Journée internationale de la musique

 » Au milieu des années 1960 naît un genre musical qui finira par être baptisé reggae. Il apparaît comme une création jamaïquaine moderne et urbaine, une invention de la jeunesse pauvre de la basse ville de Kingston. Il dit d’emblée, par sa seule émergence en tant que musique fondée sur une cellule rythmique inédite, l’existence sociale et la force de création d’un des groupes les plus dépréciés : les jeunes qui vivent dans ce qu’ils dénomment eux-mêmes le ghetto. Ils endurent de manière plus intense que leurs aînés le mépris du noir que l’esclavage et le colonialisme ont légué à la Jamaïque. Le reggae signifie le rejet de ce mépris, le refus de l’accepter plus longtemps : il montre que ces jeunes démunis peuvent créer et que leur création est suffisamment puissante pour être reconnue au-delà des mers ; dès lors, leurs musiciens porte-drapeau seront acceptés et reconnus en Jamaïque même. La musique charrie une émotion neuve où se fondent révolte et fierté : ce qui est noir ne peut plus être voué au mépris. »* Denis-Constant Martin in Terrain n°37. Dans des régions aussi différentes que la Jamaïque, le Cap-Vert, les Caraïbes, le Brésil ou le Zimbabwe, l’émergence d’un genre musical a permis de fédérer les communautés, de valoriser leur identité et de changer les rapports politiques et sociaux.

Pour en savoir plus :

• Un article :
*« « Chanter l’amour ». Musique, fierté et pouvoir » Denis-Constant Martin, Terrain n° 37, Musique et émotion (texte intégral).

Sites et Blogs :
Ethnographier les phénomènes sonores, le portail d’ethnomusicologie, blog reggae.

Fête de la musique

 Elvis, il me fait sentir des émotions… J’ai une vie normale, j’ai un quotidien, j’ai des problèmes… mais Elvis, il me fait sauter de joie. Il suffit que j’entende sa voix, quelque part… ça y est, je sais que ma journée va bien se passer. Il m’a apporté la vie. Et puis de la passion, de l’émotion… il me fait pleurer comme une petite fille, alors que j’ai 45 ans, j’ai des responsabilités, je suis quelqu’un qui assume des choses assez difficiles dans la vie… mais Elvis, il me fait rêver » (Rachel) .
« La première chose que je fais le matin : je mets Elvis. Le soir en rentrant : je mets Elvis. Il y a des sons de sa voix qui passent, et qui me parlent » (Angèle).
« Il n’y a pas d’autres chanteurs qui me font pleurer en écoutant un de leurs disques […]. C’est pas une musique qu’on écoute pour passer le temps. C’est plus profond que ça. Surtout si on est touché par la grâce d’Elvis » (Jean-Claude) in Terrain n°37 *.

La voix d’Elvis ne suscite pas seulement des émotions intenses chez ses fans; elle les aide à affronter un quotidien parfois difficile, les apaise, les dynamise, les régénère. Cette voix constitue un refuge, apporte la joie, le bonheur et l’espoir d’un monde meilleur : elle permet de se sentir vivant.

Quelle est l’origine des émotions musicales ? Qu’est ce qui nous touche, comment et pourquoi ? Comment un simple morceau peut-il avoir un tel impact sur notre vie ?

Pour en savoir plus :

134922-la-fete-de-la-musique-2015-a-paris-et-en-ile-de-france-3Un livre :
Rap, techno, électro… Le musicien entre travail artistique et critique sociale, Morgan Jouvenet.

