L’immigration aux frontières du patrimoine

En dépit du flou qui l’entoure, utiliser le terme de mémoire s’agissant de l’immigration semble aujourd’hui aller de soi. Qu’en est-il du patrimoine de l’immigration ? Le patrimoine apparaît-il quand la mémoire sort de l’espace privé pour entrer dans le domaine public ? Est-il une forme cristallisée et institutionnalisée de la mémoire ? Est-il soluble dans la mémoire ? Au-delà d’une indispensable clarification des termes, s’interroger sur l’articulation mémoire, patrimoine et immigration nécessite d’en comprendre les enjeux dans le débat public. La patrimonialisation ne peut être regardée indépendamment ni des attentes et des luttes pour la reconnaissance des immigrés, ni de son usage par les pouvoirs publics comme instrument de pacification.
Quels sont les acteurs et quelles sont les formes -observées et souhaitables- de la mémoire et du patrimoine de l’immigration en France, aujourd’hui ?

Pour en savoir plus :

couv immigration_patrimoineUn livre :
L’immigration aux frontières du patrimoine sous la direction de Noël Barbe & Marina Chauliac.

Sites et Blogs :
L’association les Oranges qui oeuvre à la reconnaissance de l’apport de l’immigration en France, Memorias : lieux de mémoire et d’histoirede l’immigration et de l’exil espagnol, l’association pour la sauvegarde du patrimoine culturel des juifs d’Egypte, la FACEEF : Fédération d’Associations et Centres d’Emigrés Espagnols en France,

• A faire :
Les Journées européennes du patrimoine, les 19 et 20 septembre 2015.

Vouloir devenir invisible

«  Dans un appartement de la banlieue de Melbourne, Bich, une jeune femme vietnamo-australienne d’une vingtaine d’années, se réveilla en entendant à la radio les nouvelles du drame. « Merde !, grommela-t-elle en replongeant la tête sous les draps, que c’est embarrassant ! ». En racontant ce moment, plusieurs mois après les faits, elle était encore choquée et légèrement déconcertée par sa réaction initiale – sans hésiter cependant à en faire part. Elle se souvient des sentiments qu’elle éprouva tandis qu’elle était sous le feu des actualités radiophoniques et de leurs commentaires consternants. Elle ne ressentit de tristesse ni pour les jeunes assassinés ni pour leur famille, elle ne ressentit que de la honte et de l’humiliation. « Je le ressentis physiquement », dit-elle, en évoquant sa fureur provoquée par le comportement de ces « imbéciles de garçons viets ». Elle se souvient de n’avoir eu qu’une seule pensée clairement formulée : « Quels imbéciles de cons stupides ! ». Tout en se préparant pour aller au travail, Bich devenait de plus en plus préoccupée et agitée en imaginant les gens qu’elle allait rencontrer et qui l’identifieraient comme étant une Vietnamienne. Il n’y avait pas moyen, se lamentait-elle, d’échapper à cette identité. Et ce jour-là, tout particulièrement, elle enrageait de n’être visible pour le monde extérieur qu’en tant que Vietnamienne. (…)
La promesse d’appartenance multiculturelle est-elle donc vide ? Peut-être cet attachement à  « faire partie » est-il fait d’ »optimisme cruel ». Les possibilités d’appartenance dans un espace multiculturel, hiérarchique et racial, basé sur une hiérarchie raciale dont le citoyen idéal demeure blanc – ni jaune ni noir –, sont compromises dès le départ. Les immigrants en Australie, ordonnés en fonction d’une hiérarchie légitimée par la race, deviennent socialement visibles à cause de leurs « différences », générant le désir chez certains de devenir invisibles. Quand ils parlent de leur désir d’invisibilité, ils plaident pour être vus différemment plutôt qu’être perçus comme différents. Pour ceux dont la différence est visible, pour qu’ils puissent être vus autrement, le regard du multiculturalisme doit être modifié. Quand la honte colle et fige sur place les corps, cet état exige soit de remplacer la personne, soit de transformer le monde qui produit ce corps empli de honte. »* Maree Pardy in Terrain n°63.

Pour en savoir plus :

sc0012

Attendre de faire partie. Des Vietnamiens-Australiens célèbrent la fête nationale : un avant-goût du sentiment d’appartenir pleinement à la société multiculturelle australienne.

