Vouloir devenir invisible

«  Dans un appartement de la banlieue de Melbourne, Bich, une jeune femme vietnamo-australienne d’une vingtaine d’années, se réveilla en entendant à la radio les nouvelles du drame. « Merde !, grommela-t-elle en replongeant la tête sous les draps, que c’est embarrassant ! ». En racontant ce moment, plusieurs mois après les faits, elle était encore choquée et légèrement déconcertée par sa réaction initiale – sans hésiter cependant à en faire part. Elle se souvient des sentiments qu’elle éprouva tandis qu’elle était sous le feu des actualités radiophoniques et de leurs commentaires consternants. Elle ne ressentit de tristesse ni pour les jeunes assassinés ni pour leur famille, elle ne ressentit que de la honte et de l’humiliation. « Je le ressentis physiquement », dit-elle, en évoquant sa fureur provoquée par le comportement de ces « imbéciles de garçons viets ». Elle se souvient de n’avoir eu qu’une seule pensée clairement formulée : « Quels imbéciles de cons stupides ! ». Tout en se préparant pour aller au travail, Bich devenait de plus en plus préoccupée et agitée en imaginant les gens qu’elle allait rencontrer et qui l’identifieraient comme étant une Vietnamienne. Il n’y avait pas moyen, se lamentait-elle, d’échapper à cette identité. Et ce jour-là, tout particulièrement, elle enrageait de n’être visible pour le monde extérieur qu’en tant que Vietnamienne. (…)
La promesse d’appartenance multiculturelle est-elle donc vide ? Peut-être cet attachement à  « faire partie » est-il fait d’ »optimisme cruel ». Les possibilités d’appartenance dans un espace multiculturel, hiérarchique et racial, basé sur une hiérarchie raciale dont le citoyen idéal demeure blanc – ni jaune ni noir –, sont compromises dès le départ. Les immigrants en Australie, ordonnés en fonction d’une hiérarchie légitimée par la race, deviennent socialement visibles à cause de leurs « différences », générant le désir chez certains de devenir invisibles. Quand ils parlent de leur désir d’invisibilité, ils plaident pour être vus différemment plutôt qu’être perçus comme différents. Pour ceux dont la différence est visible, pour qu’ils puissent être vus autrement, le regard du multiculturalisme doit être modifié. Quand la honte colle et fige sur place les corps, cet état exige soit de remplacer la personne, soit de transformer le monde qui produit ce corps empli de honte. »* Maree Pardy in Terrain n°63.

Pour en savoir plus :

sc0012

Attendre de faire partie. Des Vietnamiens-Australiens célèbrent la fête nationale : un avant-goût du sentiment d’appartenir pleinement à la société multiculturelle australienne.

• Un article :
*
« Honteux d’attendre. Vouloir devenir invisible (Australie) », Maree Pardy, Terrain n°63, Attendre.

• Sites et Blogs :
Regard critique sur le multiculturalisme australien, Multiculturalisme, l’Australie divisée.

Aux sources de la peinture aborigène

« En règle générale, quand les ethnologues parlent de l’art aborigène, ce n’est qu’à la page 60 qu’ils vous disent que c’est beau ! Avant, ils discourent sur les mythes, le sens, ce qu’il faut connaître, comprendre… » James Mollison, conservateur de l’Australian National Gallery, cité par Fred R. Myers in Terrain n°30*.
Pour faire entendre leur voix, les aborigènes s’expriment par leur peinture qui représente des scènes quotidiennes, des scènes mythologiques, des bestiaires… Leur art est à la fois perpétuation des traditions et manifeste politique. Ces peintures  sont, depuis le début des années 1980, exposées un peu partout dans le monde et certaines connaissent un vrai succès sur le marché de l’art. Comment ces peintures sont-elles reçues dans le cadre d’une exposition ? Quel regard portons-nous sur elles ? Ethnographique ou esthétique ? Les considérons-nous comme des témoignages anthropologiques ou comme des œuvres d’art contemporain ? Quelle est la relation entre art, identité, politique et marché ?

Pour en savoir plus :

Un article :
* »Question de regard. Les expositions d’art aborigène australien en France », Fred R. Myers, Terrain n°30, Le regard (texte intégral).

Sites et Blogs :
Des peintures aborigènes contemporaines, une interview d’une anthropologue dans la revue Vacarmerecherche et documentation sur les aborigènes, un site pour la préservation des langues en danger, Survival : le mouvement pour les peuples indigènes et l’article de wikipedia.

A voir :
Aux sources de la peinture aborigène au musée du Quai Branly, du 9 octobre 2012 au 20 janvier 2013.

Exposition d’art aborigène

Le Musée ethnographique de Genève expose des peintures sur écorce des aborigènes d’Australie.

Pour faire entendre leur voix, les aborigènes s’expriment par leur peinture qui représente des scènes quotidiennes, des scènes mythologiques, des bestiaires… Leur art est à la fois perpétuation des traditions et manifeste politique. Ces peintures  sont, depuis le début des années 1980, exposées un peu partout dans le monde et certaines connaissent un vrai succès sur le marché de l’art. Comment ces peintures sont-elles reçues dans le cadre d’une exposition ? Quel regard portons-nous sur elles ? Ethnographique ou esthétique ? Les considérons-nous comme des témoignages anthropologiques ou comme des oeuvres d’art contemporain ? Quelle est la relation entre art, identité, politique et marché ?

Pour en savoir plus :

Peintures sur écorce, Australie, Territoire du Nord, Terre d'Arnhem (MEG)

Un article :
« Question de regard. Les expositions d’art aborigène australien en France », Fred R. Myers, Terrain n°30, Le regard.

Sites et Blogs :
Des peintures aborigènes contemporaines, une interview d’une anthropologue dans la revue Vacarmerecherche et documentation sur les aborigènes, un site pour la préservation des langues en danger, Survival : le mouvement pour les peuples indigènes et l’article de wikipedia.

A voir :
Traces de rêves. Peintures sur écorce des Aborigènes d’Australie.
Du 17 septembre 2010 au 27 février 2011. MEG Conches