• Des articles :
* « La voix d’Elvis… », Gabriel Segré, Terrain, n° 37, Musique et émotion (texte intégral).
« Transmettre l’amour du chant ? Cris, éloquence et complaintes dans une famille ordinaire de Mongolie rurale », Laurent Legrain, Terrain n° 55, Transmettre
« Voir la musique »
Madeleine Leclair, Terrain n° 53, Voir la musique.
« Voir écouter. Pour une iconographie de l’auditeur »
Philippe Junod , Terrain n° 53, Voir la musique.
« À l’écoute de Paul Klee. Les choses sont-elles (aussi) corps de violons ? » Annie Paradis, Terrain n° 53, Voir la musique.
« Sons et couleurs. Des noces inachevées » Patrick Crispini, Terrain n° 53, Voir la musique.
« L’improvisation musicale et l’ordinateur. Transcrire la musique à l’ère de l’image animée » Marc Chemillier, Terrain n° 53, Voir la musique.
« Musiques, mouvements, couleurs dans la performance musicale andine. Exemples boliviens » Rosalía Martínez, Terrain n° 53, Voir la musique.
« Musique mécanique et temple hindou. Histoire controversée d’un dispositif visuel et sonore » Christine Guillebaud, Terrain n° 53, Voir la musique.
« Quand la musique donne à voir. La représentation de la montagne dans les chants des initiées itcha (Bénin)  » Madeleine Leclair, Terrain n° 53, Voir la musique.
« Musiques, mouvements, couleurs dans la performance musicale andine. Exemples boliviens », Rosalia Martinez, Terrain n° 53, Voir la musique.
« « Emportés par le mix ». Les DJ et le travail de l’émotion » Morgan Jouvenet, Terrain n° 37, Musique et émotion (texte intégral).
« « Chanter l’amour ». Musique, fierté et pouvoir »
Denis-Constant Martin, Terrain n° 37, Musique et émotion (texte intégral).

Sites et Blogs :
Ethnographier les phénomènes sonores, le portail d’ethnomusicologie, la fête de la musique 2012, deux blogs sur Elvis Presley : elviscollection et skyrock.

A faire :
La fête de la musique 2015, votre programme.

Fêtez les musiques urbaines

« La plupart des analyses situent clairement les racines du rap du côté des communautés noires, urbaines et pauvres du New-york de la décennie 1970. Les formules courantes font de cette musique « l’expression honnête et intime d’un sous-prolétariat marginalisé », « la réponse directe et indirecte aux épreuves et aux souffrances de la vie des bas-fonds », ou encore le reflet « d’un contexte d’oppression » et de « la culture, de l’attitude et des sensibilités du ghetto ». Mais force est de constater que cette « épaisseur » sociale n’empêche pas le rap du début des années 1980 d’être essentiellement festif : les quelques « vedettes » des block parties qui commencent à enregistrer leurs chansons s’en tiennent à un rap ludique et humoristique, et ne signent pas encore de textes critiques. […] Il faudra attendre les « années Reagan » et leurs effets aggravants sur la situation des Américains les plus pauvres pour que les mouvements des contestataires noirs (comme les discours des Black Panthers) ou les chansons d’un groupe de jeunes militants noirs (les Last Poets) influent sur la manière d’écrire des textes de rap. C’est un disque de Grandmaster Flash, the Message (1982), qui marque ce tournant. Le rappeur y déclare « être poussé à bout » par la vie misérable qu’il partage avec ses proches et ses voisins. Il la décrit à travers la drogue, les bagarres de rue, les rats, les cafards, « la pisse dans l’escalier » et critique l’omniprésence de la télévision, l’acharnement des créanciers et l’effondrement du système scolaire. […] Ce disque connaît un succès commercial mondial, aussi retentissant qu’inattendu.»Morgan Jouvenet in Rap, techno, électro… Le musicien entre travail artistique et critique sociale.

Cette année, la Fête de la Musique met à l’honneur les musiques urbaines qui offrent une dynamique d’interaction entre les publics, les styles musicaux et les autres pratiques artistiques – que sont le théâtre de rue, le street art, les danses urbaines – et qui font une partie de la modernité et des cultures populaires d’aujourd’hui.

Pour en savoir plus :

Affiche réalisée par Trafik

Affiche réalisée par Trafik

Un livre :
Rap, techno, électro… Le musicien entre travail artistique et critique sociale, Morgan Jouvenet.

