Rêver

« Rêver, au sens d’avoir pendant le sommeil l’esprit occupé à des images, à des actions identifiables ou confuses, est un mot neuf. Il n’a commencé à s’imposer qu’à partir des années 1650. Descartes note « faire des rêves en dormant » (1649) et Pascal écrit dans une acception tout à fait moderne : « Il me semble que je rêve » (1656). Alors que dans la tragédie classique, jusqu’à Racine et même au-delà, les héros continuent à songer, dans la prose des philosophes et des moralistes on commence à rêver. Le mot rêve prendra en charge, au XVIIIe siècle, tous les aspects et tous les moments de l’expérience : le surgissement de la vision, les indices que laisse entrevoir le corps endormi, le souvenir que l’esprit en conserve et, bien sûr, le récit que l’on peut en donner par la suite. Le phénomène est bien caractérisé, il n’est même pas propre à l’homme : « Non seulement les rossignols dorment, écrit Buffon, mais ils rêvent et d’un rêve de rossignol car on les entend gazouiller à demi-voix et chanter tout bas. » Cette spectaculaire substitution lexicale a été, au cours du Moyen Age, précédée par une autre. Songer a évincé pantaiser qui, à la Renaissance, n’a plus que le sens de « suffoquer » et dont il ne reste aujourd’hui que l’adjectif pantois. Maissonger comme pantaiser n’offriront pas très longue résistance, même dans les dialectes d’oc. La carte 1695 de l’Atlas linguistique de la France fait, à la fin duxixe siècle, le point sur une invasion lente mais irrésistible (Gilliéron et Edmont 1902). Partout dans le Sud, revar, à l’occitane, est en passe de délogerpantaisar et somiar, où, du moins, le français rêve, de plus en plus préféré à tout autre terme, provoque d’importants remaniements, lexicaux et sémantiques, dans ce domaine. Ainsi en pays de Sault, dans un dialecte languedocien des Pyrénées, l’ancien pantaisar signifie aujourd’hui « haleter », « perdre le souffle » ; somiar, c’est à la fois dormir et rêver, mais le seul substantif en usage est rêve, à la française. « Ai somiat un rêve » est l’équivalent exact de « j’ai fait un rêve ». Comment comprendre ces mouvements du vocabulaire, que donnent-ils à penser aujourd’hui ?  » Daniel Fabre in Terrain n°26.

Pour en savoir plus :

Le rêve. Puvis de Chavanne (Orsay, cliché RMN).

Des articles :
« Rêver. Le mot, la chose, l’histoire », Daniel Fabre, Terrain n° 26 , Rêver.
« Destins anthropologiques du rêve »
, Giordana Charuty. Terrain, n°26, Rêver (texte intégral).
« Les rêves de Teresa », Deborah Puccio. Terrain, n°26, Rêver (texte intégral).
« Rêver pour soi et pour les autres», Caroline Humphrey et A. Hürelbaatar. Terrain, n°26, Rêver (texte intégral).
« Les couturières de la nuit », Marie-Claire Latry. Terrain, n°26, Rêver (texte intégral).
« Rêver », Daniel Fabre. Terrain, n°26, Rêver (texte intégral).
« Entrer en montagne pour y rêver », Brigitte Baptandier. Terrain, n°26, Rêver (texte intégral).
« Le rêve entre au-delà et ici-bas », Marie-Elisabeth Handman. Terrain, n°26, Rêver (texte intégral) .

Sites et Blogs :
L’interprétation des rêves d’après Freud, selon Jung, le rêve comme éveil de la conscience, sur le sommeil les rêves et l’éveil, l’étude du rêve d’après des textes littéraires.

Le rêve : une communication avec l’au-delà ?

« Si, pour l’honnête homme occidental de la fin du XXe siècle, le rêve est une activité psychique qui appartient totalement à la personne du dormeur et traduit ses pensées inconscientes propres, pour les habitants d’Arnaia, petit bourg de la Macédoine centrale, il n’en va pas ainsi, même si certains jeunes, frottés de psychologie, ajoutent aux représentations traditionnelles du rêve dans leur société des éléments d’explication empruntés à la théorie freudienne. Traditionnellement pour les Arniotes, le rêve, certes, est produit par la personne du dormeur, mais les images du rêve lui sont envoyées par les êtres qui peuplent la réalité extérieure (personnes affectivement proches) ou le monde surnaturel (Dieu et les saints, le diable et les démons ou encore les âmes des défunts). C’est bien ce qu’exprime le fait qu’en grec on ne dise pas « j’ai fait un rêve » mais « j’ai vu un rêve » et ce qui explique que pour les Arniotes le rêve soit à la fois sacré, prémonitoire, télépathique, mais aussi injonctif. […] Une jeune femme était inconsolable depuis la mort de son beau-père et ne pouvait tarir ses larmes ; sur le conseil du pope, elle fit un énorme kollivo à son intention, mais sa tristesse ne cessait pas pour autant. Peu de temps après, sa kouniadha vit en rêve sa propre mère, morte également, qui lui dit avoir reçu un magnifique cadeau : il a fait plaisir à tout le monde « là-bas », tant il était gros. Mais les pleurs continuels de sa bru pesaient aux ombres, il fallait absolument qu’elle arrête. La kouniadha transmit le message à sa belle-soeur, dont les larmes, aussitôt, cessèrent de couler. »* Marie-Elisabeth Handman in Terrain, n°26

