Rêver

Pour Freud, le rêve est l’accès privilégié aux désirs infantiles et aux pulsions sexuelles, rendues méconnaissables par le travail de l’inconscient. Mais l’interprétation freudienne des rêves est limitée à une petite partie de l’Occident. Dans d’autres cultures, rêver est une activité sociale, et non une expérience solitaire. Comme le soulignait Claude Lévi-Strauss : “En termes de théorie de la communication, le rêve apparaît en effet comme un message, mais qui, à l’inverse du discours, se transmet du récepteur à l’émetteur (d’où l’inévitable participation d’autrui)…”. Ainsi ce n’est pas mon propre destin que j’accomplis en rêvant, mais celui de mes proches…
Chaque culture a sa façon d’interpréter les songes et l’interprétation collective des rêves, très répandue de l’Europe à l’Asie, joue un rôle puissant de régulateur social.

Pour en savoir plus :

Le rêve. Puvis de Chavanne (Orsay, cliché RMN).

Des articles :
« Destins anthropologiques du rêve », Giordana Charuty. Terrain, n°26, Rêver (texte intégral).
« Les rêves de Teresa », Deborah Puccio. Terrain, n°26, Rêver (texte intégral).
« Rêver pour soi et pour les autres», Caroline Humphrey et A. Hürelbaatar. Terrain, n°26, Rêver (texte intégral).
« Les couturières de la nuit », Marie-Claire Latry. Terrain, n°26, Rêver (texte intégral).
« Rêver », Daniel Fabre. Terrain, n°26, Rêver (texte intégral).
« Entrer en montagne pour y rêver », Brigitte Baptandier. Terrain, n°26, Rêver (texte intégral).
« Le rêve entre au-delà et ici-bas », Marie-Elisabeth Handman. Terrain, n°26, Rêver (texte intégral) .

Sites et Blogs :
L’interprétation des rêves d’après Freud, selon Jung, le rêve comme éveil de la conscience, sur le sommeil les rêves et l’éveil, l’étude du rêve d’après des textes littéraires.

Catastrophes

Le Brésil vient d’être confronté à la plus grande catastrophe naturelle de l’histoire du pays. Selon le dernier bilan officiel, les inondations ont causé la mort de 767 personnes. 2010 se caractérise par un nombre extrêmement élevé de catastrophes naturelles, il y en a eu 950 dans le monde. Le nombre des victimes s’élève à 295.000 morts et les pertes financières à 130 milliards de dollars. Haïti, Xynthia, Katrina… Séisme, tempête, ouragan… Punition divine ou sanction naturelle? Comment interprète-t-on les catastrophes? Que disent-elles de notre rapport à la nature? Ont-elles un sens? Doit-on en tirer un enseignement? Remettent-elles en cause l’ordre du monde? Quelles sont leurs conséquences sur la société? Et quelle est la responsabilité des êtres humains?
Retrouvez les multiples interprétations d’une catastrophe naturelle au Vénézuela, les conséquences de l’ouragan Katrina ou encore la mise en place d’un dispositif mondial contre la grippe A dans la revue Terrain n°54.

Pour en savoir plus :

Des articles :
Catastrophes et ordre du monde”, Nicolas Journet. Terrain n°54, Catastrophes.
“Fléaux de Dieu ou catastrophes naturelles ? Les tremblements de terre en France à l’époque moderne
“, Grégory Quenet. Terrain n°54, Catastrophes.
“Une sentinelle sanitaire aux frontières du vivant. Les experts de la grippe aviaire à Hong-Kong
“, Frédéric Keck. Terrain n°54, Catastrophes.
“Le sens du désastre. Les multiples interprétations d’une catastrophe “naturelle” au Venezuela
“, Sandrine Revet. Terrain n°54, Catastrophes.
“Le scrutin de Nargis. Le cyclone de 2008 en Birmanie
“, Bénédicte Brac de la Perrière. Terrain n°54, Catastrophes.
“La catastrophe comme prétexte à l’action. Réformer l’alimentation au lendemain
“, Katrina Nicolas Larchet. Terrain n°54, Catastrophes.