• Des articles :
« « Emportés par le mix ». Les DJ et le travail de l’émotion » Morgan Jouvenet, Terrain n° 37, Musique et émotion (texte intégral).
« La voix d’Elvis… », Gabriel Segré, Terrain, n° 37, Musique et émotion (texte intégral).
« Transmettre l’amour du chant ? Cris, éloquence et complaintes dans une famille ordinaire de Mongolie rurale », Laurent Legrain, Terrain n° 55, Transmettre
« Voir la musique »
Madeleine Leclair, Terrain n° 53, Voir la musique.
« Voir écouter. Pour une iconographie de l’auditeur »
Philippe Junod , Terrain n° 53, Voir la musique.
« À l’écoute de Paul Klee. Les choses sont-elles (aussi) corps de violons ? » Annie Paradis, Terrain n° 53, Voir la musique.
« Sons et couleurs. Des noces inachevées » Patrick Crispini, Terrain n° 53, Voir la musique.
« L’improvisation musicale et l’ordinateur. Transcrire la musique à l’ère de l’image animée » Marc Chemillier, Terrain n° 53, Voir la musique.
« Musiques, mouvements, couleurs dans la performance musicale andine. Exemples boliviens » Rosalía Martínez, Terrain n° 53, Voir la musique.
« Musique mécanique et temple hindou. Histoire controversée d’un dispositif visuel et sonore » Christine Guillebaud, Terrain n° 53, Voir la musique.
« Quand la musique donne à voir. La représentation de la montagne dans les chants des initiées itcha (Bénin)  » Madeleine Leclair, Terrain n° 53, Voir la musique.
« Musiques, mouvements, couleurs dans la performance musicale andine. Exemples boliviens », Rosalia Martinez, Terrain n° 53, Voir la musique.
« « Chanter l’amour ». Musique, fierté et pouvoir » Denis-Constant Martin, Terrain n° 37, Musique et émotion (texte intégral).

Sites et Blogs :
Ethnographier les phénomènes sonores, le portail d’ethnomusicologie, la fête de la musique 2014, un blog rap.

Nationalisme et musique

« Sur leur musique, ils étaient tous d’accord. Ces batailleurs intrépides (…) se trouvaient réconciliés en une passion commune : l’ardeur de leur patriotisme musical. La France était pour eux le grand peuple musicien. Ils proclamaient sur tous les tons la déchéance de l’Allemagne (…). Pour mieux glorifier la musique française, ils commençaient par ridiculiser toutes les gloires françaises du siècle dernier, à part celle d’un maître très bon, très pur, qui était belge. Cette exécution faite, on en était plus à l’aise pour admirer les maîtres archaïques, qui tous étaient oubliés (…). Au rebours des écoles laïques de France, qui font dater le monde de la Révolution française, les musiciens regardaient celle-ci comme une chaîne de montagne, qu’il fallait gravir pour contempler, derrière, l’âge d’or de la musique, l’Eldorado de l’art » R. Rolland cité in Terrain n°17.
Le nationalisme est-il applicable à la musique? « S’agirait-il d’une « chose-en-soi », entité indépendante, autonome et bloquée, éventuellement réactivable par gros temps (ce que laisserait entendre l’expression « résurgence du nationalisme ») ? Quelle spécialisation prend ce terme, lorsqu’il est transféré du lexique des conduites d’attachement à des unités politiques, vers le domaine musical ? S’agirait-il d’une doctrine ? d’un courant ou d’un mouvement ? d’une période ? […].  » Sous les désignations des patries politiques, les sensibilités des créateurs opèrent de constants échanges internationaux, et si elles expriment des races, on sait que les races ne s’insèrent pas toujours dans les limites facticement créées par la diplomatie « . […] Le requisit est celui de l’Art accompli, sans frontières, sans patrie. La Musique est universelle, pacifique, un instrument de rapprochement entre les peuples. Ce requisit appartient aux valeurs qui consacrent la catégorie Musique de nos sociétés : la Musique tend à y apparaître comme une entité idéelle, indépendante, accomplie, majestueuse et vertueuse. Ce sont les musiciens qui sont belliqueux, « patriotes chauvinistes », etc. « Si l’art n’a pas de patrie, du moins les artistes en ont une », aphorisme dont Saint-Saëns réclamait la paternité.». Jacques Cheyronnaud, Terrain n° 17.

