L’Inde aux deux visages

« D’abord nous assassinerons quelques Anglais et nous sèmerons la terreur… Nous nous engagerons dans une guérilla, et nous vaincrons les Anglais », ce à quoi Gandhi répond : « En d’autres termes, vous voulez profaner la terre sainte de l’Inde. Ne tremblez-vous pas à l’idée de libérer l’Inde en commettant des assassinats ? Ce que nous devons faire, c’est nous sacrifier. Qui voulez-vous libérer au moyen d’assassinats ? Les millions d’Indiens ne le souhaitent pas. Ce sont ceux qui sont intoxiqués par une misérable civilisation moderne qui pensent ainsi […] La véritable autonomie est la maîtrise ou le contrôle de soi-même. » Gandhi in Collected Works of Mahatma Ganghi.

« Ces dernières années, Gandhi a-t-il pris part à la vie sociale des masses populaires ? S’est-il assis la nuit au coin du feu avec un paysan pour tenter de savoir ce qu’il pense ? A-t-il passé juste un soir en compagnie d’un ouvrier d’usine ? Nous, nous l’avons fait, et pour cette raison nous déclarons savoir ce que pense le peuple. Nous assurons Gandhi que l’Indien moyen, tout comme l’être humain moyen, comprend très peu de choses aux finesses subtiles bien que logiques de l’ahimsa et du « il faut aimer ses ennemis ». Ainsi va le monde. Vous avez un ami, vous l’aimez, parfois tellement que vous vous faites tuer pour lui. Vous avez un ennemi, vous l’évitez, vous le combattez, et si possible vous le tuez. Le gospel des révolutionnaires est simple et franc ». Bhagat Singh in Manifeste socialiste républicain de l’Hindoustan.

A l’instar de leurs actions, l’imagerie de ces deux hommes révèle et véhicule une conception très différente de l’Inde : Gandhi le non-violent drapé dans un khadi et Baghat Singh, le révolutionnaire, homme en costume trois pièces.

Pour en savoir plus

•Des articles :
« L’Inde aux deux visages : Dalip Singh et le Mahatma Gandhi », Simeran Gell, Terrain n° 31, Un corps pur (texte intégral).

Comment produit-on un saint ?

« En Inde, non seulement les hagiographies mais aussi les saints que l’on rencontre, à la ville comme aux champs, nous invitent à nous demander pourquoi cette société produit ce type de figures charismatiques. Les saints y ont toujours côtoyé d’autres personnages religieux, tels les renonçants dont ils ont essayé de se démarquer, en proposant un enseignement ou même en s’opposant directement au pouvoir des rois ou des prêtres, les brahmanes. En milieu hindou, la sainteté s’oppose à la religion établie, celle du brahmane, puisqu’elle transgresse la hiérarchie.
En Inde, comme en Occident, le saint produit des preuves tout au long de sa vie. Dès son enfance, il témoigne d’une maturité exceptionnelle. Le saint, bien sûr, est souvent persécuté par les brahmanes, ou par son entourage, qui le soumettent à des épreuves, lesquelles, loin de le désorienter, lui permettent de triompher de ses adversaires. Mort ou vif, il produit des miracles. En milieu hindou, le saint et le dieu se situent dans une continuité et il n’est pas nécessaire que l’homme devienne un martyr pour être reconnu comme saint.
A première vue, l’idéal des saints varie selon le contexte sectaire, la région et l’époque où ils vivent. Toutefois, même si les cas de figure sont nombreux et puisent leur inspiration dans différents courants religieux, on peut dire que l’idéal des saints tend au monisme. De nombreux saints pratiquent une religion d’amour et de dévotion, la bhakti, qui ne s’adresse pas toujours à un dieu particulier mais à l’Absolu lui-même. L’accès à la sainteté suppose, bien entendu, un détachement des intérêts de ce monde, présent dans l’idéologie du renoncement. Toutefois, à l’inverse de l’homme ordinaire, le saint n’attend pas un âge avancé pour renoncer au monde et s’adonner à l’ascèse. En d’autres termes, de nombreuses voies mènent à la sainteté. Mais, le plus souvent, la fusion avec le divin est définie comme une étreinte de l’épouse (le dévot) avec son dieu. Ce thème de l’épouse, métaphore du dévot, va nous servir de fil directeur : pourquoi la sainteté est-elle définie comme une aptitude à la féminité ? Et qu’en est-il des femmes, des saintes ? Possèdent-elles par nature ce que l’homme doit acquérir pour poursuivre une vocation spirituelle ? » * Marine Carrin in Terrain n°24.

Pour en savoir plus :

Apparition de Marie à saint Hyacinthe selon Lodovico Carracci.

Apparition de Marie à saint Hyacinthe selon Lodovico Carracci

• Des articles :
« Saintes des villes et saintes des champs. La spécificité de la sainte en Inde », Marine Carrin, Terrain n° 24, La fabrication des Saints (texte intégral).
« L’invention d’un saint. Symbolisme et pouvoir en Castille », Maria Cátedra, Terrain n° 24, La fabrication des Saints (texte intégral).
« Héléna : la sainte du cimetière », Elisabeth Blanc, Terrain n° 24, La fabrication des Saints (texte intégral).
« Faire, défaire et refaire les saints. Les pir chez les Meo d’Inde du Nord », Raymond Jamous, Terrain n° 24, La fabrication des Saints (texte intégral).
« Paraschiva-Vendredi : la sainte des femmes, des travaux, des jours », Claudine Fabre-Vassas, Terrain n° 24, La fabrication des Saints (texte intégral).
« Hagio-graphies. L’écriture qui sanctifie », Jean-Pierre Albert, Terrain n° 24, La fabrication des Saints (texte intégral).
« Sainte comme une image. Thérèse de Lisieux à travers ses représentations », Marion Lavabre, Terrain n° 24, La fabrication des Saints (texte intégral).
« Contestation d’un culte. Le cas de Padre Pio de Pietrelcina », Christopher McKevitt, Terrain n° 24, La fabrication des Saints (texte intégral).