Pour en savoir plus :

Echelle de Jacob (Cliché Bibliotheca Vaticana).

Echelle de Jacob (Cliché Bibliotheca Vaticana).

Des articles :
* « Le rêve entre au-delà et ici-bas », Marie-Elisabeth Handman. Terrain, n°26, Rêver (texte intégral) .
« Rêver pour soi et pour les autres»
, Caroline Humphrey et A. Hürelbaatar. Terrain, n°26, Rêver (texte intégral).
« Destins anthropologiques du rêve »
, Giordana Charuty. Terrain, n°26, Rêver (texte intégral).
« Les rêves de Teresa », Deborah Puccio. Terrain, n°26, Rêver (texte intégral).
« Les couturières de la nuit », Marie-Claire Latry. Terrain, n°26, Rêver (texte intégral).
« Rêver », Daniel Fabre. Terrain, n°26, Rêver (texte intégral).
« Entrer en montagne pour y rêver », Brigitte Baptandier. Terrain, n°26, Rêver (texte intégral).

Sites et Blogs :
Rêveclub, l’interprétation des rêves d’après Freud, selon Jung, sur le sommeil les rêves et l’éveil, l’étude du rêve d’après des textes littéraires, « Rêves d’archives, archives du rêve ».

• A faire :
La renaissance et le rêve
au Musée du Luxembourg, Paris jusqu’au 26 janvier 2014.
La cime du rêve. Victor Hugo et les surréalistes.
à la Maison de Victor Hugo jusqu’au 16 février 2014.

Rêver pour les autres

« Avant que mon fils Chuluunbat aille à l’université, j’ai fait un rêve. J’ai rêvé que je mangeais de la viande de femme. A l’époque, cette femme de mon village vivait encore. Elle s’appelait Möödeg, et était malade depuis longtemps, atteinte d’une maladie incurable des poumons. Dans mon rêve, j’étais avec une autre femme, une voisine, et nous sommes allées chez Möödeg, que l’on a trouvée étendue, morte. Je l’ai mangée, mais l’autre femme, elle, est partie sans manger. J’étais pleine de honte, parce que moi seule mangeais. Une fois réveillée, je ne me sentais plus honteuse – bon, il s’agissait d’un rêve – mais je savais qu’il prédisait certainement quelque chose. J’ai donc été consulter l’oncle du grand-père de Chulunnbat, qui était lama. Il me recommanda : « N’en dis rien aux autres, car cela est un très bon rêve. » Peu après, mon fils entra à l’université, mais celui de la voisine qui m’accompagnait dans mon rêve, qui avait le même âge que le mien, ne fut pas accepté, lui. » Une villageoise illettrée de Houhehot in Terrain n°26 *.

Pour les Mongols, les rêves ne concernent pas l’individu mais la communauté : on ne rêve pas pour soi, mais pour les autres. Par conséquent, l’interprétation et la signification des rêves relèvent du domaine collectif!

C’est un travail d’archivage des rêves de la communauté qu’ont entrepris les Archives départementales des Bouches-du-Rhônes : une banque des rêves consultable sur place ou en ligne et où chacun peut déposer les siens …

Pour en savoir plus :

Le rêve. Puvis de Chavanne (Orsay, cliché RMN).

Des articles :
* « Rêver pour soi et pour les autres», Caroline Humphrey et A. Hürelbaatar. Terrain, n°26, Rêver (texte intégral).
« Destins anthropologiques du rêve »
, Giordana Charuty. Terrain, n°26, Rêver (texte intégral).
« Les rêves de Teresa », Deborah Puccio. Terrain, n°26, Rêver (texte intégral).
« Les couturières de la nuit », Marie-Claire Latry. Terrain, n°26, Rêver (texte intégral).
« Rêver », Daniel Fabre. Terrain, n°26, Rêver (texte intégral).
« Entrer en montagne pour y rêver », Brigitte Baptandier. Terrain, n°26, Rêver (texte intégral).
« Le rêve entre au-delà et ici-bas », Marie-Elisabeth Handman. Terrain, n°26, Rêver (texte intégral) .