Pour en savoir plus :

Camille Saint-Saens

Camille Saint-Saens

• Des articles :
« « Eminemment français ». Nationalisme et musique », Jacques Cheyronnaud, Terrain n° 17, En Europe, les nations (texte intégral).

Sites et Blogs :
Ethnographier les phénomènes sonores, le portail d’ethnomusicologie, la médiathèque de la Cité de la Musique.

L’émotion musicale

« Émouvoir serait dans la nature même de la musique, et c’est de cette propriété structurelle qu’elle tirerait ses pouvoirs. Comment alors ne pas chercher à maîtriser cette propriété structurelle ? Comment ne pas songer, avec Vladimir Jankélévitch, à faire usage de la musique dans tout projet d’édification morale ?  » Car la vraie musique humanise. La musique n’est pas seulement une ruse captivante et captieuse pour subjuguer sans violence, pour capturer en captivant, elle est encore une douceur qui adoucit : douce elle-même, elle rend plus doux ceux qui l’écoutent, car en chacun de nous elle pacifie les monstres de l’instinct et apprivoise les fauves de la passion.  » […] User de la force émotive de la musique afin de maîtriser les passions qui agitent l’âme apparaît comme une préoccupation constante de nos sociétés ; cette préoccupation façonne l’héritage (quelque peu encombrant parfois) qui conditionne notre propre approche de l’émotion musicale.» * Denis Laborde in Terrain n°22.
La musique est non seulement capable de générer des émotions mais il semble, selon des travaux récents, que son apprentissage contribue à la réussite scolaire et a une influence sur les capacités cognitives des enfants.

Pour en savoir plus :

51e4e3617c783d06a23ed17c75456348• Des articles :
*
« Des passions de l’âme aux discours de la musique », Denis Laborde, Terrain n° 22, Les émotions (texte intégral).
« Transmettre l’amour du chant ? Cris, éloquence et complaintes dans une famille ordinaire de Mongolie rurale », Laurent Legrain, Terrain n° 55, Transmettre
« Voir la musique »
Madeleine Leclair, Terrain n° 53, Voir la musique.
« Voir écouter. Pour une iconographie de l’auditeur »
Philippe Junod , Terrain n° 53, Voir la musique.
« À l’écoute de Paul Klee. Les choses sont-elles (aussi) corps de violons ? » Annie Paradis, Terrain n° 53, Voir la musique.
« Sons et couleurs. Des noces inachevées » Patrick Crispini, Terrain n° 53, Voir la musique.
« L’improvisation musicale et l’ordinateur. Transcrire la musique à l’ère de l’image animée » Marc Chemillier, Terrain n° 53, Voir la musique.
« Musique mécanique et temple hindou. Histoire controversée d’un dispositif visuel et sonore » Christine Guillebaud, Terrain n° 53, Voir la musique.
« Musiques, mouvements, couleurs dans la performance musicale andine. Exemples boliviens », Rosalia Martinez, Terrain n° 53, Voir la musique.

Sites et Blogs :
Ethnographier les phénomènes sonores, le portail d’ethnomusicologie, l’influence de la musique sur les capacités cognitive des enfants, how music enhance learning through neuroplasticity.

A faire :
Fête de la musique le 21 juin 2013.

