Nostalgie : le nouveau Terrain est arrivé !

« « Réaction contre l’irréversible »  (Jankélévitch), la nostalgie semble être indissociable de notre époque. En Occident, un engouement nostalgique glorifiant les pratiques et les objets d’antan est omniprésent dans des domaines aussi divers que le nationalisme, les politiques patrimoniales, le consumérisme, l’industrie du tourisme, la culture populaire et les mouvements religieux ou écologiques. Plus concrètement, cette rétromania se manifeste dans le succès croissant des marchés aux puces et des antiquités, des aliments biologiques, du vintage, des techniques d’accouchement dites « naturelles », des écomusées, et se retrouve au coeur même des nouvelles technologies, tel Instagram, qui confère instantanément à vos photos un cachet « passé » » Olivia Angé et David Berliner in Terrain n°65.

Pour en savoir plus :
00_couv65seule-small260• Des articles
 :
« Pourquoi la nostalgie ? » Olivia Angé et David BerlinerTerrain n°65, Nostalgie
« Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se regrette. 
Photographies rétro et colorisation » Gil Bartholeyns, Terrain n°65, Nostalgie.
« Le goût d’autrefois. Pain au levain et attachements nostalgiques dans la société contemporaine » Olivia Angé, Terrain n°65, Nostalgie
« Un nom éternel qui jamais ne sera effacé. 
Nostalgie et langue chez les juifs d’Égypte en France » Michèle Baussant, Terrain n°65, Nostalgie
« Nostalgie cherche preneur. 
Les peintures d’Amatiwana Trumai »
 Sophie Moiroux et Emmanuel de Vienne, Terrain n°65, Nostalgie.
«
 
Nostalgies impérialiséesMémoires plurielles et contestations politiques en Angola du Nord » Ruy Llera Blanes et Abel Paxe, Terrain n°65, Nostalgie
«
 
La consolation des objets. Esthétique de la nostalgie dans l’oeuvre d’Orhan Pamuk », Patrizia Ciambelli et Claudine Vassas, Terrain n°65, Nostalgie.

 

La nostalgie comme monnaie d’échange

« Comment s’échange la pomme de terre ? » « De la farine, tu ne veux pas ? » « La viande c’est pour la vente ou pour l’échange ? » « Comment échanges-tu ? »… Lors des foires de troc dans les Andes argentines, bergers et cultivateurs se réunissent pour négocier leurs produits. Au fil de leurs transactions, les partenaires regrettent l’effritement de la complémentarité idéale qui unissait autrefois les paysans des hautes et des basses terres de la cordillère. D’ailleurs, ils ne manquent pas d’évoquer la morale économique des ancêtres lors des négociations. »Nous voulons respecter les anciennes mesures, mais ceux qui ont la viande ne veulent pas les respecter. Ils veulent toujours que nous les augmentions. Par exemple pour un mouton, avant on donnait un de ces sacs blancs. Presque rempli, même pas tout à fait rempli. Mais maintenant il veulent qu’on le leur donne rempli et en ajoutant un peu de fruits en plus. » Olivia Angé in Terrain n°59. Ainsi la nostalgie est instrumentalisée jusqu’à servir de monnaie d’échange.

Pour en savoir plus :

La Mank’a Fiesta, principale foire des Andes argentines.

• Des articles :
« Instrumentaliser la nostalgie. Les foires de troc andines (Argentine) », Olivia Angé, Terrain n°59, L’objet livre .

• Sites et blog :
La maison de l’Amérique latine.