Le musée et le champ urbain

« L’émergence de ce nouveau domaine de l’ethnologie que constitue le « champ urbain » interpelle à plus d’un titre le conservateur du musée d’ethnologie : comme ethnologue certes, appelé à reconsidérer son action en fonction de cet élargissement notable de l’objet et du terrain d’exercice de la discipline ; mais plus encore peut-être comme intervenant culturel dans la société, confronté à un mouvement (que l’on nommera demande sociale ou aspiration collective, c’est selon) au terme duquel semble s’établir un véritable transfert, vers le milieu urbain, des valeurs naguère attachées au milieu rural. Le muséologue est en effet particulièrement bien situé pour constater que la sensibilité et le goût du public pour le vieil objet, la photo jaunie et le souvenir des anciens, sont en voie de s’appliquer à la ville, à l’usine ou au bistrot. […] Quel inventaire doit-on dresser pour tenter une représentation muséale de la diversité urbaine ? La multiplicité des individus, des groupes et des communautés, des situations sociales, des modes de vie, des activités, etc., et sans doute cette propension à la « distinction » sociale qui caractérise la population urbaine, font de ce milieu un véritable complexe de situations dans lequel toute sélection devient vite aléatoire et s’apparente à un choix empreint de subjectivité. Quelle ville doit-on considérer et quelle image de la ville doit-on étudier et éventuellement s’efforcer à conserver ?[…] Peut-être doit-on dresser des relevés graphiques précis d’une cabine téléphonique, sous sa « patine » de graffiti et de déprédations diverses, pour évoquer ce que l’on nomme désormais le mobilier urbain. Mais ce choix, déjà délicat et hasardeux, se révèle plus difficile encore dès lors qu’il s’agit de retenir des objets censés circonscrire un domaine d’étude déterminé. Ainsi, par exemple, quels éléments sélectionner dans un appartement citadin pour conserver le meilleur témoignage d’un mode de vie particulier ? S’arrêtera-t-on au radio-réveil, à la friteuse électrique, au rasoir jetable ? Le jeu pourrait être sans fin — et mériterait d’être nommé le « jeu du conservateur » — et, outre son caractère dérisoire, ne reçoit jamais de réponse satisfaisante. » *Jean-Pierre Laurent et Jean Guibal in Terrain n°3.

Pour en savoir plus :

article• Un livre :
Le goût des belles choses. Ethnologie de la relation esthétique. Sous la direction de Véronique Nahoum-Grappe, Odile Vincent.

Un article :
*« Le musée d’ethnologie et le « champ urbain » », Jean-Pierre Laurent et Jean GuibalTerrain n°3, Ethnologie urbaine.

• Sites et Blogs :
Cellograf, Graffitiart, Cité de l’architecture et du patrimoine, Ecomusée de Saint-Quentin en Yvelines.

A voir :
Quinze artistes s’expriment sur les vitrines des Bons-Enfants, du 3 au 26 avril 2015 au ministère de la Culture et de la Communication, Street Art à Fontenay jusqu’au 18 avril 2015.

La maroma mexicaine : patrimoine ou « cirque indigène » ?

« Claude Lévi-Strauss, dans son « Introduction à l’oeuvre de Marcel Mauss » , souligne la place et l’intérêt de l’étude des pratiques corporelles et circassiennes :  « Il s’agit là d’un patrimoine commun et immédiatement accessible à l’humanité tout entière, dont l’origine plonge au fond des millénaires, dont la valeur pratique restera toujours actuelle ». De nos jours, les arts et techniques du corps sont au cœur du phénomène global de la patrimonialisation culturelle et des débats qui en découlent.
La maroma (corde épaisse utilisée par les marins) a donné son nom à une expression spectaculaire, rituelle et festive pratiquée par des groupes d’artistes-paysans indigènes et métis dans les régions rurales du Sud du Mexique. Le « spectacle » inclut des danseurs de corde, des clowns, des trapézistes, des musiciens, et s’effectue en général à l’occasion de festivités communautaires. Actuellement, les collectifs de maromeros sont à la fois pris dans des processus de patrimonialisation et de « cirquisation ». Ce dernier s’instaure à partir de l’autodéfinition des collectifs de maromeros en tant que « cirque indigène » et de la revendication de cette tradition indigène par des cirques classiques qui souhaitent asseoir leur réputation. » Charlotte Pescayre in Terrain n° 64.
Quelles sont les transformations esthétiques, sociales et culturelles engendrées par ces différents processus au niveau local ?