Musique et société

 » Au milieu des années 1960 naît un genre musical qui finira par être baptisé reggae. Il apparaît comme une création jamaïquaine moderne et urbaine, une invention de la jeunesse pauvre de la basse ville de Kingston. Il dit d’emblée, par sa seule émergence en tant que musique fondée sur une cellule rythmique inédite, l’existence sociale et la force de création d’un des groupes les plus dépréciés : les jeunes qui vivent dans ce qu’ils dénomment eux-mêmes le ghetto. Ils endurent de manière plus intense que leurs aînés le mépris du noir que l’esclavage et le colonialisme ont légué à la Jamaïque. Le reggae signifie le rejet de ce mépris, le refus de l’accepter plus longtemps : il montre que ces jeunes démunis peuvent créer et que leur création est suffisamment puissante pour être reconnue au-delà des mers ; dès lors, leurs musiciens porte-drapeau seront acceptés et reconnus en Jamaïque même. La musique charrie une émotion neuve où se fondent révolte et fierté : ce qui est noir ne peut plus être voué au mépris. »* Denis-Constant Martin in Terrain n°37. Dans des régions aussi différentes que la Jamaïque, le Cap-Vert, les Caraïbes, le Brésil ou le Zimbabwe, l’émergence d’un genre musical a permis de fédérer les communautés, de valoriser leur identité et de changer les rapports politiques et sociaux.

Pour en savoir plus :

• Un article :
*« « Chanter l’amour ». Musique, fierté et pouvoir » Denis-Constant Martin, Terrain n° 37, Musique et émotion (texte intégral).

Sites et Blogs :
Ethnographier les phénomènes sonores, le portail d’ethnomusicologie, blog reggae.

Fête de la musique

« Elvis, il me fait sentir des émotions… J’ai une vie normale, j’ai un quotidien, j’ai des problèmes… mais Elvis, il me fait sauter de joie. Il suffit que j’entende sa voix, quelque part… ça y est, je sais que ma journée va bien se passer. Il m’a apporté la vie. Et puis de la passion, de l’émotion… il me fait pleurer comme une petite fille, alors que j’ai 45 ans, j’ai des responsabilités, je suis quelqu’un qui assume des choses assez difficiles dans la vie… mais Elvis, il me fait rêver » (Rachel) .
« La première chose que je fais le matin : je mets Elvis. Le soir en rentrant : je mets Elvis. Il y a des sons de sa voix qui passent, et qui me parlent » (Angèle).
« Il n’y a pas d’autres chanteurs qui me font pleurer en écoutant un de leurs disques […]. C’est pas une musique qu’on écoute pour passer le temps. C’est plus profond que ça. Surtout si on est touché par la grâce d’Elvis » (Jean-Claude) in Terrain n°37 *.

La voix d’Elvis ne suscite pas seulement des émotions intenses chez ses fans; elle les aide à affronter un quotidien parfois difficile, les apaise, les dynamise, les régénère. Cette voix constitue un refuge, apporte la joie, le bonheur et l’espoir d’un monde meilleur : elle permet de se sentir vivant.

Quelle est l’origine des émotions musicales ? Qu’est ce qui nous touche, comment et pourquoi ? Comment un simple morceau peut-il avoir un tel impact sur notre vie ?

Cette année, la Fête de la Musique rend un hommage appuyé à la musique pop qui a durablement marqué notre culture musicale d’aujourd’hui. Elle incarne la plus importante transformation de la musique populaire depuis l’apparition du jazz et l’un des phénomènes culturel et social de notre époque.

Pour en savoir plus :

Un livre :
Rap, techno, électro… Le musicien entre travail artistique et critique sociale, Morgan Jouvenet.