• Un article :
*
« Honteux d’attendre. Vouloir devenir invisible (Australie) », Maree Pardy, Terrain n°63, Attendre.

• Sites et Blogs :
Regard critique sur le multiculturalisme australien, Multiculturalisme, l’Australie divisée.

Etre migrant irrégulier en France

« C’est la mort d’un ami, victime de la répression policière de son association étudiante, qui décide Mamadou Conté à quitter la Guinée. Après une étape au Maroc, il entre en France avec un passeport d’emprunt et découvre très vite la réalité de cette vie d’étranger en situation irrégulière puisqu’il est arrêté et placé en rétention quatre mois après son arrivée. Comme la grande majorité des personnes interpellées, il est libéré après cinq jours d’enfermement.

Je repars de moins que zéro : moins un. Je ne suis même pas encore arrivé à zéro. Parce que pour arriver à zéro, il faut au moins une situation, à partir de là chercher un boulot et chercher un logement. Mais là d’abord tu commences par chercher le point zéro […]. Toi t’es même pas au point de départ. Il faut arriver en situation régulière, où tu n’as pas peur d’être persécuté et tout ça, d’être raflé à longueur de journée alors que tu te promènes. Tu vois, c’est le quotidien que nous vivons. (Mamadou Conté, 27 mars 2011.)

Ne pouvant reprendre ses études interrompues en quatrième année, il assiste à quelques cours à l’université et enchaîne les petits boulots pour tenter de subvenir à ses besoins en attendant une régularisation qu’il espère prochaine. Passé le soulagement d’avoir réussi à entrer en France, la plupart de mes interlocuteurs, comme Mamadou Conté, parlent des premiers temps comme d’un « départ à zéro » où tout reste à faire. Trouver un logement, chercher un emploi et surtout apprendre à se débrouiller dans cette nouvelle vie…» Stefan Le Courant in Terrain n°63,

Pour en savoir plus :

Le Courant 5HDDes articles :
« Le temps dilaté, l’espace rétréci. Le quotidien des demandeurs d’asile », Carolina Kobelinsky, Terrain n°63, Attendre.
« Être le dernier jeune. Les temporalités contrariées des migrants irréguliers », Stefan Le Courant, Terrain n°63, Attendre.

• Sites et blogs : 
La demande d’asile en FranceFrance, terre d’asile, Les cada en FranceLe juge de la Cour nationale du droit d’asile et l’intime conviction, Un article « Immigration, asile » dans Libération.

Le quotidien des demandeurs d’asile

« Aké Koné, demandeur d’asile, a quitté la Côte d’Ivoire pour échapper à la guerre sévissant au nord du pays. (…) Aké Koné a voyagé seul depuis Bouaké, où il a laissé sa compagne et leur fille. Il est passé par Abidjan, Bougouni et Bamako, où il a dû attendre plusieurs jours chez des connaissances un passeport d’emprunt lui permettant de s’envoler vers Barcelone. Après une semaine à errer dans les rues catalanes, il a décidé de s’acheter un billet de bus pour la France. Une fois à Paris, c’est dans le métro qu’il a passé les premières nuits, puis dans un squat avec des compatriotes qui lui ont indiqué comment solliciter l’asile. Il a dormi dans une chambre d’hôtel assignée par le 115 avant d’arriver au foyer. (…) Quatre mois après son arrivée en cada (centre d’accueil pour les demandeurs d’asile), Aké Koné passe beaucoup de temps dans sa chambre. Son quotidien est rythmé par les prières journalières et par les émissions qu’il suit à la télévision. Il a « des journées en trop », qu’il a du mal à «  remplir  ». Ce n’est pas tant l’absence d’emploi du temps qu’il vit comme un problème, c’est le fait de n’avoir aucune maîtrise du temps et de se sentir limité dans ses actions qui est source d’angoisse.  L’inaction renforce la mise à l’écart vécue au cada. «  Je me sens un peu enfermé, un peu en prison, bloqué, comme dans un temps arrêté  », me confie un après-midi Aké Koné. » Carolina Kobelinsky in Terrain n°63.

L'interdiction de travailler est vécue par les demandeurs d'asile rencontrés comme l'un des plus gros problèmes de l'attente.