Sites et Blogs :
La catastrophe au Brésil, le point des catastrophes en 2010, Futura-science, Katrina, Haïti, thinking the unthinkable.

Sport et Société

“Nous avions conscience que la connaissance du sport est la clé de la connaissance de la société” N. Elias, 1994. La violence maîtrisée, Paris, Fayard.

Les sports sont d’efficaces révélateurs des appartenances, des antagonismes et des tensions au sein des sociétés. Ici, ils participent à l’avènement d’une conscience nationale, là ils charrient le rêve d’une improbable ascension sociale, ailleurs ils s’accompagnent de rites de passage particulièrement significatifs des systèmes de représentation en cours.
La mobilisation sportive, l’engouement des foules peuvent tout aussi bien endormir temporairement les consciences politiques que catalyser les consciences contestataires.

Pour en savoir plus :

Rugby, 1922 (microf. Bibliothèque nationale)

Des livres :
Être rugby. Jeux du masculin et du féminin. Anne Saouter.
Le match de football.Ethnologie d’une passion partisane à Marseille, Naples et Turin. Christian Bromberger

•Des articles :
De quoi parlent les sports ? Christian Bromberger, Terrain n°25, Des sports (Texte intégral).
La maman et la putain. Les hommes, les femmes et le rugby, Anne Saouter Terrain n°25, Des sports (Texte intégral).
Amères victoires. Les sportifs noirs et le rêve américain de mobilité sociale, Allen Guttmann, Terrain n°25, Des sports (Texte intégral).
Sport-passion dans la ville : le skateboard, Claire Calogirou et Marc Touché, Terrain n°25, Des sports (Texte intégral).
Cheval, mon amour. Sports équestres et sensibilités « animalitaires » en France, Jean-Pierre Digard, Terrain n°25, Des sports (Texte intégral).
Les quilles en Gascogne. Entre jeu et sport, Jean Camy, Terrain n°25, Des sports (Texte intégral).
Nationalisme, football et polo : tradition et créolisation dans la construction de l’Argentine moderne, Eduardo P. Archetti, Terrain n°25, Des sports (Texte intégral).
Le cricket, le nationalisme et le cambrioleur, Adam Kuper, Terrain n°25, Des sports (Texte intégral).

•Sites et Blogs :
Sur le rugby, le blog rugby, sur le football, sur l’équitation, sur le skate-board.

La passion autobiographique

“C’est ici un livre de bonne foi, lecteur. Il t’avertit dès l’entrée que je ne m’y suis proposé aucune fin, que domestique et privée. Je n’y ai eu nulle considération de ton service, ni de ma gloire : mes forces ne sont pas capables d’un tel dessein. Je l’ai voué à la commodité particulière de mes parents et amis : à ce que, m’ayant perdu (ce qu’ils ont à faire bientôt), ils y puissent retrouver aucuns traits de mes conditions et humeurs, et que par ce moyen ils nourrissent plus entière et plus vive la connaissance qu’ils ont eue de moi ; Si c’eût été pour rechercher la faveur du monde, je me fusse mieux paré et me présenterais en une marche étudiée. Je veux qu’on m’y voie en ma façon simple, naturelle et ordinaire, sans contention et artifice : car c’est moi que je peins. Mes défauts s’y liront au vif, et ma forme naïve, autant que la révérence publique me l’a permis. […] Ainsi, lecteur, je suis moi-même la matière de mon livre.” Montaigne, Les Essais, 1580.

A l’instar de Montaigne, peu de gens réussiront à faire de leur autobiographie un chef d’œuvre (Rousseau, Stendhal, Proust…) mais “il n’existe pas de Mémoires, même écrits par des personnages insignifiants, qui ne soient d’une valeur sociale et pittoresque de tout premier ordre.” Tomasi di Lampedusa, 1996.

Pour en savoir plus :

Monique Baumann, huile sur toile, 1997

Des articles :
« Les archives du moi ou la passion autobiographique », Anna Iuso, Terrain, n°28, Miroirs du colonialisme (texte intégral).
« La mémoire autobiographique et le Soi », Maurice Bloch, Terrain n°52, Être une personne.