Pour en savoir plus :

Pescayre 6HD• Un livre :
Le patrimoine culturel immatériel. Enjeux d’une nouvelle catégorie. Sous la direction de Chiara Bortolotto.

Un article :
* « La maroma mexicaine contemporaine : patrimoine ou ″cirque indigène″ ?»
, Charlotte Pescayre, Terrain, n° 64, Virus.

• Sites et Blogs :
La liste du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCOle réseau des chercheurs sur les patrimonialisations.

 

Les journées du patrimoine

« Ce sont nos enfants qui nous ont amenés à voir différemment » ; « ce sont nos amis, qui habitent dans les villes voisines, qui nous ont fait remarquer qu’on habitait un endroit magnifique, ils se croyaient en vacances ici. » Martine Bergues in Terrain n°18.
«Ce sont les urbains qui se font une représentation paysagère du rural, les trekkeurs qui paysagent les collines du Népal, les urbanistes qui apprennent aux citadins qu’ils déambulent dans les paysages urbains. En somme, il faut un Autre pour conférer à mon espace la qualité de paysage. Dans cette hypothèse, le regard qui paysage procède d’une attitude de distance critique à l’égard des sites observés ; cette distance critique commande l’adoption d’un point de vue (une prise de hauteur), point de vue sans lequel, précisément, il n’y a pas de paysage. La perception de paysage rentre dans une logique de différenciation sociale et culturelle en fonction de ce mouvement de distance critique qui fait grimper ou non sur un promontoire et contempler d’en haut. » Gérard Lenclud in Paysages au Pluriel.
Cette année, le thème des journées du patrimoine,  » patrimoine culturel, patrimoine naturel  » propose de placer le patrimoine au coeur d’un spectre allant du monument historique aux espaces protégés, en prenant en compte les vastes domaines et espaces naturels abritant du patrimoine, ou encore les éléments naturels eux-mêmes faisant véritablement patrimoine.

Pour en avoir plus :

jep2014• Des livres :
Paysage au pluriel. Pour une approche ethnologique des paysages. Sous la direction de Claudie Voisenat et Patrice Notteghem.
Campagnes de tous nos désirs. Patrimoines et nouveaux usages sociaux. Sous la direction de Michel Rautenberg, André Micoud, Laurence Bérard et Philippe Marchenay.
La Fabrique du patrimoine
. « De la cathédrale à la petite cuillère », Nathalie Heinich.
Les monuments sont habités. Sous la direction de Daniel Fabre et Anna Iuso.
Domestiquer l’histoire. Ethnologie des monuments historiques. Sous la direction de Daniel Fabre.

Des articles :
« A propos de paysages : compte rendu d’une réflexion collective », Claudie Voisenat, Terrain n° 18, Le corps en morceaux (texte intégral).
« Pays et paysages au marais Vernier (Eure) »
, Martine Bergues, Terrain n° 18, Le corps en morceaux (texte intégral).
« Comment le rustique vint au village. Modernité domestique et domestication de la modernité dans les campagnes roumaines. », Vintilâ Mihâilescu, Terrain n°57, Mentir.
« Persistances et mutation des dernières sociétés rurales. Le cas du pays Maramures (Roumanie) ». Paul Rasse & Laura Ghinéa, Terrain n°57, Mentir.
« Construire l’avenir. Matérialité, imagerie et politique à Astana (Kazakhstan) », Vintilâ Mihâilescu, Terrain n°57, Mentir.
« L’Esprit de patrimoine ». Jean-Louis Tornatore, Terrain, n°55, Transmettre.
« Naissance de la Normandie (1750-1850) ». François Guillet, Terrain n°33,
Authentique ? (texte intégral).
« En Guyane : “ ethnologie ” ou “ patrimoine ” ? ». Gérard Collomb, Terrain n°31, Un corps pur (texte intégral).