L’interdiction de travailler est vécue par les demandeurs d’asile rencontrés comme l’un des plus gros problèmes de l’attente.

Pour en savoir plus :

• Des articles :
« Le temps dilaté, l’espace rétréci. Le quotidien des demandeurs d’asile », Carolina Kobelinsky, Terrain n°63, Attendre.

• Sites et blogs : 
La demande d’asile en FranceFrance, terre d’asile, Les cada en FranceLe juge de la Cour nationale du droit d’asile et l’intime conviction.

Le vêtement, une identité régionale ?

« Dans plusieurs localités voisines d’Avignon, sous la responsabilité de confréries ou sociétés, une à trois charrettes décorées défilent annuellement, tractées par des chevaux harnachés « à la sarrasine » (sic). […] Deux amies de 11 ans vivent dans ce secteur. Leur localité compte des immigrés marocains musulmans et celles que j’appellerai Zahra et Samar sont nées de cette immigration. Il y a deux groupes folkloriques dans la localité. Elles fréquentent le même et Zahra en est membre depuis l’âge de 7 ans. Jusqu’alors, cheveux dénoués, elle a porté le costume d’enfant, selon l’aide-mémoire qui lui a été remis par l’association, à l’exception de la croix ; elle s’est rendue à l’église comme ses compagnes quand les engagements de son groupe folklorique le voulaient. Samar, d’autant mieux accueillie qu’elle pratique la danse par ailleurs, est une recrue de l’année ; pour des raisons dénuées d’intérêt, elle n’est pas encore inscrite. L’usage de l’association veut qu’à 11 ans les préadolescentes quittent le vêtement d’enfant pour une tenue au caractère régional plus marqué. Il faut donc passer à la coiffure locale. Zahra l’a déjà essayée et, en prévision du prochain spectacle, son nouveau costume est prêt. Une association de « charretiers » (sic) à la réputation politique conservatrice dispense des leçons de toilette, où les membres du groupe folklorique sont bienvenus. Zahra et sa mère s’y rendent pour la seconde fois. Les deux organisateurs, représentant en quelque sorte tous leurs coassociés, au moins par délégation tacite, mettent alors en question l’accès des beurs au costume. C’est en aparté que l’un d’entre eux s’adresse à la mère, mais la réaction de celle-ci, à voix haute, fait que la suite se déroule au vu et au su de tous. La discussion, cependant, ne s’établit qu’entre elle et les deux responsables, les autres membres du cours ne quittant pas la pièce mais demeurant silencieux ; plus tard, ces témoins du litige disent leur émotion. A la fin de la séance aussi, il m’est par ailleurs mentionné l’entrée dans la même association d’une autre enfant d’immigrés marocains – Samar – et l’apparence est au centre des propos lorsqu’est critiqué le groupe folklorique d’un village distant, largement ouvert aux beurs. Celui des deux fillettes est forcé de repenser leur intégration. Les traditionalistes de la localité se divisent. Un natif par exemple, non des moindres dans l’association de Zahra, la quitterait en cas de renvoi de la fillette. Il a un entretien privé avec la mère de Samar. Car la polémique aboutit au maintien de Zahra – avec garantie qu’elle sera « en Mireille » dès cette année – et à l’exclusion de son amie. Optant dans l’urgence pour un compromis, l’autre groupe de danse provençale fait savoir à la famille de Samar qu’il est prêt à l’accueillir, quitte à compter sur sa discrétion dans certaines circonstances ; il intégrerait en outre cinq ou six autres enfants d’origine maghrébine. » Danièle Dossetto in Terrain n° 36.

Une jeune fille issue de l’immigration plus ou moins lointaine – en particulier d’origine maghrébine – peut-elle accéder à sa guise au costume local ? A une époque où les mouvements de population ont acquis de l’ampleur, l’image de la femme indigène diffusée par le volontarisme culturel a-t-elle des retombées sur les comportements de la population traditionaliste ? Le port du costume est-il soumis à des régularités, sinon des règles, extérieures au domaine des savoir-faire ? La définition de l’espace vestimentaire, géographique ou social, est-elle en somme une question aussi anodine qu’il y paraît ?

Pour en savoir plus :

sc0013Un article :
« En « Arlésienne » ou « le voile islamique » à l’envers ? Espace géographique, espace social du costume en Provence », Danièle Dossetto, Terrain n° 36 (texte intégral).