Un livre :
Par écrit. Ethnologie des écritures quotidiennes. Sous la direction de Daniel Fabre.

Site et blogs :
l’Association pour l’autobiographie, Vivre et l’écrire, la société des amis de Montaigne.

Le choix du conjoint : un libre choix?

“Comme je l’ai montré dans le cas du Béarn et de la Kabylie, les stratégies matrimoniales sont le produit non de l’obéissance à la règle mais du sens du jeu qui conduit à « choisir » le meilleur parti possible étant donné le jeu dont on dispose, c’est-à-dire les atouts ou les mauvaises cartes (les filles notamment), et l’art de jouer dont on est capable, la règle du jeu explicite — par exemple les interdits ou les préférences en matière de parenté ou les lois successorales —, définissant la valeur des cartes (des garçons et des filles, des aînés et des cadets). […] Qui veut gagner à ce jeu, s’approprier les enjeux, attraper la balle, c’est-à-dire par exemple le beau parti et les profits associés, doit avoir le sens du jeu, c’est-à-dire le sens de la nécessité et de la logique du jeu. Faut-il parler de règle ? Oui et non. On peut le faire à condition de distinguer clairement entre règle et régularité. Le jeu social est réglé, il est le lieu de régularités. Les choses s’y passent de façon régulière ; les héritiers riches se marient régulièrement avec des cadettes riches. Cela ne veut pas dire qu’il soit de règle pour les héritiers riches d’épouser des cadettes riches. […] Je peux dire que toute ma réflexion est partie de là : comment des conduites peuvent-elles être réglées sans être le produit de l’obéissance à des règles ?[…]
On ne peut dissocier les stratégies matrimoniales de l’ensemble des stratégies — je pense par exemple aux stratégies de fécondité, aux stratégies éducatives comme stratégies de placement culturel ou aux stratégies économiques, investissements, épargne, etc. — par lesquelles la famille vise à se reproduire biologiquement et surtout socialement, c’est-à-dire à reproduire les propriétés qui lui permettent de tenir sa position, son rang dans l’univers social considéré.[…] J’ai longuement montré, dans la Distinction, que l’amour peut être décrit aussi comme une forme d’amor fati : aimer, c’est toujours un peu aimer en autrui une autre réalisation de son propre destin social. Cela, je l’avais appris en étudiant les mariages béarnais.” Extrait de l’entretien avec Pierre Bourdieu in Terrain n°4.

Alors, dans ce cas, pourquoi pas un mariage arrangé ?! “Le mariage arrangé est, pour ceux qui s’y adonnent, raisonnable, sans danger, limité par l’information dont disposent les parents, qui à long terme agissent pour le bien de leur enfants Mais l’amour, bien sûr n’a rien à voir là dedans.” Alfred Gell in Terrain n°27.

"Soleil dans une cafétéria." Edward Hopper, 1958.

Pour en savoir plus :

Des articles :
“De la règle aux stratégies”, Pierre Bourdieu (entretien de Pierre Lamaison avec). Terrain n°4, Famille et Parenté (texte intégral).
« Amour, connaissance et dissimulation »
, Alfred Gell, Terrain n°27, l’Amour (texte intégral).
« Du mariage arrangé au mariage d’amour. Nouvelles stratégies chez les Bengali d’East London“, Kate Gavron, Terrain, n°27,  l’Amour (texte intégral).

• Sites et Blogs :
Pierre Boudieu, un hommage, le blog de Bourdieu.