• Des articles :
* « La voix d’Elvis… », Gabriel Segré, Terrain, n° 37, Musique et émotion (texte intégral).
« Transmettre l’amour du chant ? Cris, éloquence et complaintes dans une famille ordinaire de Mongolie rurale », Laurent Legrain, Terrain n° 55, Transmettre
« Voir la musique »
Madeleine Leclair, Terrain n° 53, Voir la musique.
« Voir écouter. Pour une iconographie de l’auditeur »
Philippe Junod , Terrain n° 53, Voir la musique.
« À l’écoute de Paul Klee. Les choses sont-elles (aussi) corps de violons ? » Annie Paradis, Terrain n° 53, Voir la musique.
« Sons et couleurs. Des noces inachevées » Patrick Crispini, Terrain n° 53, Voir la musique.
« L’improvisation musicale et l’ordinateur. Transcrire la musique à l’ère de l’image animée » Marc Chemillier, Terrain n° 53, Voir la musique.
« Musiques, mouvements, couleurs dans la performance musicale andine. Exemples boliviens » Rosalía Martínez, Terrain n° 53, Voir la musique.
« Musique mécanique et temple hindou. Histoire controversée d’un dispositif visuel et sonore » Christine Guillebaud, Terrain n° 53, Voir la musique.
« Quand la musique donne à voir. La représentation de la montagne dans les chants des initiées itcha (Bénin)  » Madeleine Leclair, Terrain n° 53, Voir la musique.
« Musiques, mouvements, couleurs dans la performance musicale andine. Exemples boliviens », Rosalia Martinez, Terrain n° 53, Voir la musique.
« « Emportés par le mix ». Les DJ et le travail de l’émotion » Morgan Jouvenet, Terrain n° 37, Musique et émotion (texte intégral).
« « Chanter l’amour ». Musique, fierté et pouvoir »
Denis-Constant Martin, Terrain n° 37, Musique et émotion (texte intégral).

Sites et Blogs :
Ethnographier les phénomènes sonores, le portail d’ethnomusicologie, la fête de la musique 2012, deux blogs sur Elvis Presley : elviscollection et skyrock.

A faire :
La fête de la musique 2012.

La fête de la musique

« Musique. Fait penser à un tas de choses. » Gustave Flaubert, Dictionnaire des idées reçues.

Le mardi 21 juin, c’est la 30ème édition de la fête de la musique. Cette année, les musiques d’outre-mer sont à l’honneur :gwokas guadeloupéens, biguines martiniquaises, maloyas réunionais, tamure polynésiens…

 

Pour en savoir plus :

Un livre :
Rap, techno, électro… Le musicien entre travail artistique et critique sociale, Morgan Jouvenet.

• Des articles :
« Transmettre l’amour du chant ?
Cris, éloquence et complaintes dans une famille ordinaire de Mongolie rurale », Laurent Legrain, Terrain n° 55, Transmettre
« Voir la musique »
Madeleine Leclair, Terrain n° 53, Voir la musique.
« Voir écouter. Pour une iconographie de l’auditeur »
Philippe Junod , Terrain n° 53, Voir la musique.
« À l’écoute de Paul Klee. Les choses sont-elles (aussi) corps de violons ? » Annie Paradis, Terrain n° 53, Voir la musique.
« Sons et couleurs. Des noces inachevées » Patrick Crispini, Terrain n° 53, Voir la musique.
« L’improvisation musicale et l’ordinateur. Transcrire la musique à l’ère de l’image animée » Marc Chemillier, Terrain n° 53, Voir la musique.
« Musiques, mouvements, couleurs dans la performance musicale andine. Exemples boliviens » Rosalía Martínez, Terrain n° 53, Voir la musique.
« Musique mécanique et temple hindou. Histoire controversée d’un dispositif visuel et sonore » Christine Guillebaud, Terrain n° 53, Voir la musique.
« Quand la musique donne à voir. La représentation de la montagne dans les chants des initiées itcha (Bénin)  » Madeleine Leclair, Terrain n° 53, Voir la musique.
« Musiques, mouvements, couleurs dans la performance musicale andine. Exemples boliviens », Rosalia Martinez, Terrain n° 53, Voir la musique.
« « Emportés par le mix ». Les DJ et le travail de l’émotion » Morgan Jouvenet, Terrain n° 37, Musique et émotion (texte intégral).
« « Chanter l’amour ». Musique, fierté et pouvoir »
Denis-Constant Martin, Terrain n° 37, Musique et émotion (texte intégral).

