Attractions touristiques

« Dans la ville d’Hiroshima, il y a un vaste espace découvert appelé le parc de la Paix. On n’est pas étonné d’apprendre qu’il est situé à l’endroit où la première bombe atomique est tombée, en 1945. Non seulement il en marque l’emplacement mais il fut créé par la bombe elle-même. Seul un hall d’exposition endommagé est resté debout près de l’épicentre. Construit dans les années 1930, sa structure en béton armé l’a sauvé d’une totale destruction. Cet amas enchevêtré d’acier et de béton est le symbole fort d’un événement effroyable. Un nouvel édifice le jouxte ; musée et centre de conférences, il contient d’autres vestiges, des photographies et des témoignages contemporains. Ce site est visité chaque année par un grand nombre de touristes-pèlerins en provenance du monde entier et accueille les rassemblements pour la paix à l’initiative d’un large éventail de tendances politiques. Tout important symbole qu’il puisse être, ce hall d’exposition est un faux. Quand il a menacé de s’effondrer totalement – les éléments naturels ayant relayé le travail de la bombe –, la municipalité l’a fait reconstruire dans cet état de semi-ruine.[…] Quoi qu’il en soit, on ne peut pas se méprendre sur l’horreur qu’inspire le site d’Hiroshima. Quelques-uns des gardiens sont (ou furent) eux-mêmes des survivants de la bombe. Bien que le site ait pour centre un faux, il suscite des émotions profondes et authentiques. Il est ce que j’appelle ici un  » faux authentique « . » David Brown in Terrain n° 33.
Quelle est vraiment l’attraction pour les touristes et pour ceux qui la mettent en scène : les objets, généralement des « faux authentiques » ? Ou la relation entre les visiteurs et les guides, relation dont l’objet n’est que le médiateur ? Par quoi les touristes sont-ils attirés ? Par la recherche de « l’authentique » ? La découverte d’autres cultures et d’autres individus ? L’accès à un artisanat et à des traditions « locales » ? Mais que signifie cette pratique de masse pour les « locaux » ? La nécessité de conserver la tradition et le patrimoine au détriment de l’accès à la modernité ? La transformation des traditions en « show touristiques » pour se conformer à l’attente du touriste ?

Pour en savoir plus :

Le Dôme de Genbaku, Hiroshima.

Le Dôme de Genbaku, Hiroshima.

• Des articles :
« Des faux authentiques. Tourisme versus pèlerinage », David Brown, Terrain n° 33, Authentique ? (texte intégral).
« Perdre l’esprit du lieu. Les politiques de l’Unesco à Luang Prabang (rdp Lao) », David Berliner, Terrain n° 55, Transmettre.
« Paradis à vendre : tourisme et imitation en Polynésie-Française (1958-1971) »
, Daniel J. Sherman, Terrain n° 44,  Imitation et Anthropologie (texte intégral).

• Sites et Blogs :
L’organisation mondiale du tourisme

Pélerinage de Gruissan : le vin et les morts

Le lundi de Pâques, à Gruissan, les pèlerins vont rendre hommage aux marins disparus en mer le 28 février 1797. Les jeunes parcourent à pied l’ancien itinéraire reliant le village au cimetière marin d’une façon un peu particulière : « On boit un coup à chaque tombe. La première tombe est à la sortie du village. La seconde est au parking du Phoebus, le dancing. La troisième, elle est au croisement de la Route Bleue, avant le château du Bouich. La quatrième, elle est à l’endroit qu’on appelle La Montée du Cros, juste après l’embranchement du petit chemin qui mène à la grotte de La Crouzade. Ensuite il y en a régulièrement, à gauche, à droite… Puis, après, on arrive au parking en bas du chemin de croix, là où il y a la chaîne avec les deux bittes d’amarrage. Et là c’est pareil, on boit, on continue exactement pareil. » Les jeunes « boivent pour les défunts » jusqu’à en être ivres morts. Ces pratiques renvoient à un large ensemble de croyances qui, ailleurs et en d’autres occasions, associent vin et usages funéraires et notamment, dimension particulièrement prégnante pour les disparus en mer, vin et voyage dans l’au-delà. Pour certains cependant, ceci ne justifie pas les comas éthyliques auxquels succombent les pèlerins !

Pour en savoir plus :

• Un article :
« Traverses d’un pèlerinage. Les jeunes, le vin et les morts »
, Christiane Amiel, Terrain n° 13, Boire (texte intégral).

• Sites et Blogs :
Lieux secrets du pays Cathare, ville de Gruissan.