Apprentissages

 » Si l’on priait un esprit caustique de caractériser la conception longtemps dominante, dans les sciences humaines et sociales, du développement individuel, il s’amuserait peut-être à dire qu’elle est le produit d’une complicité objective, sinon d’une alliance conclue en bonne et due forme, entre l’anthropologie culturaliste et la psychologie behavioriste. La première affirme que les comportements humains sont entièrement gouvernés par la culture ; la seconde avançait que l’homme est infiniment malléable et grand ouvert à l’endoctrinement. C’est pourquoi, au sein de cette conception dominante, on oppose radicalement hérédité et environnement, nature et éducation, inné et acquis, biologie et culture ; c’est pourquoi également on manifeste une certaine détestation envers l’idée même de nature humaine, spontanément associée à celle de déterminisme biologique. En devenant doublement sapiens, l’homme aurait rompu ses amarres d’avec la nature ou, plus exactement, sa nature serait celle d’un être intégralement culturel, donc particularisable à merci. »* Gérard Lenclud in Terrain n°40.
L’enfant n’est-il qu’une page blanche ? La construction de la personnalité est-elle seulement socio-culturelle ? Peut-on envisager l’esprit humain initial autrement que comme un réceptacle vide, malléable et non organisé ? Quelle est la place de l’enfant lui-même dans l’apprentissage ? Tout ce qui est su est-il nécessairement enseigné ?

Pour en savoir plus :

• Des articles :
« Apprentissage culturel et nature humaine », Gérard Lenclud, Terrain n°40, Enfant et apprentissage (texte intégral). “
Pourquoi les enfants ont-ils des traditions?”
. Olivier Morin, Terrain n°55, Transmettre.
“Culture enfantine et règles de vie”. Jeux et enjeux de la cour récréation. Julie Delalande, Terrain n°40, Enfant et apprentissage (texte intégral). 
« L’acquisition du langage. Ce que l’enfant nous apprend sur l’homme »,
 Harriet Jisa, Terrain n° 40, Enfant et apprentissage (texte intégral). 
« Pourquoi les anthropologues n’aiment-ils pas les enfants ? »
, Lawrence A. Hirschfeld, Terrain n° 40, Enfant et apprentissage (texte intégral).
« Etre enfant à Rome. Le dur apprentissage de la vie civique »
Emmanuelle Valette-Cagnac, Terrain n° 40,Enfant et apprentissage (texte intégral). 
« Les dieux, les ancêtres et les enfants »
, Paul L. Harris, Terrain n° 40, Enfant et apprentissage (texte intégral). 
« Imitation et développement humain : les premiers temps de la vie »
, Andrew N. Meltzoff et M. Keith Moore, Terrain n° 44, Imitation et Anthropologie (texte intégral).

• Sites et blog : 
Les troubles de l’apprentissage chez l’enfant, journée mondiale de l’éducation le 7 août 2015.


L’enfance

«Quoiqu’il eût déjà vu bien des choses dans sa vie, la nature humaine ne lui semblait devenir intelligible que par l’observation de l’enfant. […] Wilhelm s’aperçut que l’enfant faisait vraiment l’éducation du père bien plus que le père celle de l’enfant. » Goethe in Les Années d’apprentissage de Wilhelm Meister. 
Selon une conception répandue en sciences sociales,  l’enfant apprendrait tout ce qu’il sait des adultes et de l’environnement culturel qui est le sien à sa naissance. L’enfant n’est-il qu’une page blanche ? La construction de la personnalité est-elle seulement socio-culturelle ? Peut-on envisager l’esprit humain initial autrement que comme un réceptacle vide, malléable et non organisé ? Quelle est la place de l’enfant lui-même dans l’apprentissage ? Et tout ce qui est su est-il nécessairement enseigné ? 