Sites et Blogs :
Les journées européennes du patrimoine, le réseau des chercheurs sur les patrimonialisations, la fondation du patrimoine, Architecture et patrimoine, le blog de Pelerin, la cité de Carcasonne, liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, les archives du sensible : une autre façon d’explorer un territoire.

A faire :
Le programme des journées européennes du patrimoine les 20 et 21 septembre 2013, Cité de l’architecture et du patrimoine, journée d’étude A la croisée des patrimoines au musée du quai Branly le 19 septembre, télécharger l’application des journées du patrimoine.

Guerre de 14-18 : exposition des oeuvres d’art mutilées

Le 24 novembre 1916 est inaugurée au musée du Petit Palais, à Paris, une « Exposition d’œuvres d’art mutilées ou provenant des régions dévastées par l’ennemi » (intitulée aussi « Exposition des œuvres d’art évacuées de la zone des armées »). Pourquoi organiser une telle exposition en pleine Première Guerre mondiale ? Comment le choix des objets s’est-il effectué, selon quels critères et par qui ?
« Il peut paraître paradoxal que les belligérants aient aussi massivement montré en images, et dans une moindre mesure, exposé publiquement leurs monuments et œuvres d’art détruits, endommagés ou perdus, autant de symboles de leurs propres faiblesses, même si le but de ces opérations est de dénoncer la brutalité de l’ennemi ou de vanter ses propres vertus en matière de protection du patrimoine. En effet, les nations en guerre ont largement instrumentalisé leur patrimoine respectif – qu’il soit détruit, endommagé, disparu, retrouvé ou resté intact – pour accroître l’effort de guerre et la cohésion nationale, en exploitant notamment – intentionnellement ou non – sa charge émotionnelle. Afin d’émouvoir les foules et d’attiser la haine de l’ennemi, le patrimoine architectural et artistique est mis en scène dans la presse, dans les supports de la propagande visuelle, et, dans une mesure plus restreinte, dans des expositions. » Christina Kott in Emotions patrimoniales

Pour en savoir plus :

Kott 3

Vierge et Enfant de l’église de Curlu

• Un livre :
“Guerre et patrimoine. L' »Exposition des œuvres d’art mutilées »” de 1916. Christina Kott in Emotions patrimoniales

Sites et blog :
Le catalogue de l’exposition au Petit Palais, la liste du patrimoine mondial en péril de l’UNESCO.

 

L’incendie du château de Lunéville

Dans la nuit du 2 au 3 janvier 2003, un gigantesque incendie se déclare dans l’aile sud du Château de Lunéville en Meurthe et Moselle. Le bilan est lourd : la moitié du château est ravagée et le musée a perdu la majeure partie de ses collections. Ce patrimoine endommagé suscite une vive émotion dans la population :

« Lors d’un de mes passages à Lunéville, j’ai déjeuné avec un dentiste de la ville, qui est un rapatrié d’Algérie qui s’est installé là il y a une trentaine d’années. Il a dit : « Moi ça m’a fait un coup horrible l’incendie du château. » Alors je lui dis : « Ah bon. Oui c’est un monument historique, etc. ! » Et il me dit : « Pas du tout, pas du tout. J’ai passé ma bar-mitsva là, je me suis marié dans les salons. Tous mes amis se sont mariés là. C’est un morceau de ma vie qu’on a brûlé. » Et j’étais très, très, très surpris : c’est-à-dire que, pour lui, il y avait un dommage irréparable mais qui n’avait rien à voir avec Stanislas et Léopold ! »*

