L’Inde aux deux visages

« D’abord nous assassinerons quelques Anglais et nous sèmerons la terreur… Nous nous engagerons dans une guérilla, et nous vaincrons les Anglais », ce à quoi Gandhi répond : « En d’autres termes, vous voulez profaner la terre sainte de l’Inde. Ne tremblez-vous pas à l’idée de libérer l’Inde en commettant des assassinats ? Ce que nous devons faire, c’est nous sacrifier. Qui voulez-vous libérer au moyen d’assassinats ? Les millions d’Indiens ne le souhaitent pas. Ce sont ceux qui sont intoxiqués par une misérable civilisation moderne qui pensent ainsi […] La véritable autonomie est la maîtrise ou le contrôle de soi-même. » Gandhi in Collected Works of Mahatma Ganghi.

« Ces dernières années, Gandhi a-t-il pris part à la vie sociale des masses populaires ? S’est-il assis la nuit au coin du feu avec un paysan pour tenter de savoir ce qu’il pense ? A-t-il passé juste un soir en compagnie d’un ouvrier d’usine ? Nous, nous l’avons fait, et pour cette raison nous déclarons savoir ce que pense le peuple. Nous assurons Gandhi que l’Indien moyen, tout comme l’être humain moyen, comprend très peu de choses aux finesses subtiles bien que logiques de l’ahimsa et du « il faut aimer ses ennemis ». Ainsi va le monde. Vous avez un ami, vous l’aimez, parfois tellement que vous vous faites tuer pour lui. Vous avez un ennemi, vous l’évitez, vous le combattez, et si possible vous le tuez. Le gospel des révolutionnaires est simple et franc ». Bhagat Singh in Manifeste socialiste républicain de l’Hindoustan.

A l’instar de leurs actions, l’imagerie de ces deux hommes révèle et véhicule une conception très différente de l’Inde : Gandhi le non-violent drapé dans un khadi et Baghat Singh, le révolutionnaire, homme en costume trois pièces.

Pour en savoir plus

•Des articles :
« L’Inde aux deux visages : Dalip Singh et le Mahatma Gandhi », Simeran Gell, Terrain n° 31, Un corps pur (texte intégral).

Indépendances africaines

En 1960, dix-sept pays africains ont acquis leur indépendance : Sénégal, Burkina Faso, Bénin, Mali,Gabon, la Centrafrique, Mauritanie, Côte-d’Ivoire, Madagascar, Congo-Kinshasa, Congo-Brazzaville, Somalie, Niger, Nigeria,Togo, Tchad, Cameroun. La plupart de ces pays sont d’anciennes colonies françaises. Quelles sont les traces de ce passé colonial sur les jeunes générations ? Quel est leur héritage ? Quelle est leur mémoire ?Comment gérer l’après-indépendance ? L’assimilation à la culture colonisatrice, la mémoire historique locale oubliée, la domination d’un langage… Chaque histoire est unique et sa transmission indispensable. Ici et là-bas.

Pour en savoir plus :

• Des articles :
« Julius Lips et la riposte du sauvage. L’homme blanc vu par les indigènes » Pierre Centlivres, Terrain n°28, 
« Miroirs du colonialisme » Gérard Lenclud, Terrain n°28, Miroirs du colonialisme (texte intégral).
« Quand la mémoire resurgit. La rébellion de 1947 et la représentation de l’État contemporain à Madagascar », Jennifer Cole, Terrain n°28, Miroirs du colonialisme (texte intégral).
« Charles de Foucauld face aux Touaregs. Rencontre et malentendu », Dominique Casajus, Terrain n°28, Miroirs du colonialisme (texte intégral).
« « Il a tué les chefs et les hommes. » L’anthropologie, la colonisation et le changement social en Nouvelle-Calédonie », Michel Naepels, Terrain n°28, Miroirs du colonialisme (texte intégral).
« « Merci à vous, les Blancs, de nous avoir libérés ! » Le cas des Dìì de l’Adamaoua (Nord-Cameroun) », Jean-Claude Muller, Terrain n°28, Miroirs du colonialisme.
« Au nom des « vrais Africains ». Les élites scolarisées de l’Afrique coloniale face à l’anthropologie (1930-1950) », Benoît de L’Estoile, Terrain n°28, Miroirs du colonialisme (texte intégral).
« La psychanalyse au secours du colonialisme. À propos d’un ouvrage d’Octave Mannoni », Maurice Bloch, Terrain n°28, Miroirs du colonialisme (texte intégral).

• Sites et Blogs :
Slate Afrique, l’association Esprit d’ébène , études colonialesle site agriculturesune interview de l’organisateur de l’exposition « Diaporas et indépendances africaines ».

• A voir :
Exposition « Diaporas et indépendances africaines » du 6 au 17 septembre sur le Parvis de l’Hôtel de Ville de Paris.