Sites et Blogs :
Museon Arlaten

• A faire :
« A vos souhaits », Préau des Accoules, Marseille jusqu’au 31 mai 2015, Museon Arlaten hors les murs.
« Crapaud sec et boyau de chat »découverte des oeuvres du Museon Arlaten jusqu’au 31 octobre.

Rire à la Goutte d’Or

Le quartier de la Goutte d’Or, dans le 18ème à Paris, s’est constitué depuis 1860, par les vagues successives de migration qu’il a accueilli. « Aujourd’hui, arpenter les rues de
la Goutte d’Or, c’est inévitablement se frotter à la foule hétérogène et dense qui fréquente le quartier, c’est entendre la diversité des langues parlées, mais c’est aussi être confronté à
la précarité économique sous toutes ses formes. » Classé zone de priorité sécuritaire depuis 2012, avec le déploiement policier que cela induit, comment se gère l’usage de l’espace public et les relations entre les habitants ? « Dans cette ambiance singulière, le passant est soumis à une attention visuelle constante, aux jeux des reconnaissances, sommé régulièrement d’expliquer et de justifier sa présence, de décliner son identité. Ces relations
se nouent sur un mode spécifique où l’humour est très souvent mobilisé,
provoquant l’irruption du rire entre inconnus. […] Un samedi ensoleillé, un client qui vient de passer une bonne partie de l’après-midi à boire en terrasse entre dans le bar et lance :  « Tu me fais un café bien serré », et ajoute après avoir jeté un regard circulaire : « Tu le fais à l’africaine. » Ménageant son effet, il conclut : « Y’a pas beaucoup d’eau » (8 mars 2008).  » Stéfan Le Courant in Terrain n°61.
En permettant un usage apaisé et labile des stéréotypes multiples, l’humour participe à la recherche de la bonne distance dans la relation à autrui, et permet de renégocier en situation les catégories identitaires assignées à chacun.

Pour en savoir plus :

palais-porte-doree-grand-hotel-doreDes articles :
« Moi je viens de Mars, et toi ? Le rire dans les espaces publics de la Goutte d’Or », Stefan Le Courant, Terrain n° 61, Rires.
« Un désert matrimonial. Le célibat des jeunes femmes d’origine maghrébine en France »
, Hervé Flanquart, Terrain n° 33 (texte intégral).
« Race régionale, identité nationale »
. Frédéric Saumade, Terrain, n°27, l’Amour (texte intégral).
« Rites de passage, identité ethnique, identité nationale ». Dejan Dimitrijevic-Rufu, Terrain n°22, Les émotions (texte intégral).
« Intégration et naturalisation ». Pierre Centlivres, Terrain, n°15, Paraître en public (texte intégral).

Sites et Blogs :
L’identité nationale sous le regard des historiens, quand le front national parle le langage de l’anthropologie, l’immigration en débat.

A voir :
Exposition « Albums – Bande dessinée et immigration. 1913-2013 », du 16 Octobre 2013 au 27 Avril 2014 au Musée de l’histoire de l’immigration.

Intégration ou assimilation ?

Comment construit-on son identité quand on est enfant d’immigrés ? Comment grandit-on dans un pays où nos parents n’ont pas grandi ? Entre influences locales et influences familiales, comment trouver un équilibre ? Comment être conforme aux traditions et intégré dans un pays qui ignore ces traditions ? Comment gérer ce décalage ? Et comment ce décalage est-il vécu au quotidien ? Qu’il s’agisse du choix d’un conjoint pour les jeunes femmes d’origine maghrébine ou de la réussite à l’université…

Pour en savoir plus :

Un maquillage spécifique, nommé akar, destiné au mariage religieux, Clermont-Ferrand, 1987 (coll. particulière)

Un Livre :
L’Europe entre culture et nations.
Sous la direction de Daniel Fabre.

Des Articles :
« Dénouer les noces », Noria Boukhobza, Terrain, n°36, Rester liés.
« Un désert matrimonial. Le célibat des jeunes femmes d’origine maghrébine en France », Hervé Flanquart, Terrain, n° 33, Authentique ?
« Un temps élastique. Etudiants des « cités » et examens universitaires », Stéphane Beaud, Terrain, n°29, Vivre le temps.