Aussitôt, cette émotion négative se transforme en une mobilisation massive qui transcende les clivages sociaux et politiques et se déploie à tous les niveaux de l’action publique.
« Un même sentiment d’union sacrée autour du château ; et enfin une même volonté de reconstruction, c’est-à-dire de restitution à l’identique, comme pour effacer ce qui est survenu et qui a perturbé le cours du temps – et du monument. » * Anthony Pecqueux et Jean-Louis Tornatore in Emotions patrimoniales.
Onze ans après, l’édifice est le théâtre du plus grand chantier de reconstruction patrimoniale d’Europe.

Pour en savoir plus :

280px-Chateau_de_Lunéville_-_2012-05-16• Un livre :
* « Morale et politique dans le monument historique. L’incendie du château de Lunéville ».
Anthony Pecqueux et Jean-Louis Tornatore in Emotions patrimoniales.

Sites et blog :
Association du château de Lunéville, l’histoire du château.

A voir :
Le château de Lunéville

Le patrimoine mondial va élire sa Miss !

La finale de l’élection de Miss Heritage World aura lieu le 7 décembre 2013 au Zimbabwe. La Miss aura pour mission cette année de promouvoir le patrimoine mondial matériel et immatériel.
La liste du patrimoine mondial regroupe aujourd’hui 981 sites : le Kilimandjaro, la barrière de corail, la cathédrale Sainte-Sophie, Le Taj-Mahal, la Statue de la Liberté, les chutes d’Iguazu… L’inscription d’un site témoigne de sa « Valeur universelle exceptionnelle » et l’UNESCO s’engage à le préserver. En 2003, une convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel  immatériel (PCI) a également été signée. Le PCI désigne « les pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire – ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leurs sont associés – que les communautés, les groupes et, le cas échéant, les individus reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel. » L’équitation française, le fado, le ballet royal du Cambodge, l’ahellil du Gourara, la sériciculture en Chine, le savoir des chamanes… Pourquoi une pratique est-elle sélectionnée ? Selon quels critères ? L’opposition entre le matériel et l’immatériel est-elle réellement significative ? Quel rôle jouent les institutions dans cette sauvegarde ? Et quelle est la place de la société civile ? Qui décide de la valeur patrimoniale d’une pratique ? Comment et par quels moyens organiser la transmission ? Enfin, peut-on protéger des traits culturels vivants sans les figer ?

Pour en savoir plus :

Carte du patrimoine mondial de l'UNESCO

Carte du patrimoine mondial de l’UNESCO

• Des livres :
Le patrimoine culturel immatériel. Enjeux d’une nouvelle catégorie. Sous la direction de Chiara Bortolotto. 
La Fabrique du patrimoineDe la cathédrale à la petite cuillère. Nathalie Heinich.
Les monuments sont habités. Sous la direction de Daniel Fabre et Anna Iuso.
La soie en Cévennes. Innovation et territoire. Françoise Clavairolle in Carrières d’objets.

