1, Les savoirs naturalistes populaires.

• Sites et blogs : 
La nuit digitale des musées 2015, la saline royale d’Arc-et-Senans.

• A faire : 
La nuit des musées, la saline royale d’Arc-et-Senans.

La shoah des tsiganes

Moi je ne peux pas croire que je suis encore en vie. Ma survie a été une punition. J’ai demandé à Dieu, encore et encore : « Pourquoi ai-je été épargnée, moi seule ? » Ils ont détruit toute notre vie : l’amour, les familles, la cohésion. Nous n’avons plus de familles. Tout est en lambeaux. Ils ont tout pris. Les gens se faisaient confiance, ils étaient ouverts, chaleureux… Tout ça est détruit. Je ne crois même plus en moi-même. Ce qu’ils ont détruit, c’est la foi qu’on avait les uns dans les autres, et tous les sentiments qui la font vivre. (Maria R., stérilisée en 1944, interviewée à Hambourg en 1989.)

« Entre 1939 et 1945, dans tous les pays dominés par les nazis, dans chaque ville, dans chaque village, dans chaque camp de concentration, les Tziganes, comme les juifs, furent persécutés à cause de leurs origines. À la fin de la guerre, les deux tiers des 3 000 Tziganes allemands, une proportion plus importante encore des Tziganes autrichiens, tchèques et croates, et des dizaines de milliers d’autres, étaient morts. En Allemagne, ceux qui survécurent avaient pour beaucoup été stérilisés, d’autres étaient restés mutilés par le travail forcé. Il est encore très difficile de chiffrer précisément le total des morts, mais il semble que 130 000 Tziganes au moins, peut-être beaucoup plus, furent tués directement par la politique raciale de l’État allemand et de ses alliés directs, en particulier l’Italie, la Croatie et la Roumanie. […] Et pourtant, l’extermination massive et la stérilisation des Sinti (Tziganes allemands), des Roms et des Tziganes est peut-être un cas d’école de catastrophe moderne niée et tombée dans l’oubli général. » Michael Stewart in Terrain, n° 54.

 

Pour en savoir plus :

Examen d'anthropologie raciale : contrôle de la couleur des yeux pratiqué sur une jeune fille tsigane, 1936-1940 (photo Bundesarchiv)

Examen d’anthropologie raciale : contrôle de la couleur des yeux pratiqué sur une jeune fille tsigane, 1936-1940 (photo Bundesarchiv)

• Des articles :
*« Une catastrophe invisible. La Shoah des Tsiganes », Michael Stewart, Terrain, n° 54, Catastrophes.
« Obstacle aux recherches sur les camps de la mort. Une pensée scientifique prise entre l’insignifiance et l’offense »
, Patrick Bruneteaux, Terrain, n° 42.
Homme/Femme.

• Sites et blogs :
La fondation pour la mémoire de la ShoahGroupe d’action internationale sur la Shoah, Mémoire locale et Seconde Guerre mondiale, INA – Mémoires de la Shoah, Urba-Rom, Études Tsiganes, Encyclopédie multimedia de la Shoah.

A faire :
Le Mémorial de la Shoah, Musée d’Auschwitz-Birkenau

D’Ethiopie en Israël

« La religion des Dati (les Israéliens religieux) n’a rien à voir avec la nôtre. Les farenge (les Blancs) ne tuent pas les bêtes correctement ; du coup on ne peut pas manger leur viande, alors qu’ils peuvent manger la nôtre puisque nous tuons selon la Bible et les lois que Moïse nous a données. Et puis, en Ethiopie, quand une fille naissait, la mère restait quatre-vingts jours seule dans une hutte. Ici, les femmes qui viennent d’accoucher restent à la maison ! Nous, on ne se marie pas sur sept générations, ici, ils s’épousent entre cousins germains ! Ils appellent ce pays Israël, mais ce n’est qu’un nom, c’est nous qui sommes le véritable Israël! » Alequa Birre, un Juif éthiopien immigré en Israël, aime parler ainsi de la supériorité religieuse des Ethiopiens sur les autres Israéliens.
Les Beta Israël, (connus également sous le nom de Falashas) vivaient dans de petits villages des montagnes du nord de l’Ethiopie, parmi leurs voisins chrétiens et musulmans. Alors que beaucoup se convertissaient au christianisme, un petit groupe de Beta Israël parvint à préserver une identité sociale, économique et religieuse distincte. Une des clés de cette persistance a été la ténacité avec laquelle ils ont observé un ensemble de pratiques de pureté imposées par la Bible, créant autour du groupe une frontière symbolique et sociale. Mais, une fois en Israël, dans leur terre promise, ils se virent assigner une position sociale marginale. Alors, ils continuent à utiliser leurs exigences de pureté communautaire, pour se démarquer, pour pouvoir encore se considérer comme les « vrais Juifs », les meilleurs Juifs, surmontant ainsi leur marginalité dans la société israélienne.