“Hélène et les garçons”, le retour

Quinze ans après, le sitcom qui a marqué une génération revient en janvier 2011, sous le titre “Les mystères de l’Amour” sur TMC. Ce sitcom qui mettait en scène les aventures sentimentales d’un groupe d’étudiants entre cafète, garage et résidence universitaire a été fortement dénigré. Les critiques concordent : univers aseptisé, sentiments à l’eau de rose, refus de la sexualité… Et pourtant, la série fit à l’époque 52% de part d’audience sur TF1… Les succès télévisuels disent toujours quelque chose d’important sur les sociétés dans lesquelles ils se produisent. Comment expliquer l’engouement des jeunes pour cette série ? Quels liens établissent-ils avec ces personnages imaginaires ? Comment investissent-ils les séries télévisuelles ? Quelle est la place de la fiction dans l’apprentissage de la vie sentimentale ? Contrairement à une idée reçue, les jeunes ne sont pas passifs devant l’écran et “utilisent” les historiettes dans leurs relations de groupe, dans leur manière de construire une certaine sociabilité. Ses personnages deviennent des modèles de vie : et s’il fallait leur ressembler pour arriver à être soi ?

Pour en savoir plus :

Un livre basé sur la série “Hélène et les garçons”:
“La culture des sentiments. L’expérience télévisuelle des adolescents.” Dominique Pasquier.

• Sites et Blogs :
La tétralogie Hélène et les garçons, le come-back.

Unité et diversité de la Nation

“La France est une et indivisible, mais elle est composée de parties qui ont leur unité. Nous sommes Français, mais nous sommes aussi Bretons, Normands, Flamands, Picards, Lorrains, Bourguignons, Provençaux, Languedociens, Gascons. Nous avons tous une petite patrie dont nous aimons les paysages familiers, les costumes, les coutumes, l’accent et dont nous sommes fiers. Aimer cette petite patrie, rien n’est plus légitime, rien n’est plus naturel, rien n’est plus propre à fortifier l’amour de la France, notre patrie commune.[…] Enlever la Bretagne ou la Normandie ou la Gascogne à la France, ce serait mutiler non seulement son territoire mais aussi son génie.[…] Des notions d’histoires (sic) provinciales sont donc le complément nécessaire de l’histoire de France.” Langlois, 1891.

Comment concilier l’unité de la nation et sa diversité ? Les manuels pédagogiques de la IIIe République célébrèrent les beautés variées de la France (sites, grands hommes locaux, vins du cru, traditions, etc…) de façon à ce que l’amour du sol natal mène les futurs citoyens à l’amour de la Patrie. Les lieux communs ainsi forgés organisent encore notre perception de la France régionale.

Pour en savoir plus :

"Le Cidre", Charles Denet, 1909

Un livre :
“Ils apprenaient la France. L’exaltation des régions dans le discours patriotique”. Anne-Marie Thiesse.

Un article :
« Naissance de la Normandie (1750-1850) », François Guillet, Terrain n°, 33,  Authentique ?

• Sites et Blogs :
L’Association des régions de France, l’Association des maires de France, l’annuaire des régions de France.

Séparation de l’Église et de l’Etat ?

La loi de séparation de l’Église et de l’État est un événement fondateur de la société française du XXe siècle. Elle est adoptée à l’initiative du député socialiste Aristide Briand le 9 décembre 1905, après vingt-cinq ans d’un affrontement violent qui a opposé deux visions de la France : la France cléricale favorable au concordat et la France républicaine et laïque. Elle définit clairement le principe de la non-intervention du gouvernement dans la sphère religieuse et la non-intervention de la religion dans le gouvernement. Ce principe s’accompagne d’un principe de libre exercice du culte.
Des évènements récents en France et ailleurs (de l’affaire du voile au “symptôme Al Qaeda”) nous montre que cette scission entre religion et politique est loin d’être évidente.
“Cette vision (théorique et critique) de l’accès à une autonomie du politique fut reprise et thématisée tout au long du XVIIIe siècle par les Lumières, cette fois contre l’absolutisme, et entra fortement en tension avec les mouvements de l’intégralisme politico-religieux. Ainsi, la première question de Voltaire, quand il eut pris connaissance de l’affaire du chevalier de La Barre – un jeune militaire accusé de blasphème pour avoir donné des coups de couteau sur un grand crucifix fixé sur un pont à Abeville – fut-elle : “Mais que faisait donc cette croix dans l’espace public ? Pourquoi n’est-elle pas dans une église, là où elle appartient ?“. Cette position […] fut ensuite reprise […] comme un des modèle de la laïcité française, à côté d’alternatives communautaristes par exemple.”L’affaire du voile”, en France vint troubler ces équilibres en faisant entrer en contact dans un espace républicain, des formules différentes de la relation religieux / politique. Ce fut non seulement la manifestation publique de prescriptions religieuses ou domestiques “là où elles n’appartiennent pas” en principe, c’est à dire l’espace public, mais aussi la réaction politique d’autres pays aux réactions françaises. L’espace politique fut alors confronté à d’autres formules d’acceptation et de rejet de l’autre.” Elisabeth Claverie in Religion et Politique, Terrain n°51.