• Sites et Blogs :
Tous les Saints, dictionnaire des Saints, la vie des Saints.

La « glocalisation » du beau ?

« Les concours de beauté internationaux ne se contentent pas de prospecter de juvéniles beautés « naturelles » au service de l’humanité affligée. Ces femmes ne sont ni des archétypes esthétiques, ni les émanations d’un canon universel. Elles incarnent le patron indigène idéal que veulent afficher les nations sur la scène du beau international ; « Ambassadrices de charme », répète-t-on à l’envi. Chacune est présélectionnée comme la représentante d’un pays – icône nationale ou drapeau, comme le fut et le reste Marianne dans l’histoire de France (Agulhon 1992). Chaque Miss est le pattern d’une culture à destination de la consommation de masse d’un beau standardisé à prétention cosmopolite. Le défilé de cette société des nations donne à voir la gamme des types esthético-ethnico-érotiques possibles, encore qu’arasés par une « éloquence de la face » – définition du maquillage, selon Baudelaire – et un moulage du corps conçus par l’Occident. L’Europe, l’Afrique, l’Océanie, l’Amérique, l’Asie exposent ainsi annuellement leurs Barbie comme autant de fétiches nationalistes sexy. Afin de souligner leur caractère « authentique », ces clairs échantillons d’une « ethnicité nationale » arborent souvent quelques accessoires ad hoc. Tout leur être est le produit d’une négociation préalable entre jurés du pays d’origine sur les critères qui caractérisent la beauté locale, à savoir cette distinction digne d’être exportable pour être internationalement reconnue. » Jackie Assayag in Terrain, n°32

Pour en savoir plus :

Articles :
« La « glocalisation » du beau », Jackie Assayag, Terrain, n°32, Le beau (texte intégral).

• Sites et Blogs :
Projet Before/after d’Esther Honig : les canons de beauté en fonction des pays, un article dans L’express, l’historique du concours Miss Monde.

• A voir :
Fashion mix au Musée de l’Histoire de l’Immigration, jusqu’au 31 mai 2015.



Du bagne des champs aux riantes usines !

« Selon la thèse d’un des articles les plus connus de E.P. Thompson, la production industrielle moderne exige et promeut un nouveau concept du temps et une nouvelle discipline de travail. Dans le monde préindustriel, le travail est orienté vers une tâche précise et gouverné par les rythmes de la nature. La journée de labeur se dilate ou se contracte selon la tâche à effectuer, et des moments de travail intense alternent avec de longues périodes d’oisiveté. Mais ce « monde plus compréhensible humainement » dans lequel « les rapports sociaux et le travail s’interpénètrent » laisse la place au monde (sous-entendu inhumain) de l’industrie moderne, dirigé par le temps abstrait de l’horloge, qui impose une nouvelle discipline de travail et différencie de manière autre le « travail » et la « vie ». »* Jonathan P. Parry in Terrain n°39.
Le travail agricole est-il réellement si idyllique ? Et la production industrielle véritablement « une perte d’autonomie et d’humanité au travail » ? La discipline y est-elle plus contraignante et la monotonie est-elle nécessairement de mise ? Finalement, les contraintes horaires et les intensités de travail sont-elles si différentes entre les champs et l’usine ?

Pour en savoir plus :

En montage, Baldomero, 1992

En montage, Baldomero, 1992 

Des articles :
« Du bagne des champs aux riantes usines. Le travail dans une entreprise sidérurgique indienne », Jonathan P. Parry. Terrain n°39, Travailler à l’usine.

Sites et Blogs :
Juri-travail, Organisation Internationale du Travail, les conditions de travail dans les usines textiles en Inde.

Le mouvement naxalite en Inde

Le Parti communiste de l’inde (marxiste), ou PCI (M), plus connu sous le nom « mouvement naxalite », mène depuis plus de quarante ans une lutte armée pour prendre le pouvoir en Inde. En 2006, le gouvernement indien déclare que les maoïstes constituent la principale menace pesant sur la sécurité intérieure du pays. Afin d’éliminer cette menace, le gouvernement entreprend alors une offensive militaire d’une ampleur sans précédent qui continue aujourd’hui : nombre de militants sont en prison et bien d’autres ont été tués au moment de leur arrestation.
Le projet politique du pci (m) propose clairement de modifier les cadres de coopération entre individus, et de s’écarter pour ce faire des formes traditionnelles d’organisation de la société indienne. Il n’explore pas seulement les projets de coopération futuriste que les maoïstes tentent de réaliser dans leur tentative de mettre sur pied une société communiste, il s’intéresse également aux écueils que rencontre l’établissement de relations de coopération nouvelles par la transformation voire l’éradication des hiérarchies existantes que garantit en Inde le triple système de classes, de castes et d’indigénéité.

A quoi devra ressembler cette société communiste du futur ? Comment devra-t-elle fonctionner ? Quelles formes de coopération exigera-t-elle ?

Pour en savoir plus :

Rassemblement dans un campement clandestin de la guérilla maoïste situé dans les collines boiséees du Jharkhand

Un article :
« Éliminer la classe, la caste et l’indigénéité dans l’Inde maoïste », Alpa Shah, Terrain n°58, Pourquoi coopérer.

Sites et blog :
Articles dans le Courrier international, la rebellion naxalite.