Sites et Blogs :
Ethnographier les phénomènes sonores, le portail d’ethnomusicologie.

A faire :
La fête de la musique 2011

Bruits / Voir la musique

Avec l’exposition Bruits, l’équipe du Musée ethnographique de Neuchâtel met en scène la manière dont les sociétés humaines appréhendent leurs productions sonores. Parmi les sons, il y a évidemment la musique, production humaine, par excellence. Que donne à voir la musique ? Comment transposons-nous les sons ? Quelles représentations en avons-nous ? Le visuel et le sonore convergent selon de multiples modalités : représentations de la musique par la peinture, systèmes de notation musicale, articulations entre sons et mouvements… pour certains compositeurs ou interprètes, les notes de musique possèdent même le pouvoir de déclencher des couleurs, des images mentales ou des paysages.

Illustration Jean-Marc Dumont

Pour en savoir plus :

Articles :
« Transmettre l’amour du chant ?
Cris, éloquence et complaintes dans une famille ordinaire de Mongolie rurale », Laurent Legrain, Terrain n° 55, Transmettre
« Voir la musique »
Madeleine Leclair, Terrain n° 53, Voir la musique.
« Voir écouter. Pour une iconographie de l’auditeur »
Philippe Junod , Terrain n° 53, Voir la musique.
« À l’écoute de Paul Klee. Les choses sont-elles (aussi) corps de violons ? » Annie Paradis, Terrain n° 53, Voir la musique.
« Sons et couleurs. Des noces inachevées » Patrick Crispini, Terrain n° 53, Voir la musique.
« L’improvisation musicale et l’ordinateur. Transcrire la musique à l’ère de l’image animée » Marc Chemillier, Terrain n° 53, Voir la musique.
« Musiques, mouvements, couleurs dans la performance musicale andine. Exemples boliviens » Rosalía Martínez, Terrain n° 53, Voir la musique.
« Musique mécanique et temple hindou. Histoire controversée d’un dispositif visuel et sonore » Christine Guillebaud, Terrain n° 53, Voir la musique.
« Quand la musique donne à voir. La représentation de la montagne dans les chants des initiées itcha (Bénin) « Madeleine Leclair, Terrain n° 53, Voir la musique.
« Musiques, mouvements, couleurs dans la performance musicale andine. Exemples boliviens », Rosalia Martinez, Terrain n° 53, Voir la musique.

Sites et Blogs :
Ethnographier les phénomènes sonores, le portail d’ethnomusicologie.

A voir :
L’exposition « Bruits » au MEN.

Techno-Parade, le 25 septembre à Paris

La 12ème édition de la Techno Parade se déroulera le samedi 25 septembre 2010 dans les rues de Paris. Rendez vous à midi place Denfert-Rochereau.

Rap, techno, électro, house, jungle, trip hop… ces styles musicaux font partie du paysage discographique français depuis la fin des années 1990. Ils sont apparus comme des fenêtres ouvertes sur les plaisirs, les désirs et les maux de la jeunesse.
Comment apparaissent de nouveaux genres musicaux? D’où viennent les électronistes? Que nous disent ces musiques de la société?

Pour en savoir plus :

Un livre :
Rap, techno, électro… Le musicien entre travail artistique et critique sociale, Morgan Jouvenet.

Des articles :
Un article sur la figure centrale de la musique électronique, le DJ : « Emportés par le mix ». Les DJ et le travail de l’émotion. Morgan Jouvenet, Terrain n°37, Musique et émotions. « L’improvisation musicale et l’ordinateur. Transcrire la musique à l’ère de l’image animée ». Marc Chemillier, Terrain n°53, Voir la musique.

Sites et Blogs :
Le site de la techno-parade, le magazine Trax de ce mois-ci, un blog de passionnés de hard-music.