Dis moi comment tu portes la moustache, je te dirai qui tu es

Dans l’ensemble des pays musulmans, le “poil” est un indicateur précieux! Il semble, en effet qu’il s’exerce un “fétichisme indéniable du poil dont la signification est à la fois sexuelle et religieuse.” (Bouhdiba, 1979). Ainsi, chez les migrants turcs de Strasbourg, la moustache n’est pas uniquement un signe de virilité, elle indique aussi, par les formes qu’elle prend, divers engagements religieux et politiques. Plus généralement, les pratiques et les représentations liées à la pilosité semblent être autant de marqueurs identitaires, si bien qu’en les parcourant il est possible d’effectuer une lecture transversale de ces différentes identités turques vécues en situation d’immigration.
“La moustache la plus courante répond très précisément aux prescriptions de la tradition (sunna). Aussi, les Turcs la qualifient-ils de sünnet. Portée évidemment par les sunnites – « ceux qui suivent la sunna » –, elle est généralement mince, ne dépasse pas en largeur les commissures des lèvres et se soumet à un impératif : les poils ne doivent en aucun cas empiéter sur la lèvre supérieure, pour éviter que les aliments ou les boissons n’entrent en contact avec eux (ce qui pourrait être générateur d’une impureté rituelle). Si, chez un Turc, elle indique que celui-ci est un musulman sunnite soucieux de respecter les commandements coraniques, elle ne nous renseigne guère sur ses positions idéologiques. Banale, elle n’est guère bavarde, sauf quand elle s’associe à un autre arrangement pileux : la barbe.”

 

 

Pour en savoir plus :

• Un article :
*« Quand cela tient à un cheveu. Pilosité et identité chez les Turcs de Strasbourg », Benoît Fliche, Terrain n° 35, Danser (texte intégral).