Il ou Elle

« C’était après la naissance du petit [son fils]. Je suis allé voir un chirurgien pour qu’il m’enlève ce que j’avais en haut, parce que je ne les supportais plus. Et c’est là que pour la première fois j’ai entendu le mot transsexuel. Je ne savais pas ce que ça voulait dire. Il m’a demandé si j’étais transsexuel. Je lui ai dit : écoutez, je connais des amis homosexuels mais transsexuels, non, je ne sais pas ce que ça veut dire. Moi, ce que je savais, c’est qu’il y avait des hommes qui devenaient des femmes et qui se prostituaient. Voilà l’image que j’avais, c’est tout ! »* Camel, 43 ans, FTM**, transition achevée.

Dans les sociétés démocratiques contemporaines, les identités de genre sont devenues complexes. La mode porte l’androgynie aux nues, une député transgenre vient d’être élue en Pologne… « Nous sommes tous transsexuels », dit Jean Baudrillard (1987). Cela signifie-t-il qu’un homme ou une femme peut, du jour au lendemain, s’engager dans un parcours en vue d’effectuer une transition ? Sentir que l’on n’est pas ce à quoi son corps renvoie exige d’en avoir la certitude inébranlable. Comment les transsexuels en viennent-ils donc à se reconnaître du genre opposé et dans quelles circonstances ?

** FTM : abréviation de la terminologie anglo-saxonne signifiant female to male et qui désigne une femme biologique devenue un homme

Pour en savoir plus :

•Des articles :
*« D’un genre à l’autre. Identité refusée, identité abandonnée », Sébastien Sengenès, Terrain, n°42, Homme/Femme (texte intégral).
« Accords et désaccords », Claudine Vassas, Terrain, n°42, Homme/Femme (texte intégral).
« Constituer des hommes et des femmes : la procédure de transsexualisation », Laurence Hérault, Terrain, n°42, Homme/Femme (texte intégral).

•Sites et Blogs :
L’association nationale transgenre, le réseau Transgender Europe, des artistes s’intéressant à la transexualité : Cindy Sherman, Valérie Belin et Flore-Ael Surun, définition du transexualisme, droit des personnes transgenres

L’Allemagne reconnaît un troisième sexe

En Allemagne, depuis le 1er novembre 2013, il n’est plus obligatoire d’indiquer le sexe de l’enfant à sa naissance. L’Allemagne devient ainsi le premier pays européen à reconnaître l’existence d’un troisième sexe. Certains enfants intersexuels (1 sur 500) naissent sans organes génitaux clairement définis et subissent des interventions ou des traitements hormonaux pour les intégrer dans l’une des deux catégories.
« L’existence d’un troisième sexe, c’est la thèse défendue par Bernard Saladin d’Anglure à partir de ses travaux initiés chez les Inuit dans les années 60. Chez ces derniers, certains enfants recevant le nom d’ancêtres du sexe opposé sont « travestis » jusqu’à leur puberté. D’autres, selon les accoucheuses ont la capacité de changer de sexe en naissant, appelés sipiniit (de sipi, « se fendre »). Il s’agit de garçons, le plus souvent, qui se transforment en filles.[…] Mais il arrive aussi qu’au sein d’une famille, pour ses besoins, un garçon soit socialisé en fille et, inversement, qu’une fille soit habillée et éduquée comme un garçon, initiée au tâches masculines et à la chasse jusqu’à sa puberté. On y célèbre les premières règles comme si elle avait tué son premier gros gibier, mais à partir de ce moment, elle doit se coiffer, s’habiller et se comporter « en fille ». Même butoir biologique pour le garçon, qui doit, à l’entrée dans la puberté, couper ses tresses et adopter des vêtements masculins. »*
Et dans notre société, quelle est la place des personnes du troisième sexe ? Comment définissent-ils leur identité ? Comment sont-ils perçus ? Et quel sera l’impact de cette nouvelle loi sur les mentalités ?

Pour en savoir plus :

Hermaphroditus,-Lady-Lever-Art-Gallery•Des articles :
*« Accords et désaccords »
, Claudine Vassas, Terrain, n°42, Homme/Femme (texte intégral).
« D’un genre à l’autre. Identité refusée, identité abandonnée »Sébastien Sengenès, Terrain, n°42, Homme/Femme (texte intégral). 
« Constituer des hommes et des femmes : la procédure de transsexualisation »
, Laurence Hérault, Terrain, n°42, Homme/Femme (texte intégral).

•Sites et Blogs :
ArteTV, l’affaire Norrie May-Welby  en Australie, organisation internationale des intersexes, genres pluriels, androgynous mythology (site en anglais).

Le troisième sexe

« L’existence d’un troisième sexe, c’est la thèse défendue par Bernard Saladin d’Anglure à partir de ses travaux initiés chez les Inuit dans les années 60. Chez ces derniers, certains enfants recevant le nom d’ancêtres du sexe opposé sont « travestis » jusqu’à leur puberté. D’autres, selon les accoucheuses ont la capacité de changer de sexe en naissant, appelés sipiniit (de sipi, « se fendre »). Il s’agit de garçons, le plus souvent, qui se transforment en filles.[…] Mais il arrive aussi qu’au sein d’une famille, pour ses besoins, un garçon soit socialisé en fille et, inversement, qu’une fille soit habillée et éduquée comme un garçon, initiée au tâches masculines et à la chasse jusqu’à sa puberté. On y célèbre les premières règles comme si elle avait tué son premier gros gibier, mais à partir de ce moment, elle doit se coiffer, s’habiller et se comporter « en fille ». Même butoir biologique pour le garçon, qui doit, à l’entrée dans la puberté, couper ses tresses et adopter des vêtements masculins. »* Et dans notre société, quelle est la place des transsexuels ? Comment définissent-ils leur identité ? Et comment sont-ils perçus ?

Pour en savoir plus :

Tiresias, homme puis femme et enfin homme, aveugle et devin.

•Des articles :
*« Accords et désaccords »
, Claudine Vassas, Terrain, n°42, Homme/Femme (texte intégral).
« D’un genre à l’autre. Identité refusée, identité abandonnée », Sébastien Sengenès, Terrain, n°42, Homme/Femme (texte intégral).
« Constituer des hommes et des femmes : la procédure de transsexualisation »
, Laurence Hérault, Terrain, n°42, Homme/Femme (texte intégral).

•Sites et Blogs :
Des artistes s’intéressant à la transexualité : Cindy Sherman, Valérie Belin et Flore-Ael Surun, définition du transexualisme, droit des personnes transgenres