Pour en savoir plus :

Des articles :
« Religion et politique », Élisabeth Claverie, Terrain n°51, Religion et Politique.
« La vierge, les chrétiens, les musulmans et la nation. Liban, 2004-2007 », Aubin-Boltanski E., Terrain n°51, Religion et Politique.
“”GetReligion”. L’évolution de la droite religieuse aux États-Unis”, Susan Harding, Terrain n°51, Religion et Politique.
“Des pacificateurs inspirés. Note sur des groupes anabaptistes et évangéliques américains”, Sandrine Lefranc, Terrain n°51, Religion et Politique.
“Un pluralisme sans conflits. Sant’Egidio : diplomatie et religion”, Marie Balas, Terrain n°51, Religion et Politique.
“Questions de qualifications. Un mufti bosnien devant le TPIY”, Élisabeth Claverie, Terrain n°51, Religion et Politique.

• Sites et Blogs :
La loi et son contexte, les comptes rendus de l’assemblée nationale, la laïcité : débats 100 ans après.

Bruits / Voir la musique

Avec l’exposition Bruits, l’équipe du Musée ethnographique de Neuchâtel met en scène la manière dont les sociétés humaines appréhendent leurs productions sonores. Parmi les sons, il y a évidemment la musique, production humaine, par excellence. Que donne à voir la musique ? Comment transposons-nous les sons ? Quelles représentations en avons-nous ? Le visuel et le sonore convergent selon de multiples modalités : représentations de la musique par la peinture, systèmes de notation musicale, articulations entre sons et mouvements… pour certains compositeurs ou interprètes, les notes de musique possèdent même le pouvoir de déclencher des couleurs, des images mentales ou des paysages.

Illustration Jean-Marc Dumont

Pour en savoir plus :

Articles :
“Transmettre l’amour du chant ?
Cris, éloquence et complaintes dans une famille ordinaire de Mongolie rurale”, Laurent Legrain, Terrain n° 55, Transmettre
“Voir la musique”
Madeleine Leclair, Terrain n° 53, Voir la musique.
“Voir écouter. Pour une iconographie de l’auditeur”
Philippe Junod , Terrain n° 53, Voir la musique.
“À l’écoute de Paul Klee. Les choses sont-elles (aussi) corps de violons ?” Annie Paradis, Terrain n° 53, Voir la musique.
“Sons et couleurs. Des noces inachevées” Patrick Crispini, Terrain n° 53, Voir la musique.
“L’improvisation musicale et l’ordinateur. Transcrire la musique à l’ère de l’image animée” Marc Chemillier, Terrain n° 53, Voir la musique.
“Musiques, mouvements, couleurs dans la performance musicale andine. Exemples boliviens” Rosalía Martínez, Terrain n° 53, Voir la musique.
“Musique mécanique et temple hindou. Histoire controversée d’un dispositif visuel et sonore” Christine Guillebaud, Terrain n° 53, Voir la musique.
“Quand la musique donne à voir. La représentation de la montagne dans les chants des initiées itcha (Bénin) “Madeleine Leclair, Terrain n° 53, Voir la musique.
“Musiques, mouvements, couleurs dans la performance musicale andine. Exemples boliviens”, Rosalia Martinez, Terrain n° 53, Voir la musique.

Sites et Blogs :
Ethnographier les phénomènes sonores, le portail d’ethnomusicologie.

A voir :
L’exposition “Bruits” au MEN.