Sites et Blogs :
Rêveclub, l’interprétation des rêves d’après Freud, selon Jung, le rêve comme éveil de la conscience, sur le sommeil les rêves et l’éveil, l’étude du rêve d’aprèsdes textes littéraires.

• A faire, à voir :
« Rêves d’archives, archives du rêve » aux archives départementales des Bouches-du-Rhônes, inauguration le 7 juin à partir de 19h.

Odilon Redon, Prince du rêve

Contemporain des impressionnistes, Odilon Redon demeure comme le grand artiste du mystère, du subconscient et du rêve en une époque qui était surtout éprise de réel et d’objectivité. Dans son premier album de lithographie intitulé Dans le Rêve (1879), il cherche à travers les rêves la descente dans l’inconscient, lequel lui permet de révéler les sources de son inspiration et de décrire son monde personnel voué à l’exploration de l’imaginaire. Le rêve comme un accès privilégié à l’inconscient ? Si Freud a répondu positivement à cette question, il se trouve que de nombreuses autres interprétations des rêves existent…

Pour en savoir plus :

Des articles :
« Destins anthropologiques du rêve », Giordana Charuty. Terrain, n°26, Rêver (texte intégral).
« Les rêves de Teresa », Deborah Puccio. Terrain, n°26, Rêver (texte intégral).
« Rêver pour soi et pour les autres», Caroline Humphrey et A. Hürelbaatar. Terrain, n°26, Rêver (texte intégral).
« Les couturières de la nuit », Marie-Claire Latry. Terrain, n°26, Rêver (texte intégral).
« Rêver », Daniel Fabre. Terrain, n°26, Rêver (texte intégral).
« Entrer en montagne pour y rêver », Brigitte Baptandier.Terrain, n°26, Rêver (texte intégral).
« Le rêve entre au-delà et ici-bas », Marie-Elisabeth Handman. Terrain, n°26, Rêver (texte intégral).

• Sites et Blogs :
Odilon Redon

• A voir :
Odilon Redon, Prince du rêve au Grand Palais jusqu’au 20 Juin 2011 et au musée Fabre de Montpellier du 7 Juillet au 16 Octobre 2011.

Rêver

Pour Freud, le rêve est l’accès privilégié aux désirs infantiles et aux pulsions sexuelles, rendues méconnaissables par le travail de l’inconscient. Mais l’interprétation freudienne des rêves est limitée à une petite partie de l’Occident. Dans d’autres cultures, rêver est une activité sociale, et non une expérience solitaire. Comme le soulignait Claude Lévi-Strauss : « En termes de théorie de la communication, le rêve apparaît en effet comme un message, mais qui, à l’inverse du discours, se transmet du récepteur à l’émetteur (d’où l’inévitable participation d’autrui)… ». Ainsi ce n’est pas mon propre destin que j’accomplis en rêvant, mais celui de mes proches…
Chaque culture a sa façon d’interpréter les songes et l’interprétation collective des rêves, très répandue de l’Europe à l’Asie, joue un rôle puissant de régulateur social.

Pour en savoir plus :

Le rêve. Puvis de Chavanne (Orsay, cliché RMN).

Des articles :
« Destins anthropologiques du rêve », Giordana Charuty. Terrain, n°26, Rêver (texte intégral).
« Les rêves de Teresa », Deborah Puccio. Terrain, n°26, Rêver (texte intégral).
« Rêver pour soi et pour les autres», Caroline Humphrey et A. Hürelbaatar. Terrain, n°26, Rêver (texte intégral).
« Les couturières de la nuit », Marie-Claire Latry. Terrain, n°26, Rêver (texte intégral).
« Rêver », Daniel Fabre. Terrain, n°26, Rêver (texte intégral).
« Entrer en montagne pour y rêver », Brigitte Baptandier. Terrain, n°26, Rêver (texte intégral).
« Le rêve entre au-delà et ici-bas », Marie-Elisabeth Handman. Terrain, n°26, Rêver (texte intégral) .

Sites et Blogs :
L’interprétation des rêves d’après Freud, selon Jung, le rêve comme éveil de la conscience, sur le sommeil les rêves et l’éveil, l’étude du rêve d’après des textes littéraires.