Pour en savoir plus :

Un jeune Falash Mura en Ethiopie en 2005

Des articles :
« « Les plus purs des Juifs ». D’Ethiopie en Israël, l’évolution des rituels de purification falashas », Tanya Schwarz, Terrain n° 31, Un corps pur.

Sites et blog :
Les Falashas, manifestation des Falashas en Israël.

A voir :
Beta Israël, les derniers juifs d’Ethiopie.

La première affaire de hacker

Un savant fou. Un virus mortel. Du sexe. Des gadgets électroniques à la mode. Tous les ingrédients pour un grand feuilleton sont réunis. En 1989, éclate l’affaire de la « disquette Sida », l’un des premiers scandales internationaux portant sur des pratiques informatiques à risque qui désormais constituent notre quotidien : spam, logiciels malveillants, information scientifique non contrôlée.
« Entre le 7 et le 11 décembre 1989, la Ketema & Associates, une société fantôme basée à Londres, déclenche l’envoi en nombre de vingt-six mille enveloppes, chacune contenant une disquette de « renseignements introductifs sur le sida ». Spam électronique avant la lettre, ce déluge de plis non sollicités prend pour cibles des particuliers et des associations de patients situées surtout au Royaume-Uni, mais aussi dans d’autres pays européens et africains. La disquette permet, une fois insérée dans un ordinateur, d’accéder à « un logiciel interactif pour l’éducation à la prévention de l’affection appelée sida ». Les messages affichés sur l’écran prétendent que les renseignements contenus dans le logiciel peuvent « sauver la vie » de son usager, lequel est encouragé à le « partager avec d’autres personnes afin qu’elles puissent en bénéficier également ». Le programme administre un simple questionnaire (âge, sexe, antécédents médicaux, pratiques sexuelles, etc.), puis dispense des conseils pour limiter la prise de risque (diminution du nombre de partenaires sexuels, prophylaxie). Alarmiste, l’application veut évidemment toucher un public tout-venant, comme le démontrent certains des messages à la fin du questionnaire : « Danger : vous êtes averti que votre risque de contracter le sida est tellement important qu’il dépasse le barème des probabilités » ; « Achetez des préservatifs aujourd’hui même, en sortant de votre bureau » ; « Insistez avec votre partenaire sexuel sur la nécessité d’être mutuellement fidèles dans votre relation » (ibid.). Mais les expéditeurs inconnus ont aussi glissé dans la disquette un autre logiciel, du type « cheval de Troie » (trojan horse) – une application qui s’installe subrepticement dans le système informatique en y exécutant des tâches à l’insu du possesseur. […] Le logiciel sature le disque dur, crypte la totalité des fichiers présents et affiche un message qui invite l’usager à payer une redevance annuelle de 189 dollars pour continuer à utiliser la disquette. » Antonio A. Casilli in Terrain n°64.
Alors la disquette Sida,  grande opération de sensibilisation publique ou acte isolé d’un savant fou ?

Pour en savoir plus :

Casilli 3HDUn article :
* « Dr Popp et la disquette Sida », Antonio A. Casilli, Terrain n°64, Virus.

• Sites et Blogs :
ANRS, OMS, ONUSIDA.

La voix

« Tous les soirs j’avais peur et j’étais fragile de manière différente. Je me sers de la peur pour interpréter mes personnages dans lesquels je mets toujours une part de souffrance, même lorsqu’il s’agit de rôles comiques » Nathalie Dessay citée in Terrain n°37*.
L’art lyrique n’existe que par et pour l’émotion et le patient labeur de la technique vocale qui façonne le corps du chanteur a pour finalité la transmission des émotions, c’est-à-dire leur expression. Le travail de la technique construit une voix, un corps ; il permet au chanteur de mettre à distance, de maîtriser ses propres émotions tout en les utilisant, en les réintégrant à son chant. Dans la riche partition des émotions lyriques, la peur semble jouer un rôle central : ne serait-elle pas, finalement, l’émotion fondamentale de l’art lyrique ? Une matrice en quelque sorte de toutes les émotions ? La technique sert à conjurer mais aussi à utiliser cette peur pour faire surgir et transmettre d’autres émotions.

Pour en savoir plus :

indexDes articles :
* « Lyriques apprentissages. Les métamorphoses de l’émotion »
, Anne Paradis, Terrain n° 37, Musique et Emotion.
« La voix d’Elvis… »
, Gabriel SegréTerrain n° 37, Musique et Emotion. http://terrain.revues.org/1300 ; DOI : 10.4000/terrain.1300

Sites et Blogs :
L’opéra de Paris, l’art lyrique français, la voix humaine, Science et voix.

• A faire :
Journée mondiale de la voix.