• Des articles :
« Entre ratification et inscriptions. La mise en œuvre d’une politique du patrimoine culturel immatériel en France (2006-2010) », Christian Hottin, Terrain n° 57, Mentir.
« Comment le rustique vint au village. Modernité domestique et domestication de la modernité dans les campagnes roumaines. », Vintilâ Mihâilescu, Terrain n°57, Mentir.
« Persistances et mutation des dernières sociétés rurales. Le cas du pays Maramures (Roumanie) ». Paul Rasse & Laura Ghinéa, Terrain n°57, Mentir.
« Construire l’avenir. Matérialité, imagerie et politique à Astana (Kazakhstan) », Vintilâ Mihâilescu, Terrain n°57, Mentir
« Anthropologie et transmission»David BerlinerTerrain n°55, Transmettre
« « Chez nous, le sang règne ! ». L’apprentissage religieux dans le culte Xangô de Recife»
Arnaud Halloy, Terrain, n°55, Transmettre.
« Pourquoi les enfants ont-ils des traditions? ». Olivier Morin, Terrain n°55, Transmettre
« Transmettre l’amour du chant ? Cris, éloquence et complaintes dans une famille ordinaire de Mongolie rurale »
, Laurent Legrain, Terrain n°55, Transmettre
« Le vieil homme et le livre. La crise de la transmission chez les vieux-croyants »
, Vlad NaumescuTerrain n°55, Transmettre
« Perdre l’esprit du lieu. Les politiques de l’Unesco à Luang Prabang (rdp Lao) 
»David Berliner, Terrain n°55, Transmettre
« L’Esprit de patrimoine »
. Jean-Louis Tornatore, Terrain, n°55, Transmettre.
« En Guyane : “ ethnologie ” ou “ patrimoine ” ? ». Gérard Collomb, Terrain n°31, Un corps pur (texte intégral).
« Les chemins de la soie : un itinéraire culturel en Cévennes »
, Marc -Henri Piault, Terrain n°8, Rituels contemporains (texte intégral). http://terrain.revues.org/3157

• Sites et Blogs :
La liste du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCOle réseau des chercheurs sur les patrimonialisationsla fondation du patrimoine, le patrimoine mondial de l’UNESCO, le centre français du patrimoine culturel immatériel, Miss World Heritage.

Le cheval noir du nivernais

« En 1983, le parc naturel régional du Morvan me sollicite pour engager une recherche sur « sa » race chevaline régionale, menacée comme tant d’autres de disparaître : quelques dizaines de sujets répertoriés et présentés en concours. Il faut organiser d’urgence la conservation de ce patrimoine. […] Une poignée d’éleveurs s’efforce aujourd’hui de perpétuer la pratique ancestrale, mais l’ordonnancement du rite se dérègle. En guise de poil noir – couleur fondatrice et emblématique de la race – c’est tout un nuancier qui s’offre à l’œil, du presque blanc au presque noir, avec toutes les tonalités intermédiaires. Cette dérive de la livrée d’origine, couleur de jais, vers une blancheur approximative et mal contrôlée fait le désespoir des spécialistes : « Regardez, c’est point de couleur, ça ; les poulains naissent noirs, et après on ne sait pas ce qu’ils vont donner, d’une année sur l’autre, ils changent. Avant, noir, c’était noir. Le noir, c’est notre race. » Pour l’éleveur de tradition, la gamme des gris instables déballés sur le champ de foire correspond manifestement à une perte de distinction, à une menace sur l’identité. […] L’enquête m’apprend très vite que les « raceurs » nivernais, depuis l’origine, attendent de leur énorme cheval noir qu’il les représente sur la scène régionale, et surtout au Concours central de Paris, objet de tous les désirs. Voilà ce qui se donne à voir dans cette réunion largement couverte par les médias régionaux : des images de soi et une identité collective sans cesse réaffirmées sur le mode militant, un attachement à cet élevage de prestige, d’autant plus manifeste qu’il est anachronique, qu’il appartient à une réalité socio-économique désormais défaite mais que l’on s’efforce de perpétuer, en dehors de toute rationalité matérielle. » Bernadette Lizet in Terrain n° 15.

Pour en savoir plus :

bete_noire• Un livre :
La bête noire.
A la recherche du cheval parfait. Bernadette Lizet.

• Des articles : 
« Sur le terrain de concours ou l’ethnologue comme acteur social », Bernadette Lizet, Terrain n° 15, Paraître en public (Texte intégral).
 » Cheval, mon amour. Sports équestres et sensibilités « animalitaires » en France », Jean-Pierre Digard, Terrain n°25, Des sports (Texte intégral).

 • Sites et Blogs : 
Le cheval et ses patrimoines, la fédération française d’équitation, sur l’équitation, blog-cheval.

• A faire : 
 Le salon du cheval du 30 novembre au 8 décembre 2013.