Pour en savoir plus :

Pièce jointe Mail• Des articles :
« Pourquoi les enfants ont-ils des traditions? ». Olivier Morin, Terrain n°55, Transmettre.
« Culture enfantine et règles de vie ». Jeux et enjeux de la cour récréation. Julie Delalande, Terrain n°40, Enfant et apprentissage (texte intégral). 
« L’acquisition du langage. Ce que l’enfant nous apprend sur l’homme »,
 Harriet Jisa, Terrain n° 40, Enfant et apprentissage (texte intégral). 
« Pourquoi les anthropologues n’aiment-ils pas les enfants ? »
, Lawrence A. Hirschfeld, Terrain n° 40, Enfant et apprentissage (texte intégral).
« Etre enfant à Rome. Le dur apprentissage de la vie civique »
Emmanuelle Valette-Cagnac, Terrain n° 40, Enfant et apprentissage (texte intégral). 
« Les dieux, les ancêtres et les enfants »
, Paul L. Harris, Terrain n° 40, Enfant et apprentissage (texte intégral). 
« Imitation et développement humain : les premiers temps de la vie »
, Andrew N. Meltzoff et M. Keith Moore, Terrain n° 44, Imitation et Anthropologie (texte intégral).

• A faire : 
L’enfance, cycle de conférences au Musée du quai Branly à partir du 4 février 2015.

La récré : un espace d’apprentissage

 » Apprendre : voilà bien le mot que nous associons spontanément à celui d’enfance. L’activité d’apprendre serait au centre de son quotidien et de ses préoccupations. Le plus souvent, le fait d’apprentissage est envisagé du point de vue de l’adulte : comment enseigne-t-on aux enfants ? Pourtant, l’autre approche est également objet d’intérêt : comment les enfants apprennent-ils ? Dans les deux cas, on pense d’abord aux enseignements donnés par les adultes, les maîtres et par la famille. Mais qu’en est-il des apprentissages entre enfants ? Quels sont les savoirs enfantins qui méritent d’être transmis de leur point de vue et comment se fait leur apprentissage ?   » Julie Delalande in Terrain n°40

Pour en savoir plus :

jeux enfantsDes articles :
« Culture enfantine et règles de vie ». Jeux et enjeux de la cour récréation. Julie Delalande, Terrain n°40, Enfant et apprentissage.
« Pourquoi les enfants ont-ils des traditions? ». Olivier Morin, Terrain n°55, Transmettre.

Blogs et Sites :
Que se passe-t-il à la récré ?, Le monde des petits, des comptinescanaille blog.

Etre enfant à Rome

« L’enfant n’appartient pas de naissance à l’humanité. Etre informe et sauvage, il n’est ni physiquement ni moralement un homme, c’est son éducation qui le fabriquera tel » (Dupont, 1994). Ce rejet de l’enfant du côté de l’animalité s’explique en particulier par son incapacité à parler un langage articulé. Jusqu’à 7 ans, l’enfant est en effet appelé in-fans, littéralement « non-parlant. […]  S’il a survécu à sa première enfance, s’il sait parler, manger et marcher, le bébé est devenu un enfant, puer. Il n’est pas encore un homme libre, mais il est déjà un être humain. Commence pour lui le temps des apprentissages qui le mèneront à la liberté morale (Dupont 1994). »* Emmanuelle Valette-Cagnac in Terrain n° 40.
L’enfant romain ne pourra accéder à l’humanité et à la culture qu’avec l’aide d’éducateurs – la nourrice, le père de famille, le maître d’école – qui vont à la fois par un façonnage du corps et du caractère et par un enseignement par l’exemple contribuer à faire de lui un homme libre et un parfait citoyen. Dans ce long apprentissage, l’écriture, la lecture, le jeu et la mémorisation des grands textes jouent un rôle central.

Pour en savoir plus :

enfant• Un article :
« Etre enfant à Rome. Le dur apprentissage de la vie civique », Emmanuelle Valette-Cagnac, Terrain n° 40, Enfant et apprentissage (texte intégral).

• Sites et Blogs :
La scolarisation des enfants dans le monde, le